•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Radio-Canada dévoile les 5 finalistes du Prix du récit 2019

Montage photo des portraits des 5 autrices et auteurs finalistes du Prix du récit Radio-Canada 2019. Dans le sens horaire : Sophie René de Cotret, Julie Day-Lebel, Francis Ouellette, Vicky Larochelle et François Marcotte

Les finalistes du Prix du récit Radio-Canada 2019 : Sophie René de Cotret, Julie Day-Lebel, Francis Ouellette, Vicky Larochelle et François Marcotte

Photo : D.R/Conrad Viel/D.R./Pierre-Olivier Garand/Odile Pelletier

Radio-Canada

Le jury, composé cette année de Marie Laberge, Naomi Fontaine et Jean Marc Dalpé, a choisi les cinq finalistes du Prix du récit Radio-Canada 2019.

Les histoires vécues inédites de Julie Day-Lebel, de Vicky Larochelle, de François Marcotte, de Francis Ouellette et de Sophie René de Cotret ont été choisies parmi plus de 850 textes soumis au concours cette année. Le nom de la personne gagnante sera dévoilé le 25 septembre.

La liste des finalistes de langue anglaise (CBC Nonfiction Prize) a été dévoilée mercredi sur le site de CBC Books (Nouvelle fenêtre).

Les finalistes du Prix du récit Radio-Canada 2019

Francis Ouellette pour Berce-toi Raymonde
[Mise à jour du 25/09/2019 : C'est ce texte qui a remporté le prix 2019 (Nouvelle fenêtre)]

Portrait en noir et blanc du distributeur de films et auteur Francis Ouellette, en contre-plongée.

Le distributeur de films et auteur Francis Ouellette

Photo : D.R.

Francis Ouellette a grandi dans le Centre-Sud des années 1980, un quartier de Montréal que certains appelaient encore à l'époque le Faubourg à m’lasse. Il a étéloadeur de trucks, clown, père Noël de centres d'achats, commis de club vidéo, agent de sécurité, éducateur en garderie, scénariste frustré de bande dessinée, poète raté, éditeur de revue de fesses, critique de cinéma, conférencier et animateur pour finalement s’occuper de distribution de films. Son récit inédit Berce-toi Raymonde rend hommage à Raymonde, son excentrique et attachante grand-mère, en mettant en parallèle sa mort et sa victoire à un bercethon épique de 24 heures.

Cette année, j’ai décidé d’écrire pour de vrai, avec de l’amour. Alors donc, le premier vrai texte que j’ai écrit dans cet état d’esprit là, en me croyant moi-même ne serait-ce qu’un peu, je vous l’ai envoyé.

Francis Ouellette

Julie Day-Lebel pour Micro ouvert

Portrait en couleur de l'autrice et humoriste Julie Day-Lebel, une main sous le menton. Elle porte des lunettes et un chandail à manches longues bordeaux.

L'autrice et humoriste Julie Day-Lebel

Photo : Conrad Viel

Julie Day-Lebel a 28 ans, a grandi à Nouvelle, en Gaspésie, un petit village de 2000 âmes à l’orée de la Baie-des-Chaleurs, et travaille aujourd'hui en publicité. Dans ses temps libres, elle écrit des blagues, et ça lui prend régulièrement tout son petit change pour aller les raconter dans des soirées d’humour. Son récit Micro-ouvert raconte les balbutiements intenses d'une histoire d’amour avortée.

Je pense que le jour où j’ai réalisé que c’était vraiment mort, j’ai eu besoin de me sortir ça du système, ce qui s’est fait tout seul. C’est non seulement une évidence, mais un besoin. Au départ je lui parlais à lui, sous forme de lettre que je ne lui donnerais jamais. Finalement, ça prenait une forme de plus en plus littéraire. Alors j’ai poussé l’exercice

Julie Day-Lebel

Vicky Larochelle pour Rouge rubine

Portrait en couleur, en extérieur, légèrement en plongée de l'autrice Vicky Larochelle. Elle porte un haut noir à manches courtes et une chaîne autour du cou. En arrière-plan : des pavés et des branches de conifère.

L'autrice Vicky Larochelle

Photo : Pierre-Olivier Garand

Optométriste, Vicky Larochelle a vécu deux ans en Afrique, au Malawi, pour participer à un programme de développement international. Aujourd'hui installée à Trois-Rivières, elle pratique l'écriture, la peinture et la bande dessinée, et avec son conjoint, elle a fondé une ligue de garage d'écriture. Dans son récit inédit Rouge rubine, elle replonge dans un épisode dépressif pour aller chercher la perle qui se cachait au fond du gouffre.

Nos traumas doivent être "compostés", c’est-à-dire transformés à nouveau en matériel riche et fertile. Je suppose que c’est ce qui m’a donné envie de participer au Prix du récit… et d’y raconter un événement qui aura été pour moi profondément perturbateur et menaçant. Le temps était venu de composter tout cela et d’aller chercher la perle qui se cachait au fond du gouffre.

Vicky Larochelle

François Marcotte pour Un jour jusqu'à la fin de mes jours

Portrait en couleur de François Marcotte, en extérieur, de trois quarts, devant un mur de blocs de béton. Il porte des lunettes, un t-shirt noir, et sa tête est soutenue par l'appui-tête de son fauteuil roulant.

L'auteur François Marcotte

Photo : Odile Pelletier

À 46 ans, lourdement paralysé par la sclérose en plaques, François Marcotte vit en CHSLD à Québec. Il pose un regard lucide et poétique sur un milieu de vie qui ne devrait pas être le sien, faisant de l'écriture son acte de libération et de résistance. Son récit inédit Un jour jusqu'à la fin de mes jours nous plonge dans la routine quotidienne du CHSLD, entre les cloches qui sonnent, le personnel débordé, l'impuissance et, heureusement, la rêverie et l'évasion par l'écriture.

Curieusement, c’est à partir du moment où je suis devenu incapable d’écrire avec un crayon ou de tapoter sur un clavier d’ordinateur que j’ai voulu écrire.

François Marcotte

Sophie René de Cotret pour Formule privée

Portrait en couleur de l'autrice Sophie René de Cotret. Elle porte des lunettes et un chandail rouge.

L'autrice Sophie René de Cotret

Photo : Louis-Philippe Guay

Durant près de 10 ans, Sophie René de Cotret a travaillé comme éducatrice spécialisée auprès de clientèles marginalisées. À 30 ans, elle apprend qu'elle souffre d’un cancer incurable et s'inscrit à temps partiel au certificat en création littéraire. Entre ses traitements et le repos, elle écrit. Son récit inédit Formule privée raconte l'histoire d’une femme qui tente de mettre fin au cycle de la violence conjugale.

J’ai longtemps hésité avant d’écrire sur cette situation qui m’a profondément bouleversée. Je me demandais si j’avais le droit de raconter quelque chose qui ne m’appartenait pas. Mais cette histoire revenait constamment me hanter. J’ai fini par trancher parce que j’ai travaillé avec des gens que leur situation rendait pratiquement mutiques et, comme intervenante, je devais alors mettre des mots sur leurs blessures pour les aider et les soulager. Je n’ai plus la santé pour travailler, mais il me reste les mots. J’ai donc choisi de les utiliser en espérant qu’ils puissent encore trouver un écho chez d’autres personnes.

Sophie René de Cotret

La gagnante ou le gagnant remportera, en plus de la publication de son texte sur Radio-Canada.ca :

  • une résidence d'écriture au Banff Centre des arts et de la créativité en Alberta;
  • une bourse de 6000 $, offerte par le Conseil des arts du Canada.

Véritable tremplin pour les écrivaines et écrivains canadiens, les Prix de la création Radio-Canada (Nouvelle fenêtre) sont ouverts à toute personne qui écrit, de façon amateur ou professionnelle. Ils récompensent chaque année les meilleurs récits (histoires vécues), nouvelles et poèmes inédits soumis au concours. Veuillez noter que la période d'inscription est en cours jusqu'au 31 octobre pour un autre de nos prix, le Prix de la nouvelle (fiction).

Prix de la nouvelle inscrivez-vous maintenant

Livres

Arts