•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un « record » de roundnet battu à Sept-Îles

Des gens font une tour composée de 40 filets de roundnet.

Les amateurs septiliens de roundnet ont pu faire une tour composée de 40 filets.

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

Radio-Canada

Des Septiliens amateurs de roundnet, une discipline communément appelée le spikeball et inspirée du volleyball, ont battu samedi un « record du monde » établi à New York au cours des dernières semaines.

Il ne s’agissait pas d’engranger le plus de points, mais bien de faire une tour composée uniquement de filets de roundnet. Le record à battre : une tour haute de 30 filets réalisée par une association new-yorkaise de roundnet.

C’est parti de rien, a soutenu William Dorion, ambassadeur pour l’entreprise Spikeball et responsable de la ligue, en marge de l’activité. C’est un défi que l’entreprise a lancé aux amateurs de la discipline à travers le monde.

William Dorion à côté de sa tour de filets.

William Dorion est l'instigateur de ce projet.

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

Je me suis dit qu’on pourrait l’essayer ici, pourquoi pas. Trois semaines plus tard, M. Dorion et ses collègues ont été en mesure de fabriquer une tour composée de 40 filets dans la cour de l’école Gamache, atteignant leur objectif.

Les derniers ont été ardus, on n’a pas pu lâcher la tour trop longtemps, mais on s’est rendus à 40 [filets] qui tenaient sans aide, a lancé fièrement M. Dorion.

William Dorion a raconté qu’il fallait que la tour parte sur une base stable et au niveau pour être en mesure de construire la tour. Les pattes ne sont pas faites pour être stables ou exactement à niveau, donc la difficulté c’était de les enligner comme il faut et fléchir les pattes pour qu’elles aient toujours le bon angle, a-t-il décrit.

Le vent, qui était de la partie, a entraîné son lot de complications. On s’est aidés un peu avec le mur de l’école, mais nos 5-6 derniers filets n’étaient plus protégés du vent, a raconté l’amateur de roundnet.

Ceci n’est pas un record Guinness

Ce ne sera pas un record Guinness, ça va être un record juste avec la compagnie Spikeball, a mentionné l’instigateur. Le processus d’homologation des records Guinness allait être trop long, a-t-il expliqué.

Il s’agissait d’une activité loufoque et d’un prétexte pour passer du temps entre amis un samedi matin, a pour sa part soutenu Félix Tremblay, ami de M. Dorion et amateur du sport.

Il a expliqué que ce sport est populaire à Sept-Îles parce qu’il se rapproche d’activités déjà populaires dans la ville, comme le volleyball. C’est un jeu qui est plaisant à jouer sur la plage, des choses que les gens font très fréquemment à Sept-Îles, a-t-il dit. C’est de là que part l’engouement.

Avec les informations d'Alix-Anne Turcotti

Côte-Nord

Activités sportives