•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Je veux être un allié du Québec », dit Jagmeet Singh

Le chef du NPD promet des pouvoirs accrus pour le Québec en matière d’environnement, de langue et de culture.

Jagmeet Singh sourit devant un drapeau du Québec.

Jagmeet Singh dit vouloir « continuer le travail que Jack Layton a commencé ».

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada

Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Jagmeet Singh, promet des pouvoirs accrus pour le Québec en matière d’environnement, de langue, d’immigration et de justice. Il affirme aussi avoir le courage d’aborder les dossiers plus controversés.

M. Singh a présenté sa vision pour le Québec à son premier arrêt de campagne dans la province, dimanche, à Sherbrooke, là même où le NPD avait adopté en 2005 sa position sur le « fédéralisme asymétrique », qui reconnaît des compétences spécifiques au Québec.

Sous un éventuel gouvernement néo-démocrate, Québec aurait, par exemple, le dernier mot en matière d’évaluation environnementale pour les grands projets d’infrastructures passant sur son territoire, comme la construction d’un oléoduc.

Interrogé sur les raisons de ce traitement particulier qui serait accordé au Québec, par rapport aux autres provinces, Jagmeet Singh n’a pas répondu directement, si ce n’est que de dire que pour de tels projets, il faut avoir l’acceptabilité sociale.

Les Québécois méritent plus que des belles paroles. Ils méritent des actions concrètes qui nous permettront vraiment de gagner la bataille contre les changements climatiques.

Jagmeet Singh, chef du NPD

Sur la scène internationale, le Québec serait aussi consulté avant que le gouvernement canadien signe des ententes commerciales majeures, ce qui pourrait lui donner l’occasion de mieux protéger certains secteurs, comme l’industrie laitière.

« Je veux être un allié du Québec »

Jagmeet Singh veut continuer le travail de Jack Layton, notamment en promettant d'appliquer la loi 101 aux entreprises de compétence fédérale, comme les banques et le secteur des télécommunications.

Il promet aussi de s'assurer du bilinguisme des juges à la Cour suprême et d'accroître le financement des organismes qui travaillent au rayonnement et à la protection de la langue française, au Québec et ailleurs au pays.

Le NPD promet également de rendre au Québec son autonomie culturelle, en lui transférant davantage de pouvoirs et d’argent en matière de culture. Les néo-démocrates souhaitent imposer une taxe aux géants du web.

Le NPD souhaite aussi donner plus d’argent au Québec en matière d’immigration. En ce sens, il accorderait une hausse de transfert de 73 millions de dollars qui serait permanente, afin d’élargir les programmes de francisation et d’intégration pour les nouveaux arrivants, une promesse qui avait été dévoilée la semaine dernière.

Au lieu de cibler les chicanes, il y a plusieurs affaires où on peut travailler ensemble, a soutenu le chef du NPD, qui a dû encore une fois répondre à des questions au sujet de la Loi sur la laïcité de l’État au Québec, la loi 21, lui qui est de confession sikhe.

Si on parle de courage, je suis un homme avec une barbe et un turban, ici au Québec.

Jagmeet Singh, chef du NPD

Et je suis candidat au poste de premier ministre, a ajouté M. Singh, sous les applaudissements des candidats et militants présents.

Jagmeet Singh a réitéré son opposition à la loi 21, même s’il « sait que c’est difficile ». Je ne reculerai pas devant la nécessité de faire la bonne chose, a-t-il dit.

Le chef du NPD s’est toutefois contenté de réitérer son soutien à la contestation judiciaire déjà en cours, sans s’avancer sur l’éventualité d’une intervention directe du gouvernement fédéral dans le dossier.

M. Singh a décrit sa décision de retirer son turban dans une publicité diffusée au Québec comme un geste d’ouverture. Je veux être un allié du Québec, a-t-il résumé.

Ultimement, le NPD souhaiterait une réintégration du Québec dans la Constitution canadienne, comme cela avait déjà été évoqué au congrès du parti de février 2018.

Après que Trudeau père a traîné le Québec dans un mariage forcé, il est temps de mettre en place une relation saine qui permettra au Québec de signer la Constitution selon des termes qui lui sont acceptables, a lancé M. Singh.

Le chef du NPD a accusé le premier ministre sortant, Justin Trudeau, d’avoir une « approche condescendante » en la matière. Le fait qu’il vienne du Québec ne l’excuse pas de devoir en faire plus, a-t-il ajouté.

Notre dossier Élections Canada 2019

Stratégie électorale

Aux élections fédérales de 2015, le NPD a perdu 43 députés au Québec. Une chute que le parti attribue au manque d’attention portée au Québec dans son programme électoral. Une lacune que Jagmeet Singh souhaite corriger.

Le NPD compte notamment sur le vote des jeunes, qui sont désenchantés avec les promesses brisées de Justin Trudeau sur la réforme électorale et par l’achat du pipeline Trans Mountain. Jagmeet Singh compte canaliser ce mécontentement en sa faveur.

Jagmeet Singh espère que le dynamisme qui, selon lui, semble gagner sa campagne en Ontario se transportera au Québec avec la nouvelle semaine qui s’amorce.

Des stratèges néo-démocrates soulignent que ceux qui pensent que le NPD est mort au Québec se trompent. Les députés en place sont forts, disent-il, et les progressistes se cherchent encore un parti pour véhiculer leurs valeurs.

Avec la collaboration de Christian Noël

Politique fédérale

Politique