•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lutte électorale à trois dans une banlieue de Toronto

Le centre-ville de Brampton, au mois de septembre.

Le centre-ville de Brampton, au mois de septembre

Photo : Radio-Canada / Julie-Anne Lamoureux

Julie-Anne Lamoureux

Les trois principaux partis politiques ciblent les électeurs des circonscriptions de la région de Brampton, au nord-ouest de Toronto, où rien n'est gagné pour les élections fédérales d'octobre.

Les cinq sièges de Brampton (Brampton-Centre, Brampton-Est, Brampton-Nord, Brampton-Sud, Brampton-Ouest) sont convoités, parce qu'il n'existe pas de loyauté particulière pour un parti ou un autre.

Ainsi, le vent tourne d'une élection à l'autre, de sorte que tous les partis croient avoir une chance d'y faire élire des députés. C'est une région qui pourrait faire basculer le paysage politique.

On a vu en 2015 combien Brampton était au centre de la stratégie des libéraux. Ils ont eu ce grand rassemblement à la fin de la campagne à Brampton. On sait que le NPD cible des sièges à Brampton parce que c'était l'ancien comté de Jagmeet Singh quand il était député provincial. Et les conservateurs savent que dans le passé, Brampton a donné le gouvernement majoritaire de Stephen Harper.

Eric Grenier, analyste des sondages, CBC

En 2011, les conservateurs ont effectivement raflé les cinq circonscriptions de la région.

Quatre ans plus tard, la vague libérale de Justin Trudeau a déferlé sur la région.

Au provincial, trois des cinq députés actuels sont des néo-démocrates. Le chef fédéral du NPD, Jagmeet Singh, était d'ailleurs député de Brampton de 2011 à 2017, lors de ses années à Queen's Park, au provincial.

Jagmeet Singh lors d'une conférence de presse.

Jagmeet Singh fait une annonce en santé à Brampton au début de la campagne électorale.

Photo : Radio-Canada

Sans pouvoir parler de circonscriptions dites « baromètre », on peut toutefois dire que les tendances du vote pour tout le Canada s'observent souvent dans ce coin du pays.

L'importance de la région de Toronto

Selon le recensement de 2016, près de 600 000 personnes vivent dans les cinq circonscriptions de Brampton. Des circonscriptions qui sont situées dans la grande région de Toronto, une région connue pour élire ou défaire des gouvernements.

Les gens de Brampton souhaitent que leur vote compte. Plusieurs sont toutefois désillusionnés et jugent qu'ils sont souvent ignorés au profit des citoyens de Toronto, tout juste à côté.

Brampton est en effet souvent décrite comme une ville-dortoir. Beaucoup de familles de la classe moyenne y vivent. On y gagne sa vie dans l'industrie manufacturière et dans le secteur des affaires.

Les enjeux au cœur du vote, vraiment?

Lorraine Gandolfo assise à une table.

Lorraine Gandolfo vit à Brampton et s'intéresse de près à la campagne électorale fédérale.

Photo : Radio-Canada / Julie-Anne Lamoureux

Parmi ces préoccupations, il y a la santé. Les gens de Brampton demandent la construction d'un nouvel hôpital, jugeant ne pas avoir accès à tous les soins de santé auxquels ils ont droit.

Ils réclament aussi du financement pour le transport en commun et les infrastructures.

S'ils convainquent l'électeur qu'ils vont porter attention au dossier de la santé, parler d'infrastructures et améliorer la situation du transport, ils vont avoir l'appui des gens. On est trop près de Toronto. On s'en rend compte au niveau des soins de santé.

Lorraine Gandolfo, résidente de Brampton

Quelque 200 jeunes se sont réunis au début du mois à Brampton pour parler des élections, rencontrer les candidats de tous les partis et partager leurs préoccupations. L'objectif était justement d'engager les millénariaux dans le processus électoral.

Nikita Brown travaille sur un ordinateur portable déposé sur une table.

Nikita Brown a fondé et dirige le site Internet The Bramptonist.

Photo : Radio-Canada / Julie-Anne Lamoureux

Un thème est ressorti du lot : l'environnement. Les jeunes veulent des promesses concrètes en ce sens.

Ce sont les enjeux environnementaux qui ont été les plus discutés lors du forum. C'est la priorité des millénariaux. Et tellement de thèmes y sont reliés : le transport, la santé... Celui qui aura mon vote est celui qui s'engagera à défendre ce qui est important pour nous.

Nikita Brown, éditrice, The Bramptonist

Mais certains doutent que les enjeux comptent vraiment durant cette campagne.

C'est le cas de Peeyush Gupta, un commerçant de la rue Main à Brampton. Il craint que les enjeux soient secondaires et que les électeurs votent plutôt en fonction des origines des candidats.

Peeyush Gupta derrière le comptoir de son commerce.

Peeyush Gupta a un commerce sur la rue Main à Brampton.

Photo : Radio-Canada / Julie-Anne Lamoureux

Il faut dire que plus de 50 % des électeurs des circonscriptions de la région de Brampton sont immigrants ou issus d'une minorité visible. Beaucoup d'électeurs viennent de l'Asie du Sud.

Peeyush Gupta est lui-même d'origine indienne. Il est arrivé au Canada en 2003.

Les gens ne votent pas en fonction des enjeux. Ils votent selon la personnalité des candidats, selon leur origine religieuse, ethnique, selon leur village d'origine ou leur pays.

Preeyush Gupta, commerçant de Brampton

C'est ce qui explique, selon lui, pourquoi les résultats varient d'une élection à l'autre dans la région. Il le déplore.

Déjà, deux des trois principaux chefs ont fait le saut dans la région depuis le début de la campagne électorale.

Andrew Scheer prend une photo avec un partisan.

Andrew Scheer était de passage à Brampton dès le début de la campagne électorale.

Photo : Radio-Canada

Les électeurs s'attendent à les revoir souvent au cours des prochaines semaines.

Notre dossier Élections Canada 2019

Toronto

Politique fédérale