•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Bernier invité aux débats des chefs

Plan moyen de M. Bernier.

Maxime Bernier, chef du Parti populaire du Canada.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Joëlle Girard
Valérie Boisclair

Maxime Bernier, chef du Parti populaire du Canada (PPC), aura l'occasion de croiser le fer avec les chefs fédéraux lors des débats officiels en vue de l'élection du 21 octobre prochain.

À la lumière de notre évaluation approfondie, j’ai la conviction que plus d’un candidat soutenu par le parti a une véritable possibilité d’être élu, a indiqué par communiqué David Johnston, commissaire aux débats, lundi.

Le PPC n'a pas tardé à réagir sur son compte Twitter.

Dans une vidéo transmise à Radio-Canada par son directeur de campagne, M. Bernier, qui se trouve au Nouveau-Brunswick, s'est sans surprise dit très heureux de la décision de la Commission des débats des chefs.

Selon les sondages, la moitié des Canadiens souhaitaient nous entendre, et ils vont avoir maintenant un vrai choix démocratique. C'est sain pour la démocratie.

Maxime Bernier, chef du Parti populaire du Canada

Le nombre de membres du parti, la capacité de financement de l’organisation et les résultats de sondages électoraux menés dans des circonscriptions sont parmi les critères qui ont été pris en compte par la Commission pour trancher.

S'il faut qu'un parti se présente dans 90 % des circonscriptions, celui de Maxime Bernier était le premier à avoir rempli ce critère, avec quelque 300 candidats, a assuré Michel Cormier, directeur général de la Commission des débats des chefs, en entrevue à Radio-Canada.

Le parti de M. Bernier a une organisation quand même très solide. Il a plus de 40 000 membres, il a quand même récolté 750 000 $ dans le premier quart de l’année 2019. Ce sont des éléments qui montrent […] que des gens veulent militer pour le parti, a-t-il expliqué.

Le PPC [...] est particulièrement présent dans les médias et le paysage politique et, selon les sondages récents, il a une possibilité raisonnable de connaître du succès dans plus d’une circonscription, a affirmé le commissaire David Johnston. Étant donné l’ensemble de ces facteurs, le PPC satisfait à deux des trois critères établis dans notre décret.

Une décision qui ne fait pas l'unanimité

Le Parti conservateur du Canada (PCC) a réagi en accusant le chef libéral, Justin Trudeau, d’avoir « pipé les dés depuis des mois ». Il n'est pas surprenant que la Commission, triée sur le volet par Justin Trudeau, ait utilisé un sondeur favorable aux libéraux qui s'en prend à Andrew Scheer pour justifier finalement la présence de M. Bernier au débat, ont accusé les conservateurs par communiqué.

La Commission s'est notamment fiée à un sondage de la firme EKOS Research Associates, peut-on lire dans la décision rendue lundi. Au dire des conservateurs, le président de la firme, Frank Graves, serait un « partisan libéral » qui aurait offert ses conseils au Parti libéral du Canada (PLC) en 2010.

Les libéraux ne se cachent pas d'avoir nommé en 2018 l'ex-gouverneur général du Canada David Johnston à la tête de la Commission des débats des chefs, par ailleurs indépendante. Nous sommes fiers de continuer à partager notre vision positive, inclusive et tournée vers l’avenir avec les Canadiens, a déclaré un porte-parole du Parti libéral qui n'a pas commenté directement l'invitation lancée au chef du Parti populaire en vue des débats.

M. Scheer a hâte d'avoir enfin l'occasion de débattre avec Justin Trudeau, qui a fui le dernier débat Maclean’s/CityTv et refuse de défendre son bilan de taxes et de déficits, a fait savoir le PCC, qui n'a pas non plus commenté la participation de son ancien candidat aux débats.

Une formation politique qui n’a jamais fait élire personne va avoir le même temps de présence que l’actuel premier ministre du Canada. J’imagine que les pressions des lobbys ont été efficaces, a de son côté répondu le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, interrogé lors d’une conférence de presse.

Le prix de la démocratie semble être qu'on va se partager le temps à six plutôt qu'à cinq. Est-ce que la démocratie gagne? Le sérieux n'y gagne pas.

Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois

Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Jagmeet Singh, qui se dit contre la présence de M. Bernier aux débats, a réitéré les arguments évoqués dans une lettre envoyée par son parti au commissaire David Johnston avant qu’il prenne sa décision. Le NPD avait indiqué que Maxime Bernier n’avait clairement pas mérité le privilège de s’adresser aux Canadiens directement, à l’instar des autres chefs de grands partis.

L’inviter aux débats officiels revient à lui donner une plateforme pour exprimer ses idéologies « de haine et d’intolérance », avait soutenu le parti, évoquant les propos « racistes » tenus par M. Bernier et ses affinités avec les membres de groupes d’extrême droite.

Je serai là [aux débats] parce que je vais me battre contre les discours haineux, a assuré Jagmeet Singh, en entrevue à Radio-Canada.

Il répond aux exigences. Il est le bienvenu au débat!, a simplement réagi la chef du Parti vert, Elizabeth May.

Notre dossier Élections Canada 2019

Le Parti conservateur « trop corrompu »

En août 2018, M. Bernier avait quitté avec fracas le Parti conservateur du Canada (PCC), accusant la formation d'avoir « abandonné ses principes de base ».

Alors député de la circonscription de Beauce, il se disait en désaccord avec les positions du PCC et de son chef, Andrew Scheer, notamment dans les dossiers de la gestion de l’offre, de la renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), de l’immigration et de la péréquation.

Il avait même affirmé que le PCC dirigé par M. Scheer était trop corrompu, intellectuellement et moralement, pour être réformé.

Lors de la course à la direction du Parti conservateur, en mai 2017, Maxime Bernier avait terminé deuxième derrière Andrew Scheer par une mince marge de 1,9 point de pourcentage.

Les débats des chefs officiels, l'un en anglais et l'autre en français, sont respectivement prévus les 7 et 10 octobre prochains et seront notamment diffusés sur toutes les plateformes de Radio-Canada.

Politique fédérale

Politique