•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Main-d'œuvre : François Legault « sensible » aux particularités de l'Est-du-Québec

Le premier ministre du Québec, François Legault, pendant une conférence de presse à l'Hôtel du Parlement, à Québec.

Le premier ministre du Québec, François Legault

Photo : Radio-Canada / Mathieu Potvin

Dereck Doherty

Le premier ministre du Québec, François Legault, se dit sensible à la réalité particulière de l’Est-du-Québec, seule région frappée par un déclin démographique au cours des deux dernières années, relativement à la pénurie de main-d'œuvre.

Le premier ministre a toutefois indiqué que cette réalité n’est pas exclusive à la région qui comprend la Côte-Nord, le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine. C’est un problème qui est commun à tous les pays industrialisés : on est de plus en plus en manque de main-d'œuvre pour certains emplois, a-t-il dit en entrevue à Radio-Canada.

Le chef du gouvernement fait par ailleurs une distinction entre les emplois moins bien payés et les emplois bien payés. Selon lui, il faut aider les entreprises à améliorer leur productivité pour augmenter les salaires des emplois moins bien payés.

Pour ce qui est des emplois bien payés, notamment dans le monde des technologies de l’information, c’est là qu’on met des efforts pour avoir des emplois bien payés dans toutes les régions du Québec, a indiqué le chef du gouvernement.

Je ne veux pas qu’il reste, d’ici quelques années, aucun emploi bien payé non comblé.

François Legault, premier ministre du Québec

Une immigration « mieux choisie »

Pour pourvoir ce type de postes, le Québec doit notamment adopter une immigration mieux choisie, en laissant entrer rapidement les immigrants qui répondent aux besoins du marché du travail québécois, selon le premier ministre.

Par ailleurs, selon lui, il faut que le Québec ajuste les cartes de formation professionnelle et technique, puisque les emplois dans ce secteur sont bien rémunérés et que c’est beaucoup là qu’il manque d’employés.

Il souhaite que davantage d'immigrants s'installent en région. Si on pense à l’immigration, plus de 75 % des immigrants arrivent à Montréal. Ça, ce n'est pas acceptable.

Selon le premier ministre, le nouveau programme Arrima permettra aux entreprises, notamment celles en région, de choisir les candidats qui répondront à leurs besoins et selon leurs compétences. Nous, on va faire passer ces gens-là en premier, s’est engagé M. Legault.

Le premier ministre reconnaît toutefois qu’une transition qui pourrait être difficile est à venir dans certaines catégories d’emplois moins bien payés. Mais, on va accompagner les entreprises pour qu’elles améliorent leur productivité, pour qu’il y ait plus de valeur ajoutée et qu’elles soient capables d’augmenter les salaires, a soutenu François Legault.

Le gouvernement québécois sera davantage à l’écoute des besoins des entreprises, a résumé le chef du gouvernement. On va beaucoup mieux servir les besoins des entreprises en région.

Avec les informations de Caroline Cyr

Bas-Saint-Laurent

Politique provinciale