•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Nous – moi, vous, nous tous – étions trop naïfs », raconte Snowden

Plusieurs écrans où le visage du lanceur d'alerte américain apparaît.

« Je me téléporte sur les scènes du monde entier pour parler des libertés civiles », écrit Edward Snowden, le lanceur d'alerte américain.

Photo : Reuters / Vincent Kessler

Sarah Molkhou

Ancien sous-traitant de l'Agence centrale de renseignement (CIA) et de l'Agence nationale de la sécurité (NSA), Edward Snowden a écrit des mémoires racontant en détail pour la première fois l'histoire de sa vie. Le lanceur d'alerte y explique notamment les raisons qui l'ont amené à risquer sa liberté pour dénoncer la surveillance globale.

Snowden – qui vit maintenant en Russie pour éviter d'être arrêté en vertu de la loi américaine sur l'espionnage – a déclaré que ses six années au service de la CIA et de la NSA l'avaient conduit à conclure que le secteur du renseignement américain avait « piraté la Constitution » et mis en péril la liberté de chacun.

Je me suis rendu compte que j'étais fou d'avoir imaginé que la Cour suprême, le Congrès, ou le président Obama [...], jugeraient l'Agence juridiquement responsable pour tout!

Edward Snowden

Le livre Permanent Record (traduit en français Mémoires vives) offre de loin le récit le plus complet et le plus personnel, révélant la façon dont Snowden en est arrivé à divulguer des détails secrets sur la collecte massive – par le gouvernement américain – de courriels, d'appels téléphoniques et d'activités numériques.

Snowden, qui a d'abord trouvé refuge à Hong Kong, puis en Russie, tente dans son ouvrage de situer ses préoccupations dans un contexte contemporain : il sonne l'alarme au sujet de ce qu'il considère comme « des efforts déployés par les gouvernements du monde entier pour délégitimer le journalisme, supprimer les droits de l'Homme et soutenir des mouvements autoritaires ».

Ce qui est réel est délibérément confondu avec ce qui est faux, et ce, grâce à des technologies capables de réduire cet amalgame dans une confusion mondiale sans précédent, raconte-t-il.

L'œuvre relate l'histoire de Snowden depuis son enfance – dans les années 1980 en Caroline du Nord et dans la banlieue de Washington, où sa mère a travaillé comme commis à la NSA – à la diffusion des milliers de documents top-secrets.

Extraits (publiés par Le Monde) :

Laissez tomber les clés USB: elles sont trop encombrantes au regard de leur faible capacité de stockage. À la place, je me suis servi de cartes SD – l’acronyme signifie Secure Digital soit transmission numérique protégée. Pour être plus précis, je me suis servi de cartes mini-SD et micro-SD. Vous savez à quoi ressemble une carte SD si vous vous êtes déjà servi d’un appareil photo numérique ou d’une caméra, ou si vous avez déjà eu besoin de plus de mémoire sur votre tablette. Elles ne déclenchent quasiment jamais les détecteurs de métaux, et puis, qui m’en voudrait d’avoir oublié quelque chose d’aussi petit?

Une fois une carte remplie, je devais opérer ma fuite quotidienne, faire sortir du bâtiment cette archive vitale, passer devant les chefs et des types en uniforme, descendre les escaliers, m’engouffrer dans un couloir vide, scanner mon badge, passer devant les gardes armés, passer les sas de sécurité – ces zones à deux portes dans lesquelles, pour que la seconde porte s’ouvre, il faut que la première soit fermée et que votre badge soit approuvé, et s’il ne l’est pas, ou que quelque chose ne se passe pas comme prévu, le garde vous braque avec son arme, les portes se verrouillent, et vous dites : Eh bien, c’est pas mon jour! À chaque fois que je partais, j’étais pétrifié. Je devais me forcer à ne pas penser à la carte SD car, si j’y pensais, j’avais peur d’agir différemment, de manière suspecte. Il m’est aussi arrivé de dissimuler une carte dans l’une de mes chaussettes et, lors de mon pic de paranoïa, dans ma joue, afin de pouvoir l’avaler si nécessaire.

Il livre également un témoignage poignant sur le plus grand regret de sa vie, soit son inconditionnel soutien aux guerres qui ont suivi le 11 septembre.

C'était comme si la philosophie anti-institutionnelle des hackers instillée en moi ainsi que le patriotisme apolitique que j'ai hérité de mes parents avaient été effacés de mon système réflexif, révèle le lanceur d'alerte.

Asile en France?

Avant de convoquer un petit groupe de journalistes à Hong Kong pour révéler « les fameux secrets classifiés », le futur lanceur d'alerte se préparait comme un homme sur le point de mourir.

Edward Snowden, 36 ans, vit toujours à Moscou où il est hors de portée du département de la Justice américain qui l'accuse d'espionnage et de vols de propriété gouvernementale.

Néanmoins, le lanceur d'alerte américain « aimerait beaucoup » que la France lui accorde l'asile, selon des extraits d'une interview à la radio publique française France Inter.

Le plus triste dans toute cette histoire, c'est que le seul endroit où un lanceur d'alerte américain a la possibilité de parler, ce n'est pas en Europe, mais c'est ici [en Russie].

Edward Snowden, ancien sous-traitant de la CIA et de la NSA

Ce n'est pas seulement la France qui est en question, c'est le monde occidental, c'est le système dans lequel on vit. Protéger les lanceurs d'alerte, ça n'a rien d'hostile. Accueillir quelqu'un comme moi, ce n'est pas attaquer les États-Unis, explique celui qui a demandé la protection de plus de vingt pays, dont la France et l'Allemagne.

Réfugié depuis 2013 dans le plus vaste État de la planète, et alors qu’aucun autre pays n’a encore répondu à ses demandes de sollicitation, le droit d'asile russe d'Edward Snowden doit prendre fin en 2020. 

Il raconte à cet effet, dans une entrevue accordée au journal britannique The Guardian, que la Russie - contrairement à ce que beaucoup d'Américains pensent - compte de nombreux atouts comme les restaurants rapides tels que Krispy Kreme ou encore Starbucks. « Il ne manque que Taco Bell », aurait-il ajouté avec nostalgie.

L'ouvrage original, écrit entièrement par Snowden lui-même, sera publié aux États-Unis par Metropolitan Books (Macmillan) sous le titre Permanent record. La version française intitulée Mémoires vives paraîtra aux éditions du Seuil.

La date du 17 septembre, jour de sortie du livre aux États-Unis, n'a pas été choisie au hasard. Le lanceur d'alerte explique dans son ouvrage que le 17 est son jour férié préféré étant le jour de la Constitution et de la citoyenneté.

Avec les informations de Associated Press, et Agence France-Presse

International