•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les données personnelles de la quasi-totalité des gens compromises en Équateur

Des mains sur un clavier d'ordinateur.

Les informations se trouvaient sur un serveur infonuagique non sécurisé de l’entreprise équatorienne de marketing et d’analyse Novaestrat.

Photo : iStock

Radio-Canada

Les dossiers personnels de 20,8 millions de citoyens et de citoyennes de l’Équateur, dont 6,7 millions d’enfants, ont été exposés au grand jour en raison d’une base de données mal configurée, selon ce qu'ont révélé les sites web vpnMentor et ZDNet. Le gouvernement du pays enquête sur cette fuite de données.

« C'est une question très délicate. C'est une importante préoccupation pour tout le gouvernement et l'État », a déclaré lors d'une conférence de presse la ministre de l'Intérieur, Maria Paula Romo, qui a annoncé l'ouverture d'une enquête qui « permettra, dans les prochaines heures, d'établir avec clarté qui sont les responsables ».

En plus des données sur l’identité de base – le nom, le sexe, l’adresse et l’âge –, les numéros de pièces d’identité gouvernementales, les numéros de téléphone et les dossiers familiaux, professionnels et éducatifs de la population font tous partie de la fuite.

Les états financiers des tous les membres d’une grande banque équatorienne ont aussi été exposés.

Au total, plus de 18 gigaoctets de données ont été découverts par l’équipe de recherche de vpnMentor.

Les informations se trouvaient sur un serveur infonuagique non sécurisé – et donc accessible – de l’entreprise équatorienne de marketing et d’analyse Novaestrat. L’équipe de cybersécurité du gouvernement de l’Équateur y a maintenant restreint l’accès.

« Nous travaillons sur le sujet avec les différentes institutions touchées, non seulement celles qui ont eu leurs données dérobées, mais également les différentes institutions qui sont chargées des questions de sécurité », a précisé la ministre Romo. 

Les données de plusieurs personnes décédées faisaient d’ailleurs partie de la fuite, ce qui explique pourquoi il y avait plus de dossiers exposés qu’il y a de personnes qui habitent actuellement l’Équateur, soit environ 17 millions.

Avec les informations de Agence France-Presse, ZDNet, et vpnMentor

Cybersécurité

Techno