•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Justin Trudeau en terrain néo-démocrate depuis le début de la campagne

Le chef du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau, serre les mains des citoyens réunis au bureau de campagne de Réjean Hébert, candidat pour Longueuil–Saint-Hubert.

Justin Trudeau fait campagne dans Longueuil–Saint-Hubert, où avait été élu Pierre Nantel sous la bannière néo-démocrate en 2015.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Philippe-Vincent Foisy

Prenant la parole devant environ 1000 militants libéraux au centre-ville de Montréal vendredi soir, Justin Trudeau participait pour la première fois à un événement partisan en terres libérales. Depuis le début de la campagne, il a principalement concentré ses efforts dans des circonscriptions néo-démocrates.

Ce n’est pas anodin que les libéraux aient choisi de lancer leur campagne en Colombie-Britannique, en visitant Vancouver et Victoria.

« En 2015, leurs résultats en Colombie-Britannique étaient historiques, explique Éric Grenier, expert en sondage, en entrevue au balado La mêlée politique. C’était leur meilleure performance depuis 1968. »

Ce sera toutefois difficile à reproduire en 2019. Les verts ont le vent dans les voiles et les conservateurs comptent reprendre des circonscriptions qu’ils ont perdues en 2015.

Ça va être difficile pour les libéraux de garder les sièges à l'intérieur de la Colombie-Britannique et en banlieue de Vancouver, dit-il.

Les batailles à trois ou à quatre seront nombreuses; la visite d’un chef de parti peut motiver les troupes sur le terrain pour qu’ils sonnent à davantage de portes et tentent de convaincre le plus de citoyens possible. Dans ces luttes serrées, un ou deux points de pourcentage peuvent faire la différence.

Notre dossier Élections Canada 2019

Dans chacune de ses allocutions, Justin Trudeau répète que le 21 octobre prochain, le véritable choix que les électeurs ont à faire, c'est entre conservateurs et libéraux. Discours après discours, sans exception, il brandit la menace d’un retour aux années Harper.

Un message pour les électeurs les plus à gauche, qui pourraient voter pour les verts ou les néo-démocrates. D’autant plus que les troupes de Jagmeet Singh jouent une grosse partie de leur avenir dans la province du pacifique.

« On sait que la Colombie-Britannique sera la dernière province où on va dévoiler les résultats, expliquer Éric Grenier. Si les choses ne changent pas dramatiquement pour le NPD, ça sera tard en soirée qu’on va savoir si les néo-démocrates vont avoir le statut de parti reconnu à la Chambre des communes. »

Un tel statut requiert l'élection d'au moins 12 députés.

Pour en savoir plus sur les batailles en Ontario et pour mieux comprendre le rôle des sondages en période électorale, écoutez le balado La mêlée politique.

L'Alberta et le Québec aussi dans la mire

Les libéraux espèrent aussi profiter de la baisse du NPD dans les intentions de vote pour remporter un autre siège en Alberta. Ils ont tenu un rassemblement à Edmonton-Strathcona, un château fort orange.

Mais les troupes de Justin Trudeau devront redoubler d’efforts dans la province pétrolière pour faire élire des députés.

[Les libéraux] ont des chances de garder un ou deux sièges à Calgary, mais même ça, ça va être difficile, explique Éric Grenier, rappelant qu’ils avaient remporté quatre sièges en Alberta en 2015.

Au Québec, les libéraux visent des sièges néo-démocrates, comme Trois-Rivières et Longueuil–Saint-Hubert, les deux premières circonscriptions visitées par le chef libéral dans la belle province.

Si les libéraux ont terminé deuxièmes dans une circonscription, ils ont une chance de la gagner cette fois-ci, affirme-t-il.

Des gains semblent surtout probables dans la grande région de Montréal.

Par contre, au centre de la province, comme à Trois-Rivières ou Drummond, c’est un électorat plus nationaliste qui a voté pour la CAQ donc ce sont des sièges où les conservateurs pourraient faire des gains, explique Éric Grenier.

Bien des choses peuvent encore se produire et d’importantes variations dans les intentions de vote peuvent avoir lieu, comme on a vu en 2011 et 2015.

Politique fédérale

Politique