•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Eau potable à Neskantaga : une nouvelle pompe devrait être installée mercredi

Un purificateur d'eau.

Un système temporaire est installé à Neskantaga, le temps qu'une nouvelle usine de traitement des eaux soit prête.

Photo : CBC/Christina Jung

Radio-Canada

Le ministère des Services aux Autochtones du Canada (SAC) indique travailler de près avec la Première Nation de Neskantaga pour réparer rapidement le système d'alimentation en eau potable. Le bris d'une pompe a poussé le chef Chris Moonias à organiser l'évacuation d'une partie de la communauté.

L’évacuation de la Première Nation de Neskantaga a commencé, affirme le chef sur sa page Facebook personnelle.

Même si elle a déclaré l’état d’urgence, la Première Nation dit devoir payer elle-même pour transporter ses résidents les plus vulnérables.

Le 14 septembre, le chef de la Première Nation faisait savoir que Services aux Autochtones Canada n’avait pas accepté d’évacuer les résidents de Neskantaga.

Valerie Gideon, la sous-ministre adjointe principale de la Direction générale de la santé des Premières Nations et des Inuits, indique que SAC n’a pas jugé qu’une évacuation était nécessaire, car il n’y a pas de risque immédiat pour la santé.

Selon les experts du ministère, les résidents peuvent consommer l’eau du robinet après l’avoir fait bouillir pendant une minute.

Au premier plan, deux personnes qui marchent sur la route, avec le lac à l’arrière.

L’eau provient du lac Attawapiskat.

Photo : Radio-Canada / Martine Laberge

Les plus récents tests n’ont détecté aucune trace de bactéries dangereuses.

De l’eau en bouteille est également disponible, et le ministère s’est engagé à en envoyer davantage pour répondre aux besoins de la communauté.

Toujours selon le ministère, un expert du conseil tribal de Matawa se rendra à Neskantaga mardi pour effectuer de nouveaux tests.

Une nouvelle pompe sera installée mercredi.

Cette pompe distribue de l’eau accumulée dans un réservoir où elle est traitée avec du chlore.

Bientôt une nouvelle usine

Un attaché de presse du ministère des Services aux Autochtones a confirmé que le ministre Seamus O’Regan s’est entretenu avec M. Moonias.

Il a exprimé notre ferme engagement à résoudre cette question et à assurer l’accès à l’eau potable pour la Première Nation de Neskantaga, affirme Kevin Deagle dans un courriel.

Un chantier de construction.

L’usine devait entrer en production à la fin du mois de mars 2019, mais des problèmes avec l’entrepreneur ont retardé les travaux.

Photo : CBC/Christina Jung

La Première Nation de Neskantaga — située à environ 450 kilomètres au nord de Thunder Bay, en Ontario — fait l’objet d’un avis de faire bouillir l’eau et n’a pas accès à de l’eau potable depuis 1995.

Un nouvel entrepreneur a été choisi pour terminer la construction d’une usine de traitement des eaux.

Elle devrait être fonctionnelle à la mi-octobre.

Une évacuation en cours

M. Moonias a choisi de tout de même procéder à l’évacuation d’une partie de la communauté, car il n’y avait plus, selon lui, suffisamment d’eau traitée pour les besoins d’hygiène.

Un groupe de personnes qui travaillent à une table.

L’équipe de coordination de l’état d’urgence de la Première Nation de Neskantaga établit la liste des personnes à évacuer en priorité.

Photo : Chris Moonias

Il a d’ailleurs distribué une liste, rédigée au stylo, qui énumère un total de 16 vols.

Brad Martin, directeur de l’exploitation de Wasaya Airways, explique qu’un premier vol a quitté la Première Nation dimanche soir, mais que les vols subséquents ont été annulés en raison des conditions météorologiques.

Nous aidons là où nous le pouvons, avait-il indiqué lundi matin. Nous espérons pouvoir continuer aujourd’hui.

Une autre porte-parole de SAC, Martine Stevens, a déclaré que le ministère offrira de l'aide aux membres de la communauté qui demeureront à Neskantaga et qu’il travaillera avec ses partenaires pour fournir de l’aide aux évacués.

Le poste de soins infirmiers demeure ouvert aux membres de la communauté, et une évacuation médicale est toujours possible pour les patients qui en ont besoin, indique Mme Stevens.

Le candidat néo-démocrate de la circonscription de Kenora a demandé au gouvernement de fournir immédiatement des fonds pour couvrir les frais d’évacuation et de réparation ou de remplacement de la pompe à eau.

Mes pensées vont au chef Chris Moonias et aux habitants de Neskantaga qui sont en crise à cause de la rupture de la pompe principale dans la communauté, a déclaré Rudy Turtle.

Par ailleurs, Christopher Moonias soutient que cette épreuve mettra un terme à son mandat en tant que chef.

C’est le début de la fin de mon mandat, car je ne pourrai pas me remettre financièrement de cet événement sans précédent : l’autoévacuation pour la santé et la sécurité du peuple Neskantaga, ajoute le chef sur Facebook.

Je n’aurai aucun regret. Je suis à l’aise dans ma décision. C’est triste qu’on en soit arrivé là, mais je le referais pour notre communauté.

Christopher Moonias, chef de la Première Nation de Neskantaga

La générosité du public sollicitée

Une campagne de financement sur le site GoFundMe a permis jusqu’ici de recueillir depuis son lancement un peu plus de 1000 $ sur un objectif de 5000 $ pour aider à rembourser les frais liés à l’évacuation.

La Première Nation de Neskantaga a cependant précisé qu’elle n’est pas affiliée à la campagne créée le 15 septembre 2019.

Elle invite le public à reconsidérer ses dons à cette plateforme de financement.

Pas d'accueil officiel par la Ville de Thunder Bay

À Thunder Bay, le chef de la Division de la prévention des incendies et des enquêtes, Eric Nordlund, affirme n’avoir pas eu écho de ces vols lors de sa rentrée au bureau lundi matin.

À ma connaissance, la Ville de Thunder Bay n’a pas déclaré l’état d’urgence pour accueillir la Première Nation, note-t-il.

Un représentant du gouvernement provincial est toutefois sur place pour coordonner l’aide aux évacués.

Nord de l'Ontario

Autochtones