•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les manifestants font de Rouyn-Noranda leur ligne de front contre Gazoduq

Des citoyens réunis dans un amphithéâtre extérieur

Plusieurs dizaines de citoyens ont participé à la manifestation de la Coalition anti-pipeline à Rouyn Noranda.

Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Thomas Deshaies

Plusieurs dizaines de personnes ont manifesté samedi à Rouyn-Noranda contre le projet de Gazoduq, qui prévoit construire une conduite souterraine de gaz naturel qui partirait de l’Ontario pour se rendre jusqu’au Saguenay.

Selon les organisateurs, la lutte à Rouyn-Noranda pourrait être déterminante pour l’avenir du projet gazier.

Le projet de pipeline de 782 kilomètres, ça commence ici. Au Québec, c’est vraiment la ville de Rouyn-Noranda. C’est à nous de décider. S’il ne passe pas à Rouyn, ce projet-là ne se réalisera pas, s’est exclamé le porte-parole de la Coalition anti-pipeline de Rouyn-Noranda, François Gagné.

Selon lui, les citoyens de Rouyn-Noranda sont sur la ligne de front de la bataille contre l’entreprise Gazoduq, mais peuvent compter sur de nombreux alliés à travers la province.

C’est nous le fer de lance présentement aujourd’hui, mais on est tous ensemble pour dire que ce projet-là, on n’en veut pas, a-t-il tranché.

Les manifestants se sont d’abord rassemblés à la presqu'île du lac Osisko de Rouyn-Noranda avant de se rendre à la frontière de l’Ontario pour dérouler une banderole, à l’endroit où le pipeline pourrait traverser.

Des citoyens déploient une banderole

Une banderole a été déployée par les manifestants à la frontière entre le Québec et l'Ontario.

Photo : Radio-Canada / Julia Caron

Un projet nuisible pour l’environnement, prônent les manifestants

Dans une ambiance festive, mais revendicatrice, les figures de proue de la mobilisation ont rappelé pourquoi ils s’opposent au projet.

Selon eux, le projet de pipeline contribuera à augmenter l’émission de gaz à effet de serre plutôt qu'à les diminuer, contrairement à ce que l’entreprise prétend.

Leur idée de dire que c’est une énergie de transition, c’est complètement faux.

François Gagné, porte-parole de la Coalition anti-pipeline de Rouyn-Noranda

Des candidats aux élections fédérales représentant le Bloc québécois, le Nouveau Parti démocratique et le Parti vert étaient présents pour l’occasion, ainsi que la députée provinciale de Rouyn-Noranda–Témiscamingue, Émilise Lessard-Therrien.

M. Gagné estime que les comités citoyens devront poursuivre leurs actions de sensibilisation pour informer la population sur les potentiels impacts d’un tel projet. Ça va être du gaz qui va venir de l’Ouest, il va traverser plusieurs de nos rivières, fragmenter notre environnement et il y a un risque de diminution de la biodiversité, a-t-il martelé.

une pancarte de la Coalition Anti-Pipeline de Rouyn Noranda

La Coalition anti-pipeline Rouyn Noranda a organisé une manifestation pour dénoncer le projet de Gazoduq.

Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

« Acheter l’acceptabilité sociale »

Émilise Lessard-Therrien a dénoncé l’annonce de l’entreprise d’investir des millions de dollars dans un fonds pour les communautés. Selon elle, il s’agit d’une stratégie pour acheter l’acceptabilité sociale.

Puisqu’elle considère que le besoin de financement des communautés est grand, elle craint que cette approche de l’entreprise n'envenime le débat. Maintenant, on risque de faire fi des considérations environnementales, a-t-elle déploré. J’espère que les citoyens de l’Abitibi-Témiscamingue vont rester fiers et continuer de faire la lutte à ce projet-là.

Les comités citoyens promettent d’intensifier la pression sur l’entreprise Gazoduq.

Abitibi–Témiscamingue

Environnement