•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des élèves qui apprennent les arts du cirque dès la première année

Cette formation fait des heureux parmi les élèves.

Radio-Canada

Des élèves des écoles de Saint-Arsène et de Cacouna s’initient aux arts du cirque dès la première année. Ces deux établissements font partie des rares au Québec à offrir du cirque dans les cours réguliers d’arts plastiques et ce, depuis déjà 20 ans.

Le projet a été conçu à la suite d’un besoin exprimé par les parents qui trouvaient que leurs enfants manquaient de concentration et de motivation, a expliqué le directeur des écoles Vents-et-Marées et Desbiens, Yves Ouellet.

Donc, à partir de la première année et jusqu’à la sixième, on vit les arts du cirque à travers le programme scolaire dans le cadre des cours de français et de mathématiques, en classe et, bien sûr, au gymnase, a expliqué le directeur.

Yves Ouellet répond aux questions d'un journaliste dans une salle de classe.

Le directeur des écoles Vents-et-Marées et Desbiens, Yves Ouellet.

Photo : Radio-Canada

Le but premier étant toujours le français et les mathématiques et on sait que si les enfants sont heureux, les réussites, elles seront là.

Yves Ouellet, directeur des écoles Vents-et-Marées et Desbiens

Quelque trois heures et demie par semaine sont consacrées aux arts du cirque chez les étudiants inscrits au programme dans les écoles Vents-et-Marées et Desbiens, ce qui est très motivant pour les élèves, a soutenu le directeur.

Cette formation fait des heureux parmi les élèves, dont Justin St-Pierre, qui estime qu’il est chanceux de pouvoir consacrer davantage de temps à l’éducation physique.

Répondre aux intérêts de tous

Le programme cherche à inclure tous les élèves en diversifiant son offre. Tout le monde embarque parce qu’on a des disciplines diversifiées, explique l’enseignant en éducation physique et en cirque Gino Dubé. On va chercher les intérêts d’un peu tout le monde dans ça.

C’est le cas de Mia Gagnon, qui a pratiqué plusieurs disciplines, dont, plus récemment, le monocycle, qui semble être l’une des activités favorites de nombre d’élèves.

Des élèves sur des monocycles dans un gymnase.

Des élèves du Bas-Saint-Laurent peuvent s'initier dès la première année aux arts du cirque.

Photo : Radio-Canada

Que ce soit quelqu’un qui est moins habile en équilibre, il va pouvoir peut-être être meilleur en manipulation. Il y a des filles un peu plus souples qui veulent faire plus de gymnastique, d’autres qui aiment plus l’aérien, elles vont grimper un peu plus, a décrit l’enseignant.

Le but, c’est d’avoir des écoles vivantes où le personnel peut également avoir une possibilité de créer, parce que le cirque permet vraiment cette option-là, a souligné le directeur Ouellet.

Le programme permet notamment aux élèves plus âgés de développer des compétences en partenariat, puisqu’ils servent à titre de mini-professeurs aux plus jeunes élèves, a poursuivi le directeur Yves Ouellet. Nous avons deux éducateurs physiques qui les encadrent [...], mais c’est vraiment un travail de partage et de collectif, a-t-il précisé.

Avec les informations de Nadia Ross

Bas-Saint-Laurent

Éducation