•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vandalisme à l'ancienne Auberge nature Cépal

une piscine vandalisée.

La piscine a été remplie de mobilier d'été.

Photo : Flavie Villeneuve

Flavie Villeneuve

Dans l’arrondissement de Jonquière, l'ancienne Auberge nature Cépal a été le théâtre de méfaits dans la nuit de vendredi à samedi. Plusieurs introductions par effraction ont été commises et le Service de police de Saguenay a constaté des dommages considérables à l’intérieur du bâtiment.

Des experts en scène de crime étaient sur place samedi matin pour évaluer l’importance des dégâts. Le Service de police de Saguenay pense que plusieurs individus sont à l’origine de ce saccage.

Les lieux sont inexploités depuis la faillite de l'entreprise, il y a un an.

Véhicule de police devant l'auberge.

Le Service de police de Saguenay a constaté que les dommages sont importants à l'intérieur du bâtiment.

Photo : Flavie Villeneuve

Radio-Canada a tenté en vain de joindre le propriétaire du site.

Toutefois, les résidents du secteur, qui appréciaient leur quiétude, sont de plus en plus inquiets. Ils disent apercevoir sous leurs fenêtres du vagabondage et beaucoup de va-et-vient depuis que le site est fermé.

Il y a une piscine, mais il y a des chaises dedans. On voit que ce n'est pas surveillé.

Laurent Therrien, résident du secteur

Pendant des années, le site de l'Auberge nature Cépal était un joyau de Jonquière. De nombreuses célébrations familiales et des mariages se sont déroulés à l'intérieur de ses murs. Mais aujourd'hui, le lieu est laissé à l'abandon.

Certains citoyens ont confirmé à Radio-Canada que durant l’été, des jeunes se sont rassemblés sur le terrain de tennis, situé juste en face de l'établissement, pour allumer des feux. Les pompiers se sont d'ailleurs déplacés à deux reprises pour les avertir.

Des décombres après un feu.

Le terrain de tennis en face de l'auberge n'est plus surveillé.

Photo : Radio-Canada

Réunion de malfaiteurs

Des résidents sont aussi de moins en moins rassurés depuis que le lieu n'accueille plus de touristes.

Des gens m'ont rapporté qu'ils ont vu des voitures qui se stationnent, des gens qui arrivent en vélo qui prennent des paquets et qui repartent, a confié une citoyenne voulant garder son identité secrète.

Les policiers disent ne jamais avoir été informés de l'inquiétude du voisinage.

Ils sollicitent toutefois la collaboration de la population pour les aider à les conduire aux individus à l'origine du saccage.

Saguenay–Lac-St-Jean

Vandalisme