•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grands travaux : des indemnisations pour les commerçants

Tramway, réfections majeures de rues et infrastructures

Des travaux sur la route de l'Église à Québec

Des travaux sur la route de l'Église à Québec

Photo : Radio-Canada

Carl Marchand

La Ville de Québec accepte finalement l'idée d'indemniser les commerçants affectés par de grands travaux.

Le programme de compensation sera mis sur pied au cours des prochaines semaines. Les entreprises pourront toucher jusqu'à 30 000 dollars par année en compensation.

Cet été, plusieurs commerçants et restaurateurs de la route de l'Église ont fait état de pertes substantielles en raison d'un chantier sur l'artère commerciale. Ils obtiennent gain de cause, car ils seront admissibles au programme.

« Notre administration a entendu les commerçants et les commerçantes et propose une solution juste et équitable », a déclaré le maire Régis Labeaume.

Le programme pratiquement calqué sur celui de Montréal s'appliquera pour la mise en place du réseau de tramway, dont la construction doit s'amorcer en 2022. Les entreprises touchées devront se trouver dans un rayon de 200 mètres d'un chantier.

« Don't call us! »

Le maire Labeaume a supplié les commerçants de ne pas contacter immédiatement la Ville au sujet du programme.

« Attendez qu'on construise tout ça. Ça ne donne rien de nous appelez », paraphrasant la célèbre expression anglaise Don't call us, we will call you.

Le programme devra d'abord être inscrit dans un règlement, puis être inscrit au budget 2020 de la Ville.

Il faudra environ 5 millions de dollars par année pour financer les compensations lors de la période de construction du tramway. Pour le chantier de la route de l'Église, il aurait théoriquement fallu 500 000 $ pour indemniser tous les commerçants du secteur.

« On sait que des gens n'ont pas perdu d'argent. On a entendu toutes sortes d'histoires. On en a des sucrées qu'on sait maintenant. La vérité va sortir », a conclu Régis Labeaume.

L'opposition et les commerçants applaudissent

« Je tiens à dire que c'est grâce à nous si on parle de ça aujourd'hui, parce que souvenez vous en plein mois de juillet je suis allé sur la route de l'église. J'ai demandé des compensations pour les commerçants. Ça fait des semaines », s'est félicité le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin.

« On a réussi. Les commerçants, les citoyens les élus de l'opposition à faire entendre raison au maire, que oui, ça prend des dédommagements, des compensations financières », a pour sa part insisté le conseiller Jean Rousseau.

La Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI) se réjouit de la décision de la Ville de Québec.

« Le point à surveiller, ça va être la manière que les commerçants vont devoir justifier les pertes financières qu'ils ont eues au cours des chantiers. Il ne faut pas que la paperasse soit plus coûteuse que l'indemnisation offerte », indique Gopinath Jeyabalaratnam, conseiller aux affaires économiques et gouvernementales.

« C'est sûr que ça va arriver tardivement. Mais comme le dicton, mieux vaut tard que jamais. Déjà qu'on est parti d'un refus quasi catégorique. Là, on est très très contents », a soutenu le directeur général du restaurant Portofino, Bertrand de l'Épinay.

Québec

Politique municipale