•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Andrew Scheer promet une baisse d'impôt graduelle et « universelle »

Andrew Scheer est assis dans un fauteuil dans un salon qui comporte un foyer.

Le chef du Parti conservateur a présenté son programme baptisé la « baisse d’impôts pour tous ».

Photo : Radio-Canada

Valérie Boisclair

Bien avant le déclenchement de la campagne, Andrew Scheer promettait aux électeurs « plus d’argent dans leurs poches ». S’il est élu, le chef conservateur s’engage auprès des contribuables à diminuer le taux de la première tranche de revenu imposable de 1,25 point de pourcentage d'ici quatre ans.

Justin Trudeau a promis un plan pour la classe moyenne en 2015, mais les résultats n’étaient pas au rendez-vous, selon Andrew Scheer. La classe moyenne mérite mieux, a-t-il fait valoir, dimanche.

Si les Canadiens portent au pouvoir un gouvernement du Parti conservateur en octobre prochain, les résultats promis aux foyers à faible et moyen revenu n'arriveront toutefois pas avant la fin d'un premier mandat.

Le chef conservateur a annoncé qu'il comptait réduire le taux d’imposition du premier palier, soit un revenu de 12 069 $ à 47 630 $. Présentement fixé à 15 %, ce taux passerait alors à 13,75 % d’ici janvier 2023.

Concrètement, les conservateurs évaluent que cette baisse permettra aux contribuables d’économiser à terme 444,51 $ par année, soit l’équivalent de 37 $ par mois. Dans le cas d’un ménage avec deux revenus dans cette fourchette, la baisse équivaudrait à 850 $ par année, soit 70 $ par mois, d'ici quatre ans.

Selon des données de l'Agence du revenu du Canada, environ 34 % des 27,8 millions de contribuables canadiens ont déclaré en 2017 un revenu imposable de 47 630 $ et plus, et pourraient donc obtenir le montant maximal d'économie lié à cette baisse d'impôt.

Les 66 % de contribuables restants déclarent des revenus plus modestes, et obtiendront donc un montant moins élevé.

La mesure n'entrerait pas en vigueur dès la première année au pouvoir d'un éventuel gouvernement conservateur, mais plutôt en 2021. Le taux serait alors abaissé à 14,5 %, puis passerait à 14 % en 2022.

Cette annonce va permettre un « allègement fiscal général », a salué la Fédération canadienne des contribuables, qui milite pour diminuer les taxes et impôts et réduire la taille de l’État.

C’est exactement ce dont les contribuables ont besoin, a réagi son directeur, Aaron Wudrick.

Toutefois, cette mesure ne vient pas seulement modifier le taux d'imposition du premier palier de revenu; la proposition des conservateurs a une incidence sur d'autres crédits d'impôts. Déjà, le parti a dû revoir les chiffres avancés lors d’annonces précédentes, en prenant compte de l’effet qu’aurait la baisse du taux d’imposition.

Andrew Scheer n’a toutefois pas détaillé comment cette mesure pourrait affecter d’autres crédits d’impôts fédéraux non remboursables, comme celui pour l’achat d’une première maison ou encore celui pour les pompiers volontaires – tous calculés en fonction du taux d’imposition du premier palier.

Équilibrer le budget tout en réduisant le fardeau fiscal

Selon le directeur parlementaire du budget, qui a eu le mandat de chiffrer les promesses des partis, la réduction du taux d’imposition sur le revenu des particuliers proposée par les conservateurs coûterait à terme, en 2023, près de 6 milliards de dollars.

Pour un parti qui s'est engagé à rétablir l'équilibre budgétaire d'ici cinq ans, le coût de cette promesse pourrait laisser à penser qu'il faudra couper ailleurs.

Les conservateurs, qui ont fait de l’abolition de la taxe carbone leur cheval de bataille, ont déjà annoncé le retour du crédit d’impôt pour le transport en commun, la fin de la TPS sur les coûts du chauffage résidentiel etl’élimination de l’impôt fédéral sur le revenu des prestations de maternité et parentales.

Certaines de ces mesures ont aussi subi le test du directeur parlementaire du budget. Sur un horizon de quatre ans, elles seront coûteuses pour l'État.

Nous allons rétablir l’équilibre tout en trouvant des façons de réduire les impôts et taxes et de mettre de l’argent dans les poches des Canadiens, a réitéré M. Scheer en point de presse, assurant que les transferts destinés à la santé et à l’éducation continueront d’augmenter de 3 %.

Blâmant le gouvernement sortant, le chef conservateur a ajouté que « l’énorme déficit » légué après quatre ans au pouvoir met en péril les programmes sociaux, a-t-il poursuivi.

Le chef conservateur promet de dévoiler dans les prochains jours son plan chiffré pour revenir à l'équilibre budgétaire.

Notre dossier Élections Canada 2019

Si le Parti conservateur insiste sur le fait que les familles à revenu moyen ont subi une augmentation de leurs impôts fédéraux de 80 % sous le gouvernement Trudeau, une vérification faite par Radio-Canada révèle que cette évaluation occulte plusieurs informations. Ce calcul, qui se base sur une étude de l’Institut Fraser, ne prend pas en compte certaines dispositions d’allègement fiscal pour les contribuables.

Au cours de leur mandat, les libéraux ont réduit le taux d'imposition pour le second palier d'imposition, soit la tranche de revenus entre 47 630 $ et 95 259 $, de 22 % à 20,5 %.

Avec les informations de John Paul Tasker, de CBC

Politique fédérale

Politique