•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Neuf ans de prison en tout pour Normand Dubé

Normand Dubé

L'ancien pilote d'hélicoptère Normand Dubé passera au total neuf ans en prison.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L’ancien pilote d’hélicoptère Normand Dubé écope d’une peine de neuf ans de pénitencier pour avoir harcelé trois fonctionnaires et fait incendier leur résidence par vengeance.

La Couronne a déjà déposé une « requête pour permission d'appeler », et elle sera présentée devant la cour jeudi.

Normand Dubé avait déjà été condamné, l'an dernier, à sept ans de pénitencier pour son attaque spectaculaire de 2014 sur des lignes à haute tension d'Hydro-Québec.

Le tribunal a décidé qu'il purgerait les deux peines en même temps, ce qui l'amènera à passer neuf ans derrière les barreaux.

La poursuite réclamait une peine exemplaire de 12 ans de prison, consécutive à celle de 7 ans, aussi la sentence est perçue comme une demi-victoire.

C'est sûr que le juge n'a pas fait droit à nos arguments au niveau du consécutif, mais en termes de chiffres [9 ans de prison], c'est excessivement élevé.

Le procureur aux poursuites criminelles et pénales Steve Baribeau

Une « certaine victoire »

L'avocat de Normand Dubé estime la sentence assez favorable à son client.

« C'est une certaine victoire effectivement, dit Maxime Chevalier. On est à peine un an de différence de ce qu'on demandait. »

Lors du prononcé de la sentence, le juge Gilles Garneau a souligné la soif de vengeance de Normand Dubé.

« Lorsqu'il mentionne à un fonctionnaire fédéral que "la vengeance est un plat qui se mange froid", il n'y a aucune ambiguïté dans les propos », écrit-il dans son jugement.

Le juge Garneau a également rappelé les conséquences de ses crimes sur les victimes. Certaines d'entre elles ont changé d'emploi ou ont déménagé. D'autres ne se sentent plus en sécurité.

L'avocat de Normand Dubé a déjà porté en appel les condamnations de lundi. Il conteste également la sentence liée au sabotage des lignes à haute tension.

D'après les informations de Geneviève Garon

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Grand Montréal

Justice et faits divers