•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le porte-à-porte, une méthode de séduction encore prisée des candidats

Une femme fait du porte-à-porte.

Le porte-à-porte demeure efficace, car la méthode engage personnellement le citoyen, indique un spécialiste en sciences politiques.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

À l'ère des médias numériques, les candidats aux élections fédérales ne délaissent pas pour autant la méthode du porte-à-porte pour séduire les électeurs. Pour bon nombre de candidats, aller directement à la rencontre des gens demeure incontournable.

C’est la méthode que je préfère, confie Adam Vaughan, le député libéral sortant de la circonscription de Spadina—Fort York, à Toronto.

Selon lui, le porte-à-porte permet de forger des liens directement avec les citoyens. Les gens veulent se sentir engagés à leur façon, là où ils vivent, ils veulent vous voir.

Un homme dans la rue devant une pancarte portant son nom.

Le député libéral sortant Adam Vaughan dit avoir fait du porte-à-porte toute sa vie et, selon lui, il n'y a pas meilleure méthode pour rencontrer l'électorat.

Photo : Radio-Canada

Pour moi, c’est aussi une façon de faire le point avec les gens que je représente. Cette conversation est très importante, ajoute Adam Vaughan.

C’est important d’avoir ce contact , considère aussi la candidate du Nouveau Parti démocratique (NPD) dans la circonscription de Spadina—Fort York, Diana Yoon. Elle indique pour sa part cogner d'abord aux portes des électeurs ayant déjà voté pour son parti.

Je suis une nouvelle candidate alors je me présente aux gens, explique-t-elle.

Une femme devant un local du NPD.

Diana Yoon est la candidate du NPD pour la circonscription de Spadina—Fort York.

Photo : Radio-Canada

Du côté du candidat des Verts, on préfère sonder les électeurs directement dans la rue.

Les gens veulent voir que vous êtes là, explique le candidat du Parti vert pour la même circonscription, Dean Maher.

Selon lui, même s'il doit parfois composer avec des divergences d'opinions politiques, aborder les gens en personne engage une conversation honnête qui sort du politiquement correct.

Un homme portant un chandail vert dans la rue.

Le candidat du Parti vert pour la circonscription de Spadina—Fort York, Dean Maher.

Photo : Radio-Canada

Les médias sociaux sont filtrés, alors que dans la vraie vie, les propos ne sont pas filtrés et les gens veulent de vraies réponses à leurs questions, explique-t-il, ajoutant que de ces conversations, il peut aussi obtenir de nouvelles idées.

Le candidat conservateur pour la circonscription de Spadina—Fort York, Frank Fang, a refusé notre demande d'entrevue.

Une méthode efficace, dit un spécialiste

Le post-doctorant en sciences politiques à l'Université McGill Jean-François Daoust croit qu'il s'agit d'une méthode complémentaire efficace.

Si on fait du porte-à-porte avec un candidat, c'est très personnel, et donc il va cogner aux portes, il va parler directement au citoyen et il a même le nom de la personne pour l'interpeller.

Plus une technique est personnalisée par rapport à l’électeur, plus ça va être efficace. Le citoyen se sent plus interpellé quand le candidat cogne à la porte en personne.

Jean-François Daoust, post-doctorant en sciences politiques à l'Université McGill

Avec les informations de Fanny Geoffrion

Politique fédérale

Politique