•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une autre candidate conservatrice met Andrew Scheer dans l'embarras

Une femme parle au micro devant une foule de partisans conservateurs. Derrière elle, des enfants tiennent des pancartes où il est écrit « Scheer 2019 ».

La participation de Justina McCaffrey, la candidate de Kanata–Carleton, s’est terminée de manière abrupte à son propre rassemblement .

Photo : Radio-Canada

Louis Blouin

C’est une scène inhabituelle. La candidate conservatrice Justina McCaffrey a fui les journalistes lors d’un événement qu’elle-même organisait avec son chef Andrew Scheer à Ottawa.

La participation de la candidate de Kanata–Carleton à son propre rassemblement s’est terminée de manière abrupte. Pourchassée par une journaliste et une caméra de télévision, elle s’est engouffrée dans une voiture et a filé en vitesse.

Il faut dire que la matinée avait mal commencé pour Mme McCaffrey. Des ministres libéraux ont relayé deux vidéos embarrassantes à son sujet.

La première met en évidence son amitié avec la militante d’extrême droite Faith Goldy. Cette dernière a notamment été bannie de Facebook en avril en raison de ses propos haineux.

Dans l’autre vidéo, on entend Mme McCaffrey tenir des propos contre le fait français au Canada lors d’une entrevue passée. « La préoccupation [de Justin Trudeau] pour le français, pour les gens du Québec, [...] ça me dérange », confie-t-elle.

Le parti ne voulait clairement pas placer Mme McCaffrey à l’avant-plan lors de l’événement qui a suivi en banlieue d’Ottawa, samedi après-midi. La candidate a prononcé une courte allocution, avec l’air nerveux, avant l’arrivée du chef.

Elle l’a accueilli, mais s’est tenue à l’écart du cadrage des caméras pendant toute la durée de l’allocution d’Andrew Scheer. Quand la période des questions des journalistes a commencé, elle s’est empressée de quitter les lieux.

Explications par écrit

Les journalistes n’ont pas été en mesure de lui parler directement, mais Justina McCaffrey a pris le temps de se justifier sur les réseaux sociaux.

« J’ai grandi à Saint-Boniface, au Manitoba, et je respecte profondément les deux langues officielles. Je regrette d’avoir mal choisi mes mots pour critiquer le bilan de Justin Trudeau », a-t-elle écrit sur Twitter.

Sur son amitié avec Faith Goldy, elle précise par écrit qu’elle n’a pas vu cette dernière « depuis plusieurs années » et que la vidéo partagée par les libéraux date de 2013.

Pourtant, une photo tirée de Facebook montre les deux femmes ensemble, pas plus tard qu’en janvier 2017.

Le Parti conservateur a fait son travail, dit Scheer

Andrew Scheer a maintenu qu’elle pouvait demeurer dans son équipe. « Chaque parti a l’obligation de s’assurer que leurs candidats n’ont pas fait de commentaires discriminatoires ou dit des insultes [par le passé]. C’est exactement ce que notre équipe a fait », a affirmé le chef conservateur.

On ne peut toutefois pas en dire autant de Justin Trudeau, qui « a travaillé avec son candidat afin de cacher [au public] ses commentaires antisémites », a-t-il rappelé, évoquant l’ex-libéral Hassan Guillet dont la candidature dans Saint-Léonard–Saint-Michel a été révoquée en raison d’anciennes déclarations jugées antisémites.

À l’opposé, Justina McCaffrey a « fait le bon choix » et a présenté ses excuses, a ajouté M. Scheer.

Notre dossier Élections Canada 2019

Mais ce n’est pas suffisant pour la libérale Mélanie Joly.

« Après avoir refusé de dénoncer les coupes de Doug Ford aux francophones, Andrew Scheer refuse de dénoncer les propos inquiétants de sa candidate Justina McCaffrey au sujet des francophones au pays et des Québécois », a-t-elle écrit.

Andrew Scheer voit dans ces attaques libérales une façon d’éviter de parler du bilan du gouvernement. « Il reste 37 jours à la campagne, d’ici le 21 octobre, et vous pouvez être certains que les libéraux vont tout faire pour distraire les gens de leur bilan », a-t-il lancé à la foule réunie à Kanata, samedi.

Depuis trois jours, le chef conservateur doit en effet composer avec des trouvailles embarrassantes sur ses candidats.

La veille, il a dû s'expliquer concernant des déclarations passées de nature islamophobe et homophobe venant de Ghada Melek et d’Arpan Khanna, deux candidats de la région de Toronto.

Jeudi, son candidat dans Winnipeg-Nord s’est désisté après avoir tenu des propos discriminatoires contre l'immigration sur les médias sociaux.

Avec la collaboration de Valérie Boisclair

Politique fédérale

Politique