•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Unifor ignore l'ordre du tribunal de lever le blocus à Nemak

des membres d'Unifor font la grève, ils sont assis et ont des pancartes unifor

Le syndicat a présenté une proposition au fabricant de pièces automobiles, pendant que la grève demeure en place.

Photo : Radio-Canada / Katerina Georgieva

Radio-Canada

Les dirigeants d'Unifor continuent de ne pas respecter une ordonnance du tribunal visant à lever un blocus devant l'usine de Nemak, à Windsor.

Ils ont plutôt présenté une proposition au fabricant de pièces automobiles, pendant que la grève demeure en place.

Le syndicat Unifor souhaite que trois réunions distinctes avec les dirigeants de Nemak aient lieu dans un délai de 14 jours à compter de lundi, dans l'objectif de parvenir à une entente.

Le syndicat demande également un processus d'arbitrage accéléré avec une décision au plus tard le 31 octobre et demande que Nemak ne sanctionne pas les membres d'Unifor dans le cadre de ce conflit.

Le syndicat stipule aussi dans ses termes que les deux partis devront accepter la décision de l'arbitre.

Chris Taylor a les cheveux gris, il port un chandail noir

Chris Taylor

Photo : Radio-Canada / Katerina Georgieva

C'est une liste de revendications qui, selon nous, doivent être satisfaites pour que nous levions le blocus.

Chris Taylor, représentant national d'Unifor et ancien président de la section locale 200

Unifor a fait savoir que cette proposition a été envoyée aux responsables de Nemak samedi soir et qu'ils n'avaient pas encore reçu de réponse.

Le syndicat donne à Nemak jusqu'au mercredi pour répondre à sa proposition.

CBC Windsor a sollicité les commentaires de Nemak.

Les travailleurs protestent contre la décision de l'entreprise de fermer les portes de l’installation de Windsor au milieu de l'année 2020, au lieu de 2022 comme prévu dans une entente antérieure.

Ce que nous recherchons et espérons, c'est une solution à ce problème. Soit respectez le contrat ou proposez un système de rémunération, explique Marcel Roy, un employé de Nemak qui travaille à l'usine depuis plus de huit ans.

Marcel Roy avec un chandail rouge, il a des lunettes de vue accrochés à son chandail, il a les cheveux gris

Marcel Roy

Photo : Radio-Canada / Katerina Georgieva

Les 270 employés de l'usine de fabrication de pièces automobiles sont en grève illégale depuis le 1er septembre.

Le président national d'Unifor, Jerry Dias, le président de la section locale 200, John D'Agnolo, son vice-président, Tim Little, et le président du syndicat local de l'usine Mike Jobin, ont été reconnus coupables d'outrage au tribunal.

Le syndicat devra payer une amende de 10 000 dollars par jour et les quatre dirigeants devront débourser 1 000 dollars par jour pour ne pas avoir respecté l'ordonnance de la cour qui a commencé vendredi.

Windsor

Relations de travail