•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 10 M$ pour Royer à Sherbooke

Un équipement à la fine pointe de la technologie à l'intérieur de l'usine Royer à Sherbrooke.

La nouvelle usine de Royer à Sherbrooke est à la fine pointe de la technologie. Elle lui permettra de rapatrier ses activités qui sont en sous-traitance en ce moment en Asie.

Photo : Radio-Canada / John Sébastien Naïs

Radio-Canada

Le fabricant de chaussures et de bottes de travail Royer a inauguré son usine de Sherbrooke lundi, un projet de plus de 10 millions de dollars qui permettra à l'entreprise de rapatrier ses activités et de quintupler sa production.

La nouvelle usine, située dans le parc industriel à Sherbrooke, fait un peu plus de 4 500 mètres carrés en superficie et pourra produire 120 bottes à l’heure.

Tout un pari pour l’entreprise qui compte également une usine à Lac-Drolet, près de Lac-Mégantic. Le président directeur général de Royer, Simon Larochelle, souhaite montrer l’exemple.

On espère être un modèle pour les autres entreprises manufacturières qui s’apprêtent à prendre le virage de l’industrie 4.0. On veut leur démontrer qu’en faisant bien les choses, c’est possible de fabriquer ici un produit aussi complexe qu’une chaussure de travail, explique-t-il.

Avec l’inauguration de cette nouvelle usine à la fine pointe de la technologie, l’un des objectifs de Royer est de rapatrier dans la région une partie de ses activités qui est actuellement en sous-traitance en Asie.

Une trentaine d’emplois seront créés sur une période de trois ans.

Le gouvernement du Québec a d’ailleurs accordé une aide financière de six millions de dollars à l’entreprise.

Royer, c’est un manufacturier important. Je les mets au même niveau que les Bombardier, les Aldo, les Lemaire au Québec. On est très fiers de soutenir encore une fois une société comme Royer, a mentionné le ministre des Transports et ministre responsable de la région de l’Estrie, François Bonnardel.

L’usine sera opérationnelle dès la mi-octobre.

Estrie

Économie