•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaccination à l'école : Toronto demande la fin des exemptions religieuses

Une enfant se fait vacciner.

La Santé publique de Toronto recommande au gouvernement Ford de retirer les exemptions religieuses qui font encore obstacle à la vaccination des jeunes dans les écoles.

Photo : Associated Press / Eric S. Swist

Jean-Philippe Nadeau

La médecin hygiéniste en chef de Toronto recommande au gouvernement Ford de retirer les exemptions religieuses qui font encore obstacle à la vaccination de tous les jeunes dans les écoles de la métropole.

Dans un rapport publié lundi, la Dre Eileen de Villa demande à la province de rendre obligatoire la vaccination des enfants, même ceux dont les parents ont des motifs de refus non médicaux, parce qu'elle s'inquiète du taux d'hésitation concernant la vaccination. La province ne devrait accepter que les exemptions médicales qui proviennent d'un fournisseur de soins agréé en Ontario, selon elle.

Elle écrit notamment qu'il est important et pertinent d'envisager de retirer les exemptions religieuses et philosophiques de la Loi ontarienne sur l'immunisation des élèves avant que les taux d'exemption à ce sujet n’atteignent des niveaux alarmants à Toronto.

La Dre Eileen de Villa, médecin hygiéniste en chef de Toronto

La Dre Eileen de Villa, médecin hygiéniste en chef de Toronto

Photo : Radio-Canada

Le nouveau rapport souligne notamment que l'hésitation face aux vaccins constitue un problème croissant au Canada malgré leur disponibilité et leur efficacité pour lutter contre des maladies infantiles. Au Canada, un parent sur cinq se pose par exemple toujours des questions sur la vaccination de son enfant.

Le document explique cette hésitation en accusant notamment la désinformation au sujet des vaccins, sur Internet en général et les réseaux sociaux en particulier. Il propose une stratégie détaillée pour s'attaquer au problème et augmenter les taux de vaccination dans les écoles de la ville.

Une personne reçoit un vaccin au bras.

La Dre Eilleen de Villa s'inquiète du taux d'hésitation parmi les parents concernant la vaccination.

Photo : La Presse canadienne

Exemptions religieuses en augmentation

À Toronto, le taux d'exemptions vaccinales de nature religieuse a augmenté de 0,8 % en 2006-2007 à 1,72 % en 2017-2018 dans la catégorie des vaccins contre la rougeole, la rubéole et les oreillons.

L'étude souligne que l'hésitation des parents face aux vaccins est en partie responsable des récentes épidémies de coqueluche et de rougeole dans certaines régions urbaines en Amérique du Nord.

La Dre de Villa rappelle que la vaccination sauve plus de vies que n'importe quelle autre intervention de la santé publique. Elle répète que les vaccins sont sécuritaires et qu'ils permettent de prévenir la propagation de maladies infectieuses.

La province ferme la porte

Dans un communiqué, un porte-parole du ministre de la Santé, Christine Elliott, affirme que le ministère n'a aucunement l'intention de modifier l'approche de la province à ce sujet.

Le porte-parole rappelle qu'à l'heure actuelle, la Loi oblige les enfants de la province à prouver qu'ils ont été immunisés contre certaines maladies avant d'entrer à l'école, à moins que leurs parents ne possèdent une exemption médicale valide ou une déclaration sous serment signifiant leur objection de conscience ou de religion.

La ministre Christine Elliott devant les journalistes.

La ministre de la Santé Christine Elliott n'a aucunement l'intention de modifier l'approche de la province au sujet de la vaccination.

Photo : Radio-Canada

Le rapport suggère par ailleurs une série de recommandations pour atteindre les objectifs de la Ville en matière de vaccination et mieux réguler les moteurs de recherche sur Internet, les médias sociaux et les normes de la publicité. Le document souligne que ses recommandations n'auraient en outre aucune répercussion financière si elles devaient être mises en application.

La Dre de Villa rappelle ainsi que l'éducation est importante. Elle appelle d'ailleurs à leur devoir les grandes compagnies comme Google, Facebook, Pinterest et Twitter.

Elle suggère enfin au ministère de l'Éducation et aux conseils scolaires de Toronto d'adopter dès le primaire des programmes sur la vaccination et les maladies facilement évitables.

À lire aussi :

Les recommandations de la médecin hygiéniste en chef doivent encore être approuvées par le conseil d'administration du Bureau de la santé publique de Toronto la semaine prochaine.

Toronto

Santé publique