•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une marche en soutien à la Coopérative de santé du nord de la Petite-Nation

La devanture du bâtiment en pierres abritant la Coopérative santé du nord de la Petite-Nation.

La Coopérative santé du nord de la Petite-Nation est située à Chénéville.

Photo : Radio-Canada / Audrey Roy

Radio-Canada

Une quarantaine de résidents du nord de la Petite-Nation, en Outaouais, ont marché dimanche matin à Ripon pour soutenir leur coopérative santé. Après quatre ans d'existence, l'organisme peine toujours à recruter du personnel.

La Coopérative de santé du nord de la Petite-Nation a été fondée en 2015 pour éviter aux résidents de voyager jusqu'à Saint-André-Avellin ou à Gatineau pour obtenir des soins.

Je l'utilise régulièrement, quand j'ai besoin de prises de sang, de rencontres avec l'infirmière. Ça m'évite les attentes et le déplacement, a témoigné André Daigneault, résident de Lac-Simon.

Une superinfirmière est en poste trois jours par semaine pour suivre les patients et prescrire des médicaments ou des tests en laboratoire. Un médecin vient également faire son tour une fois par mois. L’agrandissement des locaux, l’an dernier, a permis l’ajout d'un massothérapeute, d'un ergothérapeute et d’un technicien en prélèvement.

Mais la coopérative est toujours à la recherche d’une deuxième infirmière praticienne pour être aux petits soins de la communauté. Plusieurs souhaiteraient aussi qu'un médecin les visite plus régulièrement.

Lise Villeneuve en entrevue devant une forêt.

Lise Villeneuve est présidente de la Coopérative de santé du nord de la Petite-Nation.

Photo : Radio-Canada

On a approché beaucoup de médecins et on dirait que tout le monde trouve ça loin, s'est désolé la présidente de la coopérative, Lise Villeneuve.

Une des solutions pour les régions, c'est d'avoir des infirmières spécialisées, qui sont de plus en plus autonomes, qui suivent des patients. C'est une solution qu'on a réussi à avoir et à déployer.

Lise Villeneuve, présidente de la Coopérative de santé du nord de la Petite-Nation

Pour fonctionner, l'organisme a toujours besoin de donateurs, notamment pour payer le loyer et une adjointe administrative. La campagne de financement annuelle, qui se terminait avec la marche, a permis d’amasser 15 000 $.

Le président d'honneur de la marche n'était nul autre que le ministre responsable de la région de l'Outaouais, Mathieu Lacombe.

Une coopérative, c'est toujours porté par la communauté. C'est une alternative intéressante quand on veut obtenir des soins plus proches de chez nous. Ce n'est pas non plus pour déresponsabiliser le gouvernement, parce qu'on a un rôle à jouer, a-t-il commenté.

Avec les informations d'Audrey Roy

Ottawa-Gatineau

Santé publique