•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vic Vogel, légende du jazz, est mort

Le Canadien Vic Vogel, véritable légende de la musique jazz, s'est éteint lundi matin.

Photo : Facebook / Vic Vogel

Radio-Canada

Le pianiste et chef d’orchestre Vic Vogel, un des grands du jazz canadien, est décédé lundi matin dans sa résidence de Montréal des suites de sa maladie à l'âge de 84 ans.

La nouvelle a été confirmée par son gérant Bob Pover et son ami Éric Ayot.

« Ce dernier s’est éteint aux côtés de sa maîtresse, son piano Steinway sur lequel il a joué depuis l'âge de 16 ans », peut-on lire dans un communiqué.

Le parcours de Vic Vogel, né Viktor Istvàn Vogel, a été directement lié à l'histoire du jazz des 70 dernières années à Montréal.

Pendant des décennies, il a dirigé son orchestre de jazz et accompagné des musiciens d'ici et d'ailleurs, d'Offenbach à Céline Dion en passant par Chucho Valdès.

L'œuvre du musicien autodidacte compte plus de 2000 pièces, arrangements et compositions; son nom figure sur une soixantaine d'albums, et il a donné plus de 10 000 prestations un peu partout dans le monde.

Un pilier du jazz montréalais

Vic Vogel était une figure incontournable du Festival international de jazz de Montréal (FIJM), auquel il a participé depuis sa fondation, en 1980.

Il a été là plus souvent qu’il y a eu de Festivals de jazz, a illustré André Ménard, un des deux fondateurs du FIJM, en entrevue avec Catherine Richer, chroniqueuse culturelle de l’émission Le 15-18.

Il y a eu 40 éditions [du FIJM], et il a fait en tout 50 présences, dont 34 en tant que headliner, comme on dit en anglais. C’est un invité permanent du Festival de jazz. C’est celui qui a fait le plus de concerts.

André Ménard

C’est quelqu’un qui, historiquement, pour nous, compte beaucoup, a-t-il ajouté.

André Ménard a décrit Vic Vogel comme un acteur très influent du milieu, du fait notamment que le Vic Vogel Big Band réunissait de nombreux artistes qui performaient ensemble, ou encore qui répétaient régulièrement les lundis soirs.

Vic Vogel a été très central à la scène du jazz du Montréal. C’est un personnage qui a créé beaucoup de rencontres entre musiciens. Vic, c’était un grand animateur de la scène du jazz, mais aussi une star. Il pouvait remplir des salles, ce qui n’était pas donné à tous les jazzmen montréalais.

André Ménard a aussi indiqué que Vic Vogel était présent lors de l’Exposition universelle de 1967, qu’il a composé la musique officielle des Jeux olympiques de Montréal de 1976 et qu’on a aussi pu le voir maintes et maintes fois dans les émissions de variétés à Radio-Canada et CBC.

Sa présence a été considérable et inégalée, je pense.

Marginal et rigoureux

L’auteur-compositeur-interprète Martin Deschamps a confié sur les ondes de RDI être attristé par le départ du musicien, de qui il était très proche. Les deux hommes se connaissaient notamment grâce aux tournées et aux différents projets musicaux qu’ils ont effectués ensemble.

« Ce sont des souvenirs qui vont toujours rester dans mon cœur », a-t-il mentionné en entrevue avec Christian Latreille.

C’était un homme très original, marginal. C’était quelqu’un de sévère, d’une rigueur musicale incroyable. J’ai eu beaucoup de plaisir avec cet homme.

Il se souvient d’ailleurs de Vic Vogel comme un musicien hors pair, un génie de sa génération, mais aussi comme un artiste bouillant.

Je le fréquentais régulièrement, c’était un bon vivant. Mais c’était un homme avec un fort caractère. Certains disent que ce n’était pas facile de travailler avec lui. Moi j’avais beaucoup de plaisir à le faire. J’ai appris que la musique, ce n’est pas juste pour s’amuser.

Martin Deschamps

Il y a à peine une semaine, j’étais chez lui pour lui faire un dernier au revoir, a-t-il ajouté. Pour le départ, il m’a fait un grand signe de tête, qui voulait dire qu’il était prêt pour ce voyage.

Musique

Arts