•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le poste de premier ministre intéresse deux députés des T.N.-O. élus sans concurrence

À gauche, R.J. Simpson pose une question à la Chambre, à droite, le président de l'Assemblée, Jackson Lafferty.

R.J. Simpson, de Hay River Nord, et Jackson Lafferty, de Monfwi, ont tous deux été élus sans concurrence dans leur circonscription.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Mario De Ciccio

Deux des trois députés territoriaux élus sans opposition songent sérieusement à se lancer dans la course pour devenir premier ministre des Territoires du Nord-Ouest.

Jackson Lafferty, de la circonscription, de Monfwi, et R.J. Simpson, de Hay River Nord, pourraient poser leur candidature après les élections législatives du 1er octobre.

D'autres candidats ont aussi fait part de leur intérêt, mais ils devront d'abord se faire élire dans leur circonscription.

Le gouvernement de consensus aux T.N.-O.

Les T.N.-O. ont un gouvernement de consensus, sans partis ou leaders politiques.

Chacune des 19 circonscriptions élit son député parmi des candidats indépendants.

Après les élections, les nouveaux membres de l’Assemblée législative peuvent se présenter pour l’un des 6 postes de ministre ou ceux de président de l’Assemblée et de premier ministre.

Ces postes sont attribués par vote secret parmi les députés candidats.

Une fois les postes pourvus, le premier ministre distribue les ministères aux nouveaux ministres.

Les 11 autres députés héritent du devoir de demander des comptes aux ministres lors de la période de questions ou en révisant le travail du gouvernement dans les comités permanents.

Une simple majorité suffit pour faire passer des motions et des projets de loi.

Dens gens font la file à l'Assemblée législative.

Les membres de la 18e Assemblée législative des T.N.-O. lors du vote secret pour élire le premier ministre en 2015.

Photo : Radio-Canada / Randall McKenzie

Jackson Lafferty

C’est la deuxième fois de suite que le député de Monfwi est élu sans opposition.

Il a été élu pour la première fois en 2005 lors d’une élection partielle, dans l’ancienne circonscription de North Slave. Réélu dans la nouvelle circonscription de Monfwi en 2007, le député a porté le chapeau de ministre de la Justice, de l’Éducation, de la Culture et de la Formation.

Réélu en 2011, il a conservé le ministère de l’Éducation en plus de devenir vice-premier ministre sous Bob McLeod. Quatre ans plus tard, il était élu sans concurrent dans sa circonscription, et élu sans concurrent au rôle de président de l’Assemblée.

Un homme assis sur un trône à l'Assemblée législative.

Jackson Lafferty a été président de l'Assemblée pour la 18e Assemblée législative des Territoires du Nord-Ouest.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Il dit songer sérieusement au poste de premier ministre, après en avoir discuté avec plusieurs aînés et membres de la communauté.

S'il devient premier ministre, Jackson Lafferty accorderait la priorité aux bonnes relations de travail avec ses collègues et les autres gouvernements.

Le premier ministre devrait être joignable [et] bien travailler avec les leaders dans tous les domaines, dit-il. Nous devons être ouverts d'esprit et ouverts aux affaires.

Selon lui, le gouvernement actuel ne répond pas aux besoins des petites communautés plus isolées comme celles qu’il représente.

R.J. Simpson

R.J. Simpson a été élu pour la première fois dans la circonscription de Hay River Nord en 2015.

Il a annoncé, la semaine dernière, dans le journal local, The Hay River Hub, vouloir briguer le poste de premier ministre.

Avant de devenir député, j’étais, comme la plupart des gens, plutôt blasé à propos du gouvernement, explique-t-il en entrevue à Radio-Canada. Je crois que je suis encore plus blasé parce que je vois qu’il n’y a pas cette prise de responsabilité qu’il devrait y avoir dans le gouvernement.

Deux hommes dans leurs chaises de députés à l'Assemblée législative.

R.J. Simpson (à gauche) commencera son deuxième mandat après le 1er octobre.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Je pense que nous devions aborder certains de ces problèmes qui sont profondément enracinés. Il faut changer l’attitude du gouvernement, dit-il. Le gouvernement agit pour son propre bénéfice et pas nécessairement pour la population.

R.J. Simpson estime que, en devenant premier ministre, il serait le mieux placé pour implanter les changements qu’il espère voir le plus tôt possible.

Avec des informations de John Last de CBC North

Grand-Nord

00