•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

5 grands moments du 34e Gala des prix Gémeaux

Les quatre personnes sont sur scène.

Guy A. Lepage (Radio-Canada), Julie Snyder (V), Christian Bégin (Télé-Québec) et Charles Lafortune (TVA) ont partagé la scène lors du Gala des Gémeaux.

Photo : Radio-Canada

Justine de l'Église

Le 34e Gala des prix Gémeaux s’est ouvert de façon éclatante avec un numéro musical piloté par l’animatrice de la soirée, Véronique Cloutier. Et mises à part les gerbes d'étincelles qui ont surgi du décor, précipitant une pause publicitaire, la soirée s’est déroulée sans accrochage.

À travers l’enfilade des 19 remises de prix, la soirée des Gémeaux a offert plusieurs moments savoureux. Nous en avons recensé cinq qui valent le détour.

1 – Un bien-cuit mordant

Les couteaux ont volé bas entre Julie Snyder (V), Charles Lafortune (TVA), Guy A. Lepage (Radio-Canada) et Christian Bégin (Télé-Québec). Avant de remettre le premier prix de la soirée, les quatre personnalités des grandes chaînes concurrentes ont ouvert le bal en se lançant des vannes à la fois acerbes et hilarantes.

Mention spéciale à Guy A. Lepage se moquant de la carrière « d’acteur devenu animateur » de Christian Bégin.

Guy A. Lepage : D’ailleurs, c’est pas toi, il y a 12 ans, qui m’as dit que tu avais accepté [Curieux Bégin] en attendant d’avoir un prochain rôle à la télévision?

Et la longévité de Tout le monde en parle n’a pas été épargnée.

Julie Snyder : Merci Guy! C’est sûr qu’un talk-show à Radio-Canada, ça dure longtemps, longtemps, longtemps... Eille! Seize ans à toujours donner les mêmes poignées de main, avec les mêmes cartons, ça ne s'essouffle pas du tout ce concept-là! Wow!

Charles Lafortune : Le décor doit ben achever d’être payé?

Christian Bégin : Je veux juste te dire que moi, je ne me tanne jamais de voir toujours les mêmes personnes se faire donner toujours les mêmes petites cartes "funnées" par Dany… Je trouve ça très drôle!

2 – L’animation de Pierre Hébert et Sébastien « Denis Barbu » Dubé, pour le prix de la meilleure série de variétés ou des arts de la scène

Un Denis Drolet aussi désintéressé et rustre qu’à son habitude, un Pierre Hébert aigri de présenter un prix dans un gala dans lequel il n’a pas été nommé… Tous les éléments étaient présents pour offrir une animation des plus grinçantes.

Sébastien Dubé a d'ailleurs renommé le prix, qui est devenu le « Gémeau de la meilleure série, ou variétés, ou de la scène… en tous cas, de l’ostie de niaisage, là ».

Les deux présentateurs en ont ensuite profité pour se payer la tête de chacune des émissions en lice pour le Gémeaux. Il s'agit d'un des grands moments de rigolade de la soirée.

3 – Une vidéodescription complètement absurde

La télévision a encore du chemin à faire avant d'être complètement accessible aux personnes non voyantes. Et pour souligner en humour cette lacune, les Gémeaux ont réinventé la vidéodescription par des univers complètement déjantés.

Vincent « Denis à palettes » Léonard qui crie par dessus Les chefs; Sonia Vachon qui pleure d’émotion en écoutant Que sont-ils devenus?; Marc Cassivi qui essaie d’ajouter de la profondeur à Occupation double; Jean Leloup qui réinvente l’univers de l’Amour est dans le pré; et Rodger Brulotte qui met sa touche légendaire dans XOXO!

À voir absolument.

4 – Un hommage-surprise à Béatrice Picard

Elle a soufflé cette année ses 90 bougies et a célébré sa 71e année de carrière. Bien qu'elle soit une légende du milieu artistique québécois, Béatrice Picard ne se doutait pas une miette de ce qui l’attendait ce soir.

Elle croyait plutôt aller annoncer un prix avec la comédienne Magalie Lépine-Blondeau, mais elle a été prise de court : les Gémeaux avaient préparé pour elle un hommage-surprise.

Je n’ai pas besoin de Gémeaux! », a lancé la comédienne, surexcitée, entre deux grands éclats de rire. « Je suis tellement émue! Ça me fait énormément plaisir!

5 – L’appel à la diversité de Stéphane Demers

Stéphane Demers a décroché le prix du meilleur premier rôle masculin pour une série dramatique annuelle pour O’. Sur scène, c’est un comédien à la fois fébrile et ému qui s’est emparé du trophée.

Merci à TVA d’avoir trouvé que c’était une bonne idée de ne pas avoir une vedette en premier rôle, a-t-il mentionné.

Et il a profité de son discours pour faire un plaidoyer pour plus de diversité dans nos écrans.

J’aime infiniment mon équipe de O’, et ce que j’aime le plus de ce métier-là, finalement, c’est de faire partie d’une équipe. Je vois ceci qui signifie le “nous”, et je trouverais ça d’une grande beauté si un jour le nous s’élargissait, et qu’un homme qui aurait eu des ancêtres qui seraient arrivés 15 000 ans avant les miens, ou encore quelqu’un dont les parents seraient arrivés il y a quelques mois, aurait la chance de tenir ça, et que lui aussi ferait partie de l’équipe.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Séries télé

Arts