•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quoi voir pour ne rien manquer du 31e Cinéfest

Le portrait d'un homme en rouge sur un fond bleu.

Détail de l'affiche officielle du film « Le vingtième siècle » (The Twentieth Century) écrit et dirigé par le cinéaste manitobain Matthew Rankin.

Photo : pixelleX communications

Claudia Hébert

Le festival de cinéma Cinéfest donne le coup d’envoi de sa 31e édition à Sudbury avec « The Song of Names » du Canadien François Girard, une grande fresque musicale sur deux amis dans l’Europe de l’après-guerre. Mais que voir d’autre au festival de cinéma du Nord de l’Ontario? Voici quelques suggestions:


ANTIGONE

Portrait d'une jeune femme issue d'une capture d'écran d'un film.

Le rôle d’Antigone est tenu par Nahéma Ricci, une actrice qui a également été remarquée pour participer au programme Rising Star (« Étoile montante ») du TIFF.

Photo : Avec la permission de TIFF

La Québécoise Sophie Deraspe réinvente la tragédie grecque signée Sophocle, avec ce Antigone contemporain sur une jeune femme qui se bat pour ses principes. 

Adolescente québécoise d’origine maghrébine, Antigone perd son frère aîné de façon injustifiée sous les balles d’un policier et son frère cadet est maintenant menacé de déportation. Elle décidera de tout risquer pour le sauver, jusqu’à prendre sa place en prison pour lui permettre de s’évader. 

Oeuvre puissante, originale et d’une grande droiture morale, « Antigone » nous révèle une jeune actrice de grand talent, Nahéma Ricci. 


LA BELLE ÉPOQUE

Un homme et une femme sont sur une moto dans une rue européenne.

Une scène du film « La Belle Époque » du réalisateur français Nicolas Bedos.

Photo : Avec l'autorisation du TIFF

Vous avez toujours rêvé de vous asseoir à la table de Marie-Antoinette? Vous auriez aimé prendre une cuite avec Hemingway? Vous êtes obsédé par les coulisses de la Deuxième Guerre mondiale? On peut vous arranger ça! 

Pour celui qui saura y mettre le prix, une nouvelle compagnie visionnaire vous organisera une soirée grandeur nature dans l’environnement de votre choix, entouré d’acteurs ayant soigneusement appris leurs rôles, dans un décor d’une parfaite précision historique. 

Quand Victor (Daniel Auteuil), sexagénaire désabusé, se voit offrir en cadeau une telle expérience, il décide de retourner 40 ans plus tôt, dans son propre passé, au soir où il rencontré la femme de sa vie. Pour mieux se séparer de Marianne (Fanny Ardent) qui vient de le jeter à la porte de leur appartement, il s’attache à l’actrice (Doria Tillier) qui joue pour lui ses souvenirs. 

Pour son second long-métrage en carrière, Nicolas Bedos signe un beau film nostalgique, tendre et romantique. 


LES FLEURS OUBLIÉES

Les deux hommes se suivent sur un quai.

Les comédiens Roy Dupuis et Yves Jacques dans une scène du film d'André Forcier, « Les fleurs oubliées ».

Photo : Pierre Dury

Le cinéaste André Forcier est de retour avec une nouvelle fantaisie, cette fois une fable naturaliste avec des ambitions de révolution agricole, qui ramène le frère Marie-Victorin d’entre les morts! 

Albert (Roy Dupuis), ex-agronome et apiculteur, reçoit l’étrange visite du défunt fondateur du Jardin botanique de Montréal, qui cherche un lieu pour planter des graines cosmiques. Au même moment une avocate et une journaliste mènent une lutte contre une multinationale agricole qui exploite ses travailleurs et utilise des pesticides toxiques. À travers tout ça, Albert produit un extraordinaire vin de miel - l’hydromel des fleurs oubliées… 


LA FEMME DE MON FRÈRE

Une femme et un homme sont assis côte à côte devant une plante verte et un mur rose dans cette image tirée du film La femme de mon frère, de Monia Chokri.

Les comédiens Anne-Élisabeth Bossé et Patrick Hivon dans une scène du film « La femme de mon frère », de Monia Chokri.

Photo : Les Films Séville

Quand Sophia termine son doctorat, les perspectives d’avenir devant elle ne sont pas brillantes. 

Elle est surqualifiée pour tous les emplois, mais sans avoir d’expérience dans rien. Elle vit chez son son frère Karim dans un “en attendant” qui perdure, tous deux se permettant dans leur relation fusionnelle un genre d’adolescence prolongée. Et quand Karim tombe amoureux du médecin de sa soeur, la belle et parfaite Éloïse, Sophia sent qu’elle perd son allié et ses repères… 

Prix coup de coeur à Cannes dans la section Un certain regard en mai dernier, ce premier long-métrage de l’actrice et réalisatrice Monia Chokri est un délice de répliques cinglantes et hilarantes, d’audaces de mise-en-scène, et de musique rétro - le tout avec une superbe distribution d’acteurs comprenant Anne-Élizabeth Bossé, Patrick Hivon, Magalie Lépine-Blondeau et Évelyne Brochu. 


LE MARIAGE D'ADIEU (THE FAREWELL)

Des membres d'une même famille sont assis, l'air anxieux, autour d'une table.

La distribution du film « Le mariage d'adieu » (The Farewell) de la réalisatrice américaine Lulu Wang.

Photo : Avec l'autorisation de VVS Films

Quand vient de Chine la nouvelle que sa grand-mère est malade et n’a peut-être que quelques mois à vivre, la famille de Billie se hâte de rentrer au pays pour pouvoir lui dire adieu. Toutefois, un petit détail: La principale intéressée ignore tout de son cancer et croit que sa famille s’assemble simplement pour le mariage de son petit-fils. 

Alors qu’on s’affaire pour les préparatifs de l'événement, tout le monde retient ses larmes pour ne pas l’alarmer, pour s’assurer de lui faire vivre des derniers jours heureux et sans tracas. 

La réalisatrice américaine Lulu Wang s’est inspirée d’un vrai mensonge ayant été organisé au sein de sa propre famille pour écrire « The Farewell », une comédie dramatique pleine d’amour, de nostalgie et de douceur. Dans le rôle principal, l’actrice et rappeuse Awkwafina est une révélation, d’une grande justesse dans ce premier rôle dramatique. 


LE VINGTIÈME SIÈCLE (THE TWENTIETH CENTURY)

Un homme s'apprête à embrasser une botte en cuir.

L'acteur Daniel Beirne est l'interprète de William Lyon Mackenzie King dans le film « The Twentieth Century » du cinéaste manitobain Matthew Rankin.

Photo : Avec l'autorisation du TIFF

William Lyon Mackenzie King a confiance en l’avenir: son destin est de devenir premier ministre, tel que lui assure sa mère depuis l’enfance. 

Mais quand la reconnaissance et la femme de ses rêves lui échappent au profit d’un charismatique journaliste, la colère et la déception le font replonger vers ses basses pulsions pour les chaussures de femmes. 

« The Twentieth Century » n’est pas une leçon d’histoire, mais - pour citer le réalisateur Matthew Rankin - ressemble plutôt à un cauchemar qu’aurait eu Mackenzie King. Oeuvre originale, déjantée et hilarante, filmé en studio de façon ingénieuse et artisanale, c’est un film pour public averti et audacieux! 


JEUNE JULIETTE

Trois adolescents marchent dans l'herbe, un arc-en-ciel derrière eux.

Une image tirée du film « Jeune Juliette » d'Anne Émond.

Photo : MétaFilms

Juliette a 14 ans, élève brillante qui s’apprête à terminer son secondaire 2. Elle voit grand, a des rêves, et commence à regarder du côté des garçons, surtout vers un ami de son grand frère. 

Juliette fait aussi au quotidien face à des moqueries sur son surpoids, dans le monde cruel de l’adolescence où on n’accepte pas toujours la différence. 

Pour son quatrième long-métrage, la cinéaste Anne Émond signe une comédie lumineuse qui fait du bien, avec une héroïne attachante et frondeuse. 


GRÂCE À DIEU

Un homme met pose sa main sur l'épaule d'un jeune garçon dans cette image du film Grâce à Dieu, de François Ozon.

Une scène du film « Grâce à Dieu », du réalisateur François Ozon.

Photo : Mars Films

Lyon. Alexandre, père de famille, découvre que le religieux qui a abusé de lui trente ans plus tôt chez les scouts est toujours en service dans la congrégation - toujours en contact avec des enfants. Il entame alors une conversation avec l’église qui ébranlera sa foi. 

Film à relais entre plusieurs victimes de pédophilie, « Grâce à Dieu » est un film difficile, mais nécessaire, sur une histoire vraie ayant ébranlé les institutions religieuses françaises. Quand les abus longtemps cachés refont surface, des dizaines de victimes prendront la parole pour former La parole libérée, un mouvement pour briser le silence et obtenir justice. 

Grand prix du jury lors de la dernière Berlinale, le film de François Ozon est justement sorti sur les écrans français alors que les procès envers divers religieux étaient toujours en cours. 


IL PLEUVAIT DES OISEAUX

Une image du film Il pleuvait des oiseaux.

Andrée Lachapelle et Gilbert Sicotte dans une scène du film « Il pleuvait des oiseaux ».

Photo : MK2 Mile End

Trois ermites vivent dans les bois, à l’écart du monde. 

À la mort de l’un d’eux, sa cabane est reprise par une octogénaire refusant de retourner dans le centre psychiatrique où elle a injustement passé sa vie - décidée à vivre enfin un peu, pour le temps qui lui reste. Pendant ce temps, une journaliste ratisse la région pour rencontrer des survivants des grands feux qui ont ravagé la région des décennies plus tôt. 

Il pleuvait des oiseaux est adapté du roman de Jocelyne Saucier, lequel tenait place dans le nord de l’Ontario. Le film se relocalise plutôt en Abitibi, avec à l’écran un grand trio d’acteurs: Gilbert Sicotte, Rémi Girard et surtout, la grande comédienne Andrée Lachapelle qui a annoncée qu'il s'agirait de son dernier rôle au cinéma. 


PARASITE

Une famille sont assis au sol avec une boîte de pizza devant eux. Il y a plusieurs boîtes de pizza derrière eux.

Une scène du film « Parasite » du cinéaste sud-coréen Bong Joon-ho.

Photo : Courtoisie du TIFF

Chez les Kim, tout le monde est au chômage, survivant de petits boulots et partageant un appartement miteux en sous-sol. 

Un jour, le fils aîné se fait embaucher frauduleusement comme tuteur d’anglais pour une famille aisée, les Park. Un après l’autre, les Kim parviendront à s'immiscer dans la maison des Park, mais leurs mensonges se retourneront bientôt contre eux… 

Palme d’or à Cannes en mai dernier, « Parasite » du Sud-Coréen Bong Joon-ho est à la fois un thriller, une comédie, un film de genre… et un commentaire très efficace sur les inégalités sociales et sur la lutte des classes.  

Le 31e festival Cinéfest se déroule à Sudbury du 14 au 22 septembre 2019.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Cinéma

Arts