•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un groupe de Calgary incite les femmes à parler de politique

Des femmes, de dos, se tiennent par la taille et regardent le soleil devant elles,

Selon un sondage de l'institut Léger, 28 % des femmes se sentent totalement informées sur les enjeux politiques, contre 46 % des hommes.

Photo : Facebook / Canada Powered by Women

Radio-Canada

Lundi, des femmes de Calgary lancent le groupe Canada powered by women à la Chambre de commerce de la ville. Leur but est d’inciter plus de femmes à s'informer sur les grands enjeux de la campagne électorale fédérale et à donner leur opinion.

Le groupe de femmes issues de l'industrie pétrolière et gazière encourage les autres femmes à parler de politique à l'automne, même si leurs points de vue diffèrent les unes des autres.

Elles pensent que les femmes ne s'engagent pas assez dans la discussion politique. C’est la raison pour laquelle elles ont créé une plateforme.

Selon l'organisme, les femmes se sentent moins informées que les hommes et osent moins parler de questions importantes en public.

Les femmes se censurent parce qu'elles mettent la barre trop haut.

Lucy Miller, porte-parole du groupe Canada Powered by Women

L'organisme à but non lucratif Canada Powered by Women s'est inscrit comme annonceur tiers auprès d'Élections Canada le mois dernier.

Il a déjà reçu 32 500 $ de contributions de plusieurs particuliers et entreprises de Calgary. De ce montant, 25 000 $ proviennent de Susan Riddell Rose, PDG de Perpetual Energy, une société de gaz naturel.

Selon Lucy Miller, ancienne directrice de Centraide à Calgary, l'idée du groupe a germé lorsque des femmes se sont réunies cet été pour parler des prochaines élections fédérales.

Nous nous sommes réunies parce que nous nous inquiétons de ce qui se passe dans le pays depuis quatre ans, dit-elle.

La taxe sur le carbone imposée par le gouvernement libéral [...] faisait partie des mesures discutées, confie-t-elle.

Échanges en ligne

L’organisation encourage les femmes à prendre part à une discussion en ligne en suivant le mot-clic #canadapoweredbywomen, promu par un compte Instagram portant le même nom.

Ce compte a déjà commencé à publier des conseils sur la manière de consommer l'actualité politique. Il demande en outre aux femmes de décrire leur vie idéale dans quatre ans.

Des images de Justin Trudeau et d’Andrew Scheer avec leurs familles le premier jour d'école ont également été publiées.

Lucy Miller, qui siège au conseil d'administration de la pétrolière Tourmaline Oil, précise que l'environnement e st une question importante pour celles qui ont commencé le groupe.

Elle exprime aussi clairement son désaccord avec la façon dont le gouvernement libéral gère le dossier.

Lucy Miller pose de face pour la photo.

Lucy Miller, porte-parole de Canada Powered by Women et ancienne directrice de Centraide à Calgary.

Photo : Radio-Canada / Kate Adach

Néanmoins, la porte-parole de Canada Powered by Women précise que tout le monde a ses propres préoccupations et qu’elle souhaite que chacune puisse exprimer les siennes.

Nous voulons qu'elles sentent qu'elles disposent d'une plateforme sécurisée pour discuter de choses qui sont importantes pour elles sans être jugés, conclut-elle.

Alberta

Politique fédérale