•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Conservateurs et libéraux bataillent ferme pour le vote des parents

Andrew Scheer, sa femme et des enfants ont une main en l'air, comme s'ils faisaient un cri d'équipe.

Le chef conservateur Andrew Scheer et sa femme Jill se sont amusés avec des enfants s'entraînant au soccer en marge de l'annonce sur le rétablissement de deux crédits d'impôt.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

François Messier
Joëlle Girard

Au jour 6 de la campagne électorale, conservateurs et libéraux continuent de rivaliser de promesses visant à s’attirer l’appui des électeurs qui ont des enfants, que ce soit en remettant de l’argent dans leurs poches ou en leur simplifiant la vie.

Depuis Kelowna, en Colombie-Britannique, Andrew Scheer a annoncé lundi qu’un gouvernement conservateur ressusciterait des crédits d'impôt remboursables de 1000 $ pour les activités sportives et de 500 $ pour les activités d’art ou d’apprentissage d’un enfant.

Les parents d’enfants handicapés pourraient réclamer 500 $ de plus par enfant que les autres pour les activités physiques, et 1000 $ de plus par enfant pour les activités d’art ou d’apprentissage, ce qui inclut des cours de langue ou du tutorat.

Ces deux crédits d’impôt avaient été mis en place par le gouvernement conservateur de Stephen Harper, mais ont été abolis par le gouvernement libéral de Justin Trudeau, qui a récupéré les sommes pour créer l’Allocation canadienne pour enfants.

Les rétablir coûterait 298 millions de dollars par année lors du budget 2023-2024, selon l’estimation faite par le directeur parlementaire du budget (DPB). Andrew Scheer a néanmoins assuré qu’il n’entendait pas pour autant abolir l’Allocation canadienne pour enfants.

Les crédits d’impôt comme ça étaient très populaires. Il y a des centaines de milliers de famille qui ont profité de crédits d’impôt comme ça, et ils étaient très déçus quand Justin Trudeau les a éliminés.

Andrew Scheer, chef du Parti conservateur du Canada

La semaine dernière, le chef conservateur s’est aussi engagé à rétablir le crédit d’impôt de 15 % pour les laissez-passer de transport en commun qu’avait créé le gouvernement Harper, ce qui coûterait 234 millions de dollars au Trésor public au terme d’un premier mandat. Les libéraux ont récupéré ces sommes pour investir dans le Fonds des infrastructures.

Notre dossier Élections Canada 2019

Depuis le début de la campagne, Andrew Scheer a également promis de réduire de 15 % à 13,75 % d’ici janvier 2023 le taux du premier palier d’imposition (de 12 069 $ à 47 630 $), au coût de 5,9 milliards de dollars d’ici quatre ans et de supprimer l’impôt fédéral sur les prestations de maternité et parentales, ce qui coûterait 1 milliard.

Le chef conservateur martèle ainsi qu’il compte remettre de l’argent dans les poches des Canadiens, tout en promettant d’équilibrer le budget fédéral, actuellement déficitaire de près de 20 milliards de dollars.

Pressé de questions sur la façon dont il entend résoudre ce qui semble être la quadrature du cercle, M. Scheer s’est contenté de dire lundi qu’il dévoilerait bientôt le cadre financier de son parti. Il a cependant laissé entendre qu'il comptait réduire la croissance de certaines dépenses fédérales.

On va avoir des annonces dans les prochains jours qui vont expliquer comment on va arriver à un budget équilibré […] réduire les impôts et augmenter les investissements dans les programmes essentiels comme la santé et l’éducation.

Andrew Scheer, chef du Parti conservateur du Canada

Trudeau promet plus de places en garderie

De son côté, le chef libéral a profité de la matinée pour annoncer la création de 250 000 nouvelles places en service de garde avant et après l'école pour les enfants de moins de 10 ans.

En conférence de presse à Waterloo, en Ontario, Justin Trudeau a expliqué que cet engagement représentait un investissement annuel de 535 millions de dollars à compter de 2020-2021. Cette bonification vient s'ajouter aux 7,5 milliards de dollars sur 11 ans prévus dans le budget fédéral de 2017, qui prévoyait déjà la création de 40 000 places en garderie.

Le Parti libéral du Canada (PLC) a également promis lundi d'abaisser de 10 % les frais encourus pour les parents pour ce genre de service de garde en milieu scolaire.

Justin Trudeau en conférence de presse.

Le chef libéral Justin Trudeau était à Waterloo, en Ontario, lundi matin.

Photo : Radio-Canada

Si vous êtes une famille avec deux enfants vivant ici en Ontario, ces changements vont vous permettre d'économiser environ 800 $ par année.

Justin Trudeau, chef du Parti libéral

Pour ceux qui travaillent de longues heures, 10 % des places ajoutées seront réservées aux parents qui travaillent tôt ou tard, qui ne font pas du 9 à 5, a précisé Justin Trudeau, qui a souligné au passage que le fardeau de trouver un service de garde incombe trop souvent à la mère.

Cet argent frais promis par les libéraux sera distribué aux provinces par le biais du Cadre d’apprentissage et de garde des jeunes enfants, tout comme la cagnotte promise en 2017. Cet accord fédéral-provincial exclut le Québec, qui a son propre système de centres de la petite enfance (CPE), mais qui bénéficie tout de même des investissements fédéraux grâce à une entente asymétrique.

Du côté de l'Ontario, le gouvernement conservateur de Doug Ford a déjà annoncé ses couleurs en matière de services de garde. Questionné sur la manière dont il s'y prendrait pour contourner la volonté provinciale de couper dans ce type de service, Justin Trudeau en a plutôt profité pour passer à l'attaque.

Ce serait un vrai problème pour plusieurs familles partout au pays, particulièrement ici en Ontario aujourd'hui, d'avoir un gouvernement fédéral qui a la même ligne de pensée que celle du premier ministre conservateur en Ontario, a lancé M. Trudeau.

Les mesures annoncées lundi devraient profiter à plus d'un million de familles à travers le pays, selon le PLC.

Politique fédérale

Politique