•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Neuf ans de prison en tout pour Normand Dubé

Normand Dubé

L'ancien pilote d'hélicoptère Normand Dubé passera au total neuf ans en prison.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L’ancien pilote d’hélicoptère Normand Dubé écope d’une peine de neuf ans de pénitencier pour avoir harcelé trois fonctionnaires et fait incendier leur résidence par vengeance.

La Couronne a déjà déposé une « requête pour permission d'appeler », et elle sera présentée devant la cour jeudi.

Normand Dubé avait déjà été condamné, l'an dernier, à sept ans de pénitencier pour son attaque spectaculaire de 2014 sur des lignes à haute tension d'Hydro-Québec.

Le tribunal a décidé qu'il purgerait les deux peines en même temps, ce qui l'amènera à passer neuf ans derrière les barreaux.

La poursuite réclamait une peine exemplaire de 12 ans de prison, consécutive à celle de 7 ans, aussi la sentence est perçue comme une demi-victoire.

C'est sûr que le juge n'a pas fait droit à nos arguments au niveau du consécutif, mais en termes de chiffres [9 ans de prison], c'est excessivement élevé.

Le procureur aux poursuites criminelles et pénales Steve Baribeau

Une « certaine victoire »

L'avocat de Normand Dubé estime la sentence assez favorable à son client.

« C'est une certaine victoire effectivement, dit Maxime Chevalier. On est à peine un an de différence de ce qu'on demandait. »

Lors du prononcé de la sentence, le juge Gilles Garneau a souligné la soif de vengeance de Normand Dubé.

« Lorsqu'il mentionne à un fonctionnaire fédéral que "la vengeance est un plat qui se mange froid", il n'y a aucune ambiguïté dans les propos », écrit-il dans son jugement.

Le juge Garneau a également rappelé les conséquences de ses crimes sur les victimes. Certaines d'entre elles ont changé d'emploi ou ont déménagé. D'autres ne se sentent plus en sécurité.

L'avocat de Normand Dubé a déjà porté en appel les condamnations de lundi. Il conteste également la sentence liée au sabotage des lignes à haute tension.

D'après les informations de Geneviève Garon

Grand Montréal

Justice et faits divers