•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La vie après le football : Marc-Olivier Brouillette, un retraité occupé

Marc-Olivier Brouillette en entrevue à Radio-Canada dans un hôtel de Regina.

Marc-Olivier Brouillette travaille toujours avec l'Association des joueurs de la Ligue canadienne de football (AJLCF).

Photo : Radio-Canada

Charles Lalande

Plus de six mois après avoir pris la décision d’accrocher ses crampons, l'ancien footballeur Marc-Olivier Brouillette est épanoui dans sa nouvelle vie mariant la radio, le droit, la promotion du végétalisme et la paternité.

L’ancien maraudeur des Alouettes de Montréal (2010 à 2016) et des Roughriders de la Saskatchewan (2017 et 2018) a aussitôt troqué ses épaulettes et son casque pour une toge. Il a joint les rangs d’une firme d’avocat montréalaise : Je pense avoir annoncé ma retraite un vendredi. Le lundi, j’étais déjà au bureau.

Il a annoncé sa retraite du football professionnel début février, période de l’année où il avait l’habitude de reprendre son entraînement à temps plein en vue de la prochaine saison de la Ligue canadienne de football (LCF).

Marc-Olivier Brouillette, des Alouettes de Montréal, plaque le receveur du Rouge et Noir d'Ottawa lors d'un match disputé à Ottawa le 1er octobre 2015 (archives).

Marc-Olivier Brouillette, des Alouettes de Montréal, plaque le receveur du Rouge et Noir d'Ottawa lors d'un match disputé à Ottawa le 1er octobre 2015 (archives).

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Bien qu’il avoue qu’il n’avait « plus le goût » de faire les sacrifices exigés par le métier de footballeur professionnel, Marc-Olivier Brouillette n’était pas rassasié du ballon ovale pour autant. Il a fait le saut comme analyste des matchs des Alouettes sur les ondes de TSN 690 aux côtés de Rick Moffat, le descripteur de longue date des Oiseaux.

Lorsqu’il avait accepté cet emploi, il avait évidemment encerclé la date du 14 septembre sur son calendrier. Ce duel entre ses deux anciennes formations marquait son retour en Saskatchewan pour la première fois depuis la fin de la dernière saison.

« C’est un beau feeling. C’est plaisant de revenir ici. Je vais en profiter pour revoir des gens avec qui j’ai passé de bons moments ici lors de mon passage avec les Roughriders », badine celui qui a prudemment prédit une égalité lorsqu’il a été questionné sur l’identité de l’équipe victorieuse samedi soir à Regina.

La promotion du végétalisme

Végétalien depuis quatre ans, le Montréalais de 33 ans utilise également sa tribune pour aborder plusieurs sujets qui le tiennent profondément à coeur : la planète, l’environnement et la cruauté envers les animaux.

Devenu un ambassadeur de ce régime alimentaire qui ne contient aucun produit d’origine animale, Marc-Olivier Brouillette a accepté d’être porte-parole et conférencier pour le Festival végane de Montréal, qui aura lieu les 21 et 22 septembre prochains. « C’est une belle opportunité de présenter mon style de vie, de conscientiser les gens à apporter des changements dans leur mode de vie et d’adopter des habitudes plus saines  », dit-il.

Le retraité se considère très chanceux de mener une vie aussi active après avoir consacré des dizaines d’années au football, un sport de contact qui peut laisser de graves séquelles sur le corps humain.

Cette bonne santé lui permet aussi de prendre part à plusieurs activités physiques avec ses deux jeunes enfants, qu’il a maintenant la chance de côtoyer à nouveau sur une base quotidienne, ce que la vie dans les Prairies ne lui permettait pas.

Un homme cuisine un repas avec des légumineuses devant sa cuisinière chez lui. Il porte un chandail à capuchon des Roughriders de la Saskatchewan

Pour Marc-Olivier Brouillette, être végétalien va au-delà de l'alimentation. Il défend maintenant plusieurs causes, dont la cruauté envers les animaux (archives).

Photo : Radio-Canada

Saskatchewan

Football