•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections Québec consulte sur le vote en ligne

Le vote par Internet pourrait se faire depuis un ordinateur, un téléphone intelligent ou une tablette.

Photo : iStock / 15

Radio-Canada

Élections Québec lance une consultation publique sur le vote en ligne dont les résultats seront déposés à l’Assemblée nationale en juin 2020.

On veut mesurer l’acceptabilité sociale de cette façon de voter là auprès des Québécois, explique la porte-parole Julie St-Arnaud Drolet, précisant que le sondage prend fin le 3 novembre.

Dès maintenant, les Québécois peuvent se rendre sur le site du Directeur général des élections du Québec (DGEQ) pour répondre à un sondage en ligne ou encore pour demander un formulaire par la poste.

Le but est aussi de savoir quelles sont les attentes des électeurs et leurs préoccupations. Ce sondage sera inclus dans l'étude déposée à l’Assemblée nationale.

Quel est l’état du vote par Internet ailleurs?

Dans l’étude complète, le vote par Internet utilisé ailleurs au Canada et dans le monde sera également considéré.

Il faut savoir aussi qu’au Canada on en fait l’expérience [...] plusieurs municipalités de l’Ontario depuis 2003 utilisent le vote par Internet, même chose du côté de la Nouvelle-Écosse, depuis 2008 certaines municipalités l'utilisent, ajoute la porte-parole.

Le vote par Internet plutôt que le vote électronique

Au Québec, le vote électronique avait connu des ratés en 2005 lors des élections municipales.

On parle d’urnes électroniques, donc des gens qui pouvaient passer leur bulletin de vote devant un lecteur qui pouvait comptabiliser les votes ou encore de bornes de votation où les gens appuyaient sur le nom du candidat qu’ils voulaient élire, explique-t-elle, ajoutant que les technologies utilisées aujourd’hui sont complètement différentes.

Le DGEQ considère plutôt cette fois-ci dans son étude le vote par Internet à distance.

Les gens peuvent voter à partir de leur téléphone intelligent, de leur tablette ou de leur ordinateur.

Julie St-Arnaud Drolet, porte-parole d'Élections Québec

Le 1er octobre prochain, les Territoire du Nord-Ouest vont en faire l’utilisation pour la première fois à l’échelle d’une province ou d’un territoire. Donc, on va analyser ces expériences-là, fait-elle savoir.

Il se pourrait que les lois électorales nécessitent des modifications, ce sera également considéré dans l’étude, tout comme les enjeux de sécurité informatique. Le piratage des résultats et l’anonymat du vote seront aussi scrutés à la loupe.

Avec les récents vols de données chez Desjardins, Capital One et ailleurs, la protection des renseignements personnels reste également un enjeu important dans ce genre d’étude.

Quand pourra-t-on voter par Internet?

Il faudra patienter encore avant que le vote en ligne soit implanté. Il pourrait d’abord prendre la forme de projet pilote lors des élections scolaires ou municipales.

Si le DGEQ espère toujours que le taux de participation soit plus élevé, le vote par Internet ne garantit rien. Ça ne nous permet pas de conclure à une hausse de la participation électorale pour autant, souligne Julie St-Arnaud Drolet.

Québec

Politique provinciale