•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un retour aux sources pour le combattant de l'UFC Marc-André Barriault

Un combattant d'arts martiaux mixtes reçoit un coup de pied au corps pendant un duel

Marc-André Barriault lors de son combat contre Krzysztof Jotko, à Edmonton, en juillet dernier

Photo : La Presse canadienne / Jason Franson

Jonathan Jobin

Le combattant d'arts martiaux mixtes (AMM) Marc-André Barriault veut revenir à la base en vue de son prochain combat dans l'UFC. Le natif de Gatineau a passé beaucoup de temps dans son ancien club de l'Outaouais au cours des dernières semaines.

« Chaque fois que je me présente ici, j'ai un feeling qui est indescriptible. Je me revois à mes tous débuts, c'est un sentiment qui m'habite », explique Barriault, qui ne veut rien laisser au hasard pour son prochain combat.

Après deux défaites lors de ses deux premiers duels dans la plus grosse organisation au monde, Barriault doit aller chercher une victoire rapidement. Il entame maintenant un voyage avec sa conjointe Jade Masson-Wong, lors duquel les deux combattants comptent se ressourcer et apprendre des meilleurs.

Deux combattants s'affrontent à l'entraînement

Marc-André Barriault à l'entraînement avec Serge Dancos, à Gatineau

Photo : Radio-Canada / Jonathan Jobin

« On part de Québec et on s'en va jusqu'en Californie. On va arrêter dans de bons gyms au Colorado et à Milwaukee notamment. On va se rendre à Vegas pour un camp d'entraînement complet de quatre semaines au centre de performance [de l'UFC] », raconte l'athlète de 29 ans.

Je sais que j'ai les armes qu'il faut. On veut pas se sentir désarmé dans la cage. Lors de mon dernier combat, j'étais beaucoup à la recherche de solutions au lieu de me fier à mon arsenal.

Marc-André Barriault, combattant de l'UFC

Barriault compte s'entraîner avec plusieurs combattants de l'UFC et apporter des ajustements à son style après deux défaites lors desquelles la lutte de ses adversaires lui a causé des ennuis.

« Ça va être bon d'avoir ces gars-là au quotidien pour me situer. Je sais que je suis à ma place, mais je dois juste comprendre des affaires un peu plus rapidement, parce que c'est rendu mon travail. Je dois laisser sortir Power Bar », dit Barriault en parlant du surnom qui a fait sa renommée lors de deux conquêtes de championnat dans l'organisation TKO.

Un combattant est atteint d'une droite lors d'un combat

Le combattant Marc-André Barriault atteint d'une solide droite son adversaire Andrew Sanchez lors de son premier combat dans l'UFC

Photo : Getty Images / Jeff Bottari/Zuffa LLC

Avec seulement deux autres combats sur son contrat avec l'UFC, Barriault sait que la victoire est impérative à sa prochaine sortie. « Il n'y a pas de sentiment d'urgence, mais ça fait deux fois que ça passe proche. Là, on a besoin de victoire. C'est un sport ingrat, tu es aussi bon que ta dernière performance », philosophe le combattant.

Même si aucun combat n'a été annoncé pour le moment, Marc-André Barriault a lancé une invitation à Jack Marshman pour un éventuel combat. Il croit que le Gallois et lui pourraient offrir tout un choc aux amateurs en raison de leurs styles similaires.

Julien Leblanc profite de la présence de Power Bar

Un autre athlète de Gatineau doit absolument remporter une victoire à sa prochaine sortie. Julien Leblanc ne s'est battu qu'une fois lors des deux dernières années, en raison du désistement de potentiels adversaires et de nombreuses blessures.

Leblanc doit maintenant se battre le 9 octobre prochain contre Ibrahim Mané.

Un combattant et son entraîneur participent à des exercices de combat

Julien Leblanc participe à un exercice avec son entraîneur Sifu Patrick Marcil

Photo : Radio-Canada / Jonathan Jobin

« Ça été difficile de revenir. J'ai fait tout ce que mon docteur et mes physios m'ont dit. J'ai écouté mon corps pour une fois. J'étais souvent mon pire ennemi parce que je m'entraînais trop. J'ai appris d'une des pires façons », raconte Leblanc, en référence à son dernier combat annulé, lors du gala de TKO à Gatineau le printemps dernier.

Le Gatinois veut enfin effacer de son esprit sa seule défaite en six combats professionnels, il y a un an face à Damien Lapilus. Pour se faire, il a concentré ses efforts sur ses faiblesses. «Je me sens beaucoup plus confiant et complet. J'ai travaillé toutes les petites affaires que je n'aimais pas faire et ça va améliorer le reste », explique Leblanc.

L'athlète s'est beaucoup entraîné avec son vieil ami Marc-André Barriault au cours des dernières semaines. Les deux combattants sont dans des situations similaires alors que le contrat de Leblanc avec TKO vient à échéance après son combat du mois d'octobre.

« On a commencé à la même place et je suis capable de me rendre là aussi [...] On s'aide beaucoup autant dans nos forces que nos faiblesses. On trouve toujours le moyen de se voir même s'il habite à Québec, c'est une chance d'avoir un ami de ce niveau », affirme Leblanc.

Comme les choses changent vite en AMM, une victoire face à Mané pourrait permettre à Leblanc de prolonger son contrat avec TKO et d'être la vedette d'un futur gala à Gatineau au mois de février.

Ottawa-Gatineau

Arts martiaux