•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prendre le train léger? Non merci, pas aujourd’hui!

Des usagers ont boudé le train léger d'Ottawa, lundi matin

Des gens debout dans un autobus.

Des usagers ont préféré rester dans l'autobus plutôt que de prendre le nouveau train léger d'Ottawa, lundi matin.

Photo : Radio-Canada / Angie Bonenfant

Angie Bonenfant

Malgré la mise en service du train léger d'Ottawa, de nombreux usagers en provenance du secteur d'Orléans ont choisi de passer leur tour et de prendre l'autobus, lundi matin.

C’était particulièrement évident à la station Blair, alors que de nombreux autobus express sont repartis en direction du centre-ville avec presque tous leurs passagers à bord.

Il faut dire que les circuits d'autobus actuels d’OC Transpo resteront en place jusqu’au 6 octobre — en parallèle avec le train léger —, soit pendant trois semaines. Cette décision a été prise dans le but d’offrir aux usagers une transition en douceur.

2 autobus, plus le train pour se rendre à Gatineau

Certains des usagers qui ont choisi de rester dans leur autobus plutôt que de prendre le train craignaient d’arriver en retard au travail.

C’est le cas de Ricardo Contreras, qui réside dans le secteur de Cumberland et qui travaille à Gatineau. Avec l’ancien système, il se rendait au travail en utilisant un seul autobus. L’arrivée du train léger l’oblige à faire plusieurs arrêts.

J’ai fait le calcul sur le site web d’OC Transpo et ça va me prendre 45 minutes de plus pour me rendre à Gatineau, a-t-il expliqué. Il faut que je débarque, ici, à Blair, ensuite à Mackenzie King [station Rideau] et que je traverse le centre commercial pour aller prendre la 17. C’est trois arrêts!

M. Contreras aimerait que l’on maintienne au moins une ligne d’autobus qui irait directement à Gatineau. Il y a beaucoup de gens qui travaillent à Gatineau et qui habitent à Orléans, a-t-il soutenu.

Sa compagne de voyage, Louise-Marie Lubin, abondait dans le même sens. Je suis habituée avec l’autobus et on donne le service encore pendant trois semaines, alors je reste là-dedans, a-t-elle déclaré. Je pense que ce sera plus long avec le train, parce qu’il faudra traverser Rideau pour aller prendre un autobus afin d’aller à Gatineau.

Je vais essayer de prendre le train pour voir ce que cela donne, mais pas aujourd’hui!

Louise-Marie Lubin

Jenna Andrews sait que viendra un moment où elle n’aura d’autres choix que de prendre le train pour se rendre, elle aussi, à la promenade du Portage. Mais pour l’instant, pourquoi se rendrait-elle la vie dure? s’est-elle demandé.

Cela me prend présentement 45 minutes pour me rendre au travail [d’une porte à l’autre]. Je m’attends à ce que cela soit plus long avec le train, a-t-elle tranché. Pour moi, ce sera deux autobus à prendre, plus le train!

Des usagers ont préféré rester dans leur autobus express plutôt que de prendre le train.

Plusieurs passagers de la ligne express 236 soutiennent que l'autobus est une meilleure option que le train léger.

Photo : Radio-Canada / Angie Bonenfant

Pour le moment, le bus est une meilleure option

Dans l’autobus express 236 en direction du centre-ville d’Ottawa, nombreux sont ceux qui ont choisi de demeurer assis, une fois arrivés à la station Blair.

J’ai regardé l’heure et je me suis dit que je serai sûrement en retard si j’essayais le train pour la première fois, a déclaré une passagère qui a préféré taire son nom.

Pour certains, rester dans l’autobus semblait l’option la plus facile. Les réflexes ne sont pas encore installés, a admis Mus Mineta, qui ne semblait pas trop pressé d’embarquer dans le nouveau train.

Moi, ma raison est très simple. Je ne peux pas sortir du bus et entrer dans le train pour l’instant, parce que je me déplace avec une canne. Entrer et sortir, cela ne m’intéressait pas aujourd’hui, a plaidé Marcel Mangan.

Je vais laisser aller les trois semaines avant d’y aller.

Marcel Mangan

Pour être honnête, je suis terrifiée à l’idée de prendre le train et d’être prise sous terre, a laissé tomber Fatima Lopez. Elle attendra elle aussi la fin des trois semaines avant de se lancer.

Avec le trou béant sur Rideau et, puis, tout le temps que cela a pris pour la construction, je ne suis tout simplement pas prête à prendre le train, a-t-elle raconté.

Un homme près des rails du train léger.

Plusieurs usagers hésitent encore à prendre le train léger. L'autobus est encore très populaire.

Photo : Radio-Canada / Patricia Sauzede

Je vais laisser les autres usagers être des cobayes avant de m’aventurer là-dedans, a avoué Debbie Desjardins. Cette résidente d’Orléans apprécie beaucoup la période de transition.

Je vais tenter de le prendre [le train] dans une ou deux semaines. Présentement, je suis un peu trop méfiante.

Debbie Desjardins

Des usagers indécis

À la Place d’Orléans, près d’une dizaine d’usagers attendaient un autobus pour se rendre au centre-ville, lors du passage de Radio-Canada lundi matin. Plusieurs hésitaient encore à prendre le train.

Je ne suis pas encore certain. Je vais décider quand je serai là, a lancé un usager très pressé. Si le bus passe immédiatement, je pourrais peut-être le prendre.

Je profite encore du fait que je n’ai qu’à prendre un seul autobus pour me rendre au centre-ville. Je vais en profiter aussi longtemps que possible, a avoué une femme prénommée Mélinda.

La transition prendra fin à la mi-octobre. Il semble donc que le véritable test de l’heure de pointe se fera à ce moment-là.

Ottawa-Gatineau

Transport en commun