•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un spectacle de camping clownesque en gestation à Baie-Comeau

Les artistes ont notamment été choisis parce qu'ils sont «bons rythmiquement», selon la directrice générale du théâtre A Tempo.

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Radio-Canada

À Baie-Comeau, le Centre des arts reçoit la compagnie de cirque Théâtre A Tempo, pour une résidence de création de 10 jours. Le spectacle en gestation s'articule autour du thème du camping, alors que la troupe se demande ce qui pousse des vacanciers à revenir, été après été, dans un même camping.

On avait un beau 10 jours de création [à Baie-Comeau] dans le but de travailler de nouveaux numéros et prolonger le spectacle afin qu’il réponde aux demandes des diffuseurs du spectacle, a expliqué la directrice générale du théâtre A Tempo, Geneviève Kerouac.

Pourquoi sa troupe a-t-elle choisi Baie-Comeau comme lieu de résidence? Parce que, Baie-Comeau, c’est super ici. La salle est parfaite. Et les gens sont tellement gentils de nous accueillir comme ça qu’on a choisi de revenir, a-t-elle soutenu.

Geneviève Kerouac répond aux questions d'une journaliste.

La directrice générale du théâtre A Tempo, Geneviève Kerouac.

Photo : Radio-Canada

La compagnie a dû composer avec un heureux problème : une forte demande pour des représentations en Allemagne. Cela a permis à l’entreprise d’obtenir du financement, mais aussi de trouver les artistes qui viennent de partout dans le monde pour monter ce spectacle-là, a mentionné la directrice générale.

Terrain connu

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que le théâtre A Tempo s’arrête à Baie-Comeau en résidence. On est déjà venus faire une résidence ici. Ça a été tout naturel de leur redemander quand j’ai vu qu’on avait vraiment besoin d’un vrai théâtre bien équipé avec des accroches au plafond, de l’espace, des accroches au sol, alors qu’il est difficile de trouver un endroit convenable à Québec, a soutenu Geneviève Kerouac.

Des comédiens sur une scène avec des roulottes comme décor.

Les artistes utilisent notamment une grille de barbecue et une pompe à vélo comme instruments de musique.

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

On est passés ici à Baie-Comeau avec plusieurs de nos productions, puis là, on a la chance d’être en résidence ici avec notre toute récente production, a-t-elle dit, ajoutant que la compagnie souhaitait créer ce spectacle depuis longtemps dans l’optique de pouvoir le faire voyager.

L'importance du mouvement

Nous, de base, notre compagnie c’est plus une compagnie de jeu clownesque, de musique, de danse aussi, qui met l’accent sur le mouvement, a expliqué la directrice générale de la troupe.

Les artistes qui participent au spectacle ont été choisis entre autres parce qu’ils sont de bons musiciens ou parce qu’ils sont bons rythmiquement.

Au final, dans le spectacle, tout le monde joue de la musique, mais pas nécessairement avec des instruments traditionnels; plutôt des objets insolites tels une pompe à bicyclette et une grille de barbecue.

Le jeu clownesque, ça touche à la naïveté et la vulnérabilité qui est dans chaque personne. Chaque artiste le sort différemment, a illustré Mme Kerouac.

Par ailleurs, chaque artiste a une interprétation unique qui fait en sorte qu’un mouvement fonctionne ou pas. Une façon de bouger, pour une personne, va le rendre très drôle pour le public qui regarde, tout le monde va rire, alors que l’autre à côté va essayer de faire la même chose puis ça ne fonctionnera pas.

En tout, les artistes vont monter sur les planches plus de 500 fois au cours des deux prochaines années pour présenter le spectacle.

Avec les informations de Marie-Jeanne Dubreuil

Côte-Nord

Arts de la scène