•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Opposé à la loi 21, Jagmeet Singh reconnaît la compétence législative du Québec

En entrevue avec Patrice Roy, le chef néo-démocrate Jagmeet Singh a reconnu qu'il était de la compétence de Québec de déterminer les lois sur la laïcité.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Valérie Boisclair

Bien qu’il se dise « évidemment » contre la loi 21, le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Jagmeet Singh, reconnaît qu’il est du ressort du Québec de légiférer en matière de laïcité. En entrevue à En direct avec Patrice Roy, il a déclaré qu'il revenait aux juges de trancher sur sa constitutionnalité.

Celui qui veut être « l’allié du Québec » l’affirme sans équivoque : il s’oppose à la Loi sur la laïcité de l'État, qui interdit le port de signes religieux aux personnes en position d’autorité, notamment les juges et les policiers, mais aussi les enseignants du primaire et du secondaire du secteur public.

Évidemment, je suis contre une loi qui divise toute la population. Moi, toute ma vie, j’ai essayé de rassembler les gens, assure Jagmeet Singh.

Interrogé sur le passage du texte devant les tribunaux, il répond : Ça, c'est une décision que les juges vont prendre. Je pense qu’il doit y avoir une séparation entre le politique et le juridique.

Mais plus tôt lundi, en entrevue à l'émission Tout un matin, le chef néo-démocrate a indiqué qu'il ne pensait pas que la loi avait une chance d'être validée par la Cour suprême. Je pense que non, parce qu'en fait, ça discrimine les gens à cause de leur apparence [...] Je pense que c’est contre les droits de la personne, mais c’est les cours de justice qui vont en juger , a-t-il dit à Patrick Masbourian.

Toujours au micro de Tout un matin, M. Singh, qui a déjà dit soutenir la requête déposée en Cour suprême par une étudiante et deux associations, a aussi fait savoir qu'il ne mènerait de son côté aucune contestation contre la loi.

Je reconnais la compétence du gouvernement du Québec à légiférer dans ce dossier, soutient le chef néo-démocrate en entrevue avec Patrice Roy. Il souhaite plutôt agir « là où il faut se rassembler », donnant l’exemple de la crise climatique.

C’est difficile d’être fier de notre identité.

Jagmeet Singh, chef du Nouveau Parti démocratique

De confession sikhe, Jagmeet Singh, qui sillonne les routes du pays à la rencontre des électeurs coiffé d’un turban, concède qu'il a « vécu des difficultés ». Il dit savoir, comme bien des Canadiens, ce que c'est que de « faire face à des barrières ».

Je connais cette réalité qui existe dans la société. À cause de l’apparence, du genre ou de l’identité, [certains] font face à des barrières. Mais ça, c’est pourquoi je suis fier de défendre l’identité de chacun, l’identité du Québec, affirme le chef néo-démocrate.

Aux élections de 2015, le parti a perdu 43 sièges au Québec. Depuis le départ de Thomas Mulcair, qui était député d'Outremont, il ne lui reste plus que 14 circonscriptions au Québec.

Notre dossier Élections Canada 2019

Distincts des verts

Tandis qu’il reconnaît des similitudes entre les propositions du Parti vert et celles du NPD, Jagmeet Singh estime que la réponse de son parti à l’urgence climatique va plus loin que celle des troupes d’Elizabeth May.

Notre plan est plus audacieux [que les verts], soutient-il. Déjà, le parti a indiqué qu'il comptait faire passer de 5 000 $ à 15 000 $ la subvention fédérale pour l'achat d'un véhicule électrique. Mais les seuls qui seront éligibles sont ceux qui se procureront un véhicule assemblé au Canada.

Le Parti vert a quant à lui dévoilé lundi les grandes lignes de son plan d'action, qui comprend notamment l'exemption des véhicules électriques et/ou zéro émission de la taxe de vente fédérale.

Les néo-démocrates comptent dans leurs rangs des figures reconnues pour mettre l’environnement au cœur de leurs priorités, poursuit M. Singh, citant en exemple le cinéaste Hugo Latulippe, qui se présente dans Montmagny–L'Islet–Kamouraska–Rivière-du-Loup.

Le parti a également annoncé lundi avoir recruté l’ancien chef du Parti vert du Québec, Éric Ferland, qui affrontera l'ex-néo-démocrate Pierre Nantel dans Longueuil–Saint-Hubert.

Le NPD a en outre des positions claires sur l’aide aux communautés LGBT, « ce qui n’est pas le cas des verts », soulève Jagmeet Singh.

Politique fédérale

Politique