•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des dizaines de personnes marchent à Rouyn-Noranda pour les malades du cancer

Des dizaines de marcheurs devant des kiosques.

La marche du Grand défoulement a réuni plusieurs dizaines de personnes à Rouyn-Noranda.

Photo : Radio-Canada / Boualem Hadjouti

Radio-Canada

Marcher pour aider les personnes atteintes du cancer : c'est ce qu'ont fait plusieurs dizaines de personnes dimanche à la presqu'île du lac Osisko.

Elles ont pris part à la deuxième marche du Grand défoulement, pour amasser des fonds au profit de la Fondation québécoise du cancer.

La directrice de la Fondation québécoise du cancer en Outaouais, Corine Lorman, s'est dit satisfaite de l'affluence.

Selon elle, l'argent amassé sert beaucoup les personnes atteintes du cancer de la région, qui doivent se rendre à Gatineau pour leur traitement.

Les gens de l'Abitibi-Témiscamingue doivent aller à l'Hôtellerie de Gatineau pour être hébergés pendant leur traitement.

Corine Lorman, directrice de la Fondation québécoise du cancer en Outaouais

C'est pour continuer à offrir ces services-là aux gens et aussi il y a tout l’aspect information, notre centre info cancer qui dessert tout le Québec, les gens de l'Abitibi utilisent ces services-là, parler à une infirmière spécialisée en oncologie, pouvoir être jumelé avec une personne qui vit la même chose, énumère-t-elle.

Participants à la marche du grand défoulement

Mélanie Cliche en compagnie de ses proches.

Photo : Radio-Canada / Boualem Hadjouti

Plusieurs parmi les participants sont touchées de près ou de loin par la maladie.

C'est le cas de Mélanie Cliche, l'ambassadrice de l'événement, qui est actuellement en rémission de son cancer.

Elle affirme que le soutien de la fondation était nécessaire durant son traitement à Gatineau, que ce soit pour le transport, l'hébergement ou d'autres activités nécessaires pour ses soins.

Moi, ce que j'ai retenu, c'est qu'il y a des gens qui n'iraient pas à l'extérieur si la fondation n'était pas là, assure-t-elle. Ils ne pourraient pas avoir accès à leur traitement. Ils font ce choix-là parce que c'est tellement difficile de se rendre là-bas et d'avoir le traitement en plus de débourser des sous et de faire toute l'organisation de tout ça.

Les organisateurs de la marche espèrent amasser 30 000 dollars.

Abitibi–Témiscamingue

Santé