•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections fédérales : la criminalité, un problème à Winnipeg?

Des armes dans des sacs de plastique sur une table.

La police de Winnipeg a saisi 11 armes artisanales dans une maison du West End en mai, la saisie la plus importante du genre.

Photo : Radio-Canada / Trevor Brine

Radio-Canada

Dans le cadre de la campagne électorale fédérale, de nombreux Winnipégois demandent aux partis politiques de mettre en place une stratégie pour s'attaquer à la criminalité. Depuis plusieurs années, le crime est en hausse à Winnipeg, une augmentation que la police locale associe à la crise de la méthamphétamine.

En 2018 à Winnipeg, le nombre de crimes contre la propriété et d'homicides a augmenté par rapport aux années précédentes. Ces données ne sont pas rassurantes pour le service de police de Winnipeg, qui répète que la crise de la méthamphétamine lui laisse peu de répit.

Certains habitants de la capitale manitobaine avouent être de plus en plus inquiets, à l’image de Sylvie Saltel-Lawrie.

J'ai deux petits enfants. Donc, j'aimerais que ce soit une priorité, explique cette résidente du quartier Saint-Boniface, qui presse les partis politiques fédéraux d'annoncer leurs intentions pour assurer la sécurité de sa famille.

Nous avons affaire à une crise de la méthamphétamine, rappelleHarman Brar, un autre Winnipégois qui s’inquiète devant la montée de l’insécurité.

La criminalité inquiète les Winnipégois

En 2018, le taux de criminalité a augmenté de 12 %, selon la police de Winnipeg, et les crimes contre la propriété ont augmenté de 19 %. Par ailleurs, en 2018, on avait relevé 22 homicides à Winnipeg, et pour l'année 2019, le chiffre est actuellement à 28.

Ces données ont placé Winnipeg au troisième rang des villes du pays ayant le plus fort indice de gravité du crime, d'après Statistique Canada.

Le candidat du Parti libéral dans Saint-Boniface-Saint-Vital, Dan Vandal, soutient que son parti a investi plus de 6 millions de dollars pour aider Winnipeg à combattre la criminalité au cours de son dernier mandat.

Il faut continuer de travailler avec la province et la Ville de Winnipeg, mais c'est important de travailler avec les organismes communautaires, estime le candidat aux élections fédérales. Il ajoute que son parti continuerait ses efforts s'il est reporté au pouvoir.

La candidate conservatrice dans la même circonscription, Réjanne Caron, juge qu'il faut agir.

« Le nombre accru de crimes commis à Winnipeg au moyen d’armes à feu est non seulement alarmant, mais inacceptable. Il est clair que Winnipeg fait face à une crise de métamphétamine et d’opioïdes alimentée par des gangs criminels et des armes illégales. Il faut agir pour régler ce problème et réduire les crimes commis au moyen d’armes à feu dans cette ville que nous connaissons et aimons », a déclaré la candidate par voie de communiqué.

Elle ajoute notamment que son parti renforcerait les frontières pour s'attaquer à la contrebande d'armes à feu.

Finalement, le Parti vert dit vouloir investir dans d'autres aspects liés au crime.

Il faut faire des investissements dans les programmes pour aider les gens qui souffrent de santé mentale et de dépendance, estime le candidat du Parti vert du Canada dans Saint-Boniface-Saint-Vital, Ben Linnick.

Manitoba

Élections fédérales