•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle signalisation à Rouyn-Noranda qui ne laisse pas indifférent

Un panneau indique « Stationnement avec vignette seulement, 7 heures-2 heures, lundi à vendredi, Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue ».

Les automobilistes sans vignette n'ont plus le droit de se stationner sur la 10e Rue, entre l'avenue Murdoch et l'avenue du Palais.

Photo : Radio-Canada / Boualem Hadjouti

Boualem Hadjouti

Les automobilistes n'ont plus le droit de se stationner sur la 10e Rue, entre l'avenue Dallaire et l'avenue Murdoch, à Rouyn-Noranda. Seuls les détenteurs d'une vignette du Centre intégré de santé et des services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT) y sont autorisés.

Les usagers eux opteront pour les parcomètres ou des endroits un peu plus éloignés de l'hôpital.

Une soixantaine de places de stationnement sur la 10e Rue, entre l'avenue Dallaire et l'avenue Murdoch, sont réservées aux employés du CISSS-AT.

Lundi matin, plusieurs automobilistes stationnés à cet endroit ont reçu un avertissement les invitant à déplacer leur véhicule au risque de recevoir une contravention.

Une feuille de papier de la Ville de Rouyn-Noranda est glissée sous un essuie-glace d'une voiture. L'avertissement indique aux usagers que la zone de stationnement est réservée aux détenteurs d'une vignette du Centre intégré de santé et des services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue.

La Ville affirme que les changements sont liés à l'arrivée prochaine du centre de cancérologie.

Photo : Radio-Canada / Boualem Hadjouti

Les citoyens ont des réactions partagées à la découverte d'une nouvelle signalisation les informant que ces stationnements sont réservés au CISSS-AT.

À l'hôpital, on a souvent des problèmes de stationnement premièrement, puis avec ça je me dis ça va en rajouter plus, mais moi ça ne me dérange pas, dit un citoyen.

On n'a pas de stationnement puis ils continuent à en enlever. Ils grossissent l'hôpital et n’y a pas de stationnements, ajoute un autre.

La Ville affirme que les changements sont liés à l'arrivée prochaine du centre de cancérologie. C'est justement pour faciliter l'accès des patients aux stationnements qui sont très près de l'hôpital explique le directeur de la sécurité incendie et de la sécurité civile, Stephen Valade.

En déplaçant les travailleurs plus loin, ça va donner l'accès aux patients plus près de l'hôpital. C'est sûr que pour les gens qui restent à côté, ça peut occasionner des changements, ajoute-t-il.

Pour l'Association québécoise des retraités des secteurs public et parapublic (AQRP), ce sont plutôt les frais de stationnement dans les hôpitaux qui posent problème.

La présidente Rose-Mary Thonney plaide pour des coûts de stationnement raisonnables pour les usagers de la santé. Au niveau des hôpitaux, notre approche était de dire un peu comme le gouvernement [du Québec] l'avait dit, deux heures gratuites et un coût raisonnable entre 7 et 10 dollars pour les heures suivantes, dit-elle.

Par courriel, le CISSS-AT affirme être à la recherche de solutions avec les partenaires concernés, pour s'assurer que les usagers et les membres du personnel aient accès à des espaces de stationnement.

Son service des communications indique qu'en octroyant des vignettes à des employés sur la 10e Rue, le CISSS-AT souhaitait créer un effet domino et libérer des espaces de stationnement, par exemple, sur le chemin Trémoy. L'objectif était que ces espaces [qui ne sont plus occupés par des employés parce qu'ils ont désormais une vignette] soient accessibles pour nos usagers.

Abitibi–Témiscamingue

Transports