•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le NPD veut augmenter l'incitatif à l’achat d’un véhicule canadien zéro émission

Aux côtés d'une famille affectée par la fermeture de l'usine de GM à Oshawa, Jagmeet Singh parle au micro.

Le chef du NPD, Jagmeet Singh, a fait une annonce à Oshawa, en Ontario, afin de « reconstruire » l'industrie manufacturière canadienne.

Photo : Radio-Canada / Christian Noël

Valérie Boisclair

De passage à Oshawa, où la fermeture d’une usine de General Motors mènera à la perte de plus de 2000 emplois, le chef du Nouveau Parti démocrate (NPD), Jagmeet Singh, a annoncé samedi qu’il comptait faire passer à 15 000 $ la subvention accordée à l’achat d’un véhicule zéro émission – à condition qu’il soit assemblé au Canada.

Les néo-démocrates entendent ainsi offrir 10 000 $ de plus que les 5000 $ déjà offerts par le gouvernement fédéral lors de l’achat d’une voiture carboneutre. Pour l'heure, la subvention mise en place par les libéraux n'implique pas que le véhicule soit nécessairement construit au Canada.

Cette mesure encouragera les consommateurs à se tourner vers ce type de véhicule, estime Jagmeet Singh.

Sans avancer de chiffres, le chef du NPD assure que l’incitatif créera un effet domino : face à la demande, les constructeurs automobiles n’auront d’autre choix que d'engager plus de main-d’œuvre.

En plus de cette annonce, le NPD entend relancer dès son arrivée au pouvoir le Fonds d’innovation pour le secteur de l’automobile – qui a été absorbé par le Fonds stratégique pour l'innovation en 2017 – en y investissant 300 millions de dollars. Une façon, selon son chef, de « rebâtir » l’industrie manufacturière au pays.

Nous voulons construire les véhicules du futur, ici, à Oshawa. Ici, au Canada.

Jagmeet Singh, chef du Nouveau Parti démocratique

Mais comment s’assurer que les véhicules seront fabriqués à 100 % au pays? Le chef du NPD ne s’est pas avancé sur les critères qui permettront de déterminer les véhicules qui seront admissibles, mais il a affirmé que des usines comme celles d’Oshawa ou de Brampton, en Ontario, seraient éligibles aux subventions du Fonds.

Entouré par les membres d’une famille affectée par la fermeture de l’usine d’assemblage de General Motors à Oshawa, Jagmeet Singh est revenu à la charge, répétant que le gouvernement Trudeau a « pris des décisions pour favoriser les gens [les plus nantis] » et que les travailleurs en ont « payé le prix ».

La veille, le chef du NPD avait d'ailleurs réitéré devant le Canadian Club de Toronto sa volonté de « s’en prendre aux plus puissants ».

Notre dossier Élections Canada 2019

En novembre 2018, le chef du NPD avait interpellé Justin Trudeau au sujet des emplois perdus à l'usine d'Oshawa, demandant la convocation d’un sommet d’urgence afin de prévenir « de futures pertes d’emplois dans le secteur automobile ».

Le député néo-démocrate sortant dans Windsor-Ouest, Brian Masse, avait fait écho aux propos de son chef au début de l’année en exhortant le premier ministre à « mettre en place une stratégie pancanadienne de l’automobile ». Il avait alors déploré la fermeture de l’usine de GM, qui a fait « perdre leur gagne-pain à des milliers de travailleurs et de travailleuses ».

Sa rivale libérale dans la circonscription, Sandra Pupatello, balaie toutefois du revers de la main la stratégie néo-démocrate. « Jagmeet Singh [...] s’oppose au nouvel ALENA, a-t-elle soutenu samedi en réaction à l'annonce du NPD. Le moyen le plus rapide d’éliminer tous les emplois dans l’automobile au Canada serait de mettre fin à notre accès au marché américain en bloquant le nouvel ALENA. Et c’est ce que Jagmeet Singh ferait. »

Des 2600 personnes qu’employait GM à Oshawa, 300 garderont leur emploi. En mai, le constructeur automobile a indiqué qu’une partie de l’usine d’assemblage resterait ouverte pour assurer la fabrication de pièces et tester des véhicules autonomes. Ce sont donc 2300 employés qui seront sans travail dès la fin de l'année.

Aide aux producteurs locaux

Le NPD veut non seulement venir à la rescousse des employés du secteur manufacturier, mais il compte aussi répondre aux problèmes des producteurs agricoles, de plus en plus affectés par les changements climatiques.

Poursuivant sa tournée ontarienne, le chef néo-démocrate a annoncé devant des producteurs locaux réunis au marché de Kingston, en Ontario, qu’une série d’initiatives seraient mises en place pour permettre aux Canadiens d’acheter des aliments d’ici.

En se procurant des aliments locaux, les Canadiens aident les producteurs et permettent du même coup de réduire les émissions de gaz à effet de serre, a soutenu M. Singh.

Cette annonce, qui s’inscrit dans le plan pour le climat du NPD, prévoit notamment le financement de carrefours alimentaires locaux « reliant les producteurs aux consommateurs », précise le parti par communiqué.

Une « annonce majeure » à venir pour le Québec

S'il compte faire des gains en Ontario, le Nouveau Parti démocratique ne compte pas ménager les efforts pour convaincre les électeurs québécois.

Une « annonce majeure » sera faite à Sherbrooke dans les prochains jours, a indiqué le chef néo-démocrate. « On va lancer notre vision pour le Québec », a-t-il indiqué, en français, aux journalistes.

Et Jagmeet Singh compte marcher dans les pas de son prédécesseur, Jack Layton, qui avait fait élire plus de 103 députés, dont plus de la moitié au Québec, en 2011. « C’est une vision basée sur ce que M. Layton a commencé. Une vision où on veut que les progressistes du Québec et ceux du Canada » travaillent ensemble, a-t-il déclaré.

Politique fédérale

Politique