•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Projet de casino : Labeaume et Sioui à couteaux tirés

Une rangée de machines à sous.

Une rangée de machines à sous.

Photo : iStock

Radio-Canada

Régis Labeaume s'oppose à ce point au projet de casino de Wendake qu'il se dit prêt à convaincre les Hurons-Wendats. Une ingérence, s'insurge pour sa part le grand chef Konrad Sioui.

« Je vais tenter de convaincre la population de Wendake de ne pas le faire, parce que la criminalité que ça apporte, c'est nous autres qui l'a sur le dos », a déclaré Régis Labeaume lundi matin.

Wendake n'est pas équipée pour faire face à ça. Sur son territoire d'abord, qui est tout petit, et la criminalité, ça va être dans la ville de Québec.

Régis Labeaume, maire de Québec

L'affirmation n'a pas tardé à faire réagir le principal intéressé, le chef Sioui.

« Régis, tu en as plein ton sac pour gérer ta ville, laisse-nous gérer nos affaires ici. Je pense qu'on est capables. Je le répète encore. Faisons toujours attention de comment on veut dépeindre les Premières Nations », a rétorqué Konrad Sioui un peu plus tard.

On a une très très bonne image quand on veut la préserver et on ne veut pas se faire dépeindre comme de potentiels dangereux ou des potentiels mafiosos.

Konrad Sioui, grand chef de la Nation Huronne-Wendat

Labeaume persiste et signe

Mis au parfum de la réponse de Konrad Sioui, le maire Labeaume en a remis une couche, lundi soir, juste avant la tenue du conseil municipal.

« On ne veut pas de casino, je le répète, même si c'est Wendake, même si on n'a pas juridiction. Je me mêle de mes affaires de maire de Québec, parce que la sécurité, c'est nous autres qui s'en occupent. Même là-bas quand il y a des problèmes. Donc, oui, je me mêle de mes affaires », a soulevé le maire de Québec.

« Je le savais qu'il allait répondre que chez eux, il peut faire ce qu'il veut. On n'est pas obligés d'être d'accord [sur] tout », a ajouté le maire Labeaume.

L'enjeu des terrains de la Défense nationale pourrait se cacher derrière cette prise de bec. Les Hurons-Wendats les veulent pour agrandir leur territoire. Le maire de Québec veut également mettre la main sur ces terrains et ainsi en contrôler le développement.

Avec les informations de Guylaine Bussière

Québec

Politique municipale