•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La vraie campagne du Bloc québécois débutera dimanche

Yves-François Blanchet porte un chapeau de cowboy et serre la main d'une femme.

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, faisait campagne au Festival Western de St-Tite, le 13 septembre.

Photo : Radio-Canada / Julie Marceau

Julie Marceau

Le Bloc québécois compte mettre le paquet, dimanche, alors qu’il sera le dernier parti à lancer officiellement sa campagne, dévoilant du même coup son autobus « carboneutre » et sa plateforme électorale lors du conseil général à Boucherville.

Ces derniers jours, la formation politique a dû s’ajuster, de l’aveu même du chef. Les organisateurs avaient misé sur un déclenchement tardif des élections.

Il a fallu s’adapter, [mais] je n’irais pas jusqu’à parler d’improvisation, a affirmé Yves-François Blanchet, de passage au Festival Western de St-Tite.

Pas d’autobus ni d’hôtels pour l’équipe ces jours-ci. Le chef retourne dans sa demeure de Shawinigan le soir, avec son chauffeur, tandis que ses attachés de presse font des aller-retour à partir de Montréal, même si les conférences de presse sont parfois à plusieurs heures de route.

Pris d’un coup de froid à la suite d’une tournée sur la Côte-Nord, Yves-François Blanchet a dû annuler certains rendez-vous. Son entourage redoutait qu’il perde la voix.

Les changements dans l'itinéraire du chef et les problèmes techniques durant les conférences de presse ont aussi été fréquents.

À titre d'exemple, le parti avait planifié le premier discours du chef devant l’Assemblée nationale pour mettre en exergue le slogan « Le Québec, c’est nous ». Mais devant la pluie battante, ils ont dû se rabattre sur le Centre des congrès de Québec, où on avait oublié le micro pour les médias.

Notre dossier Élections Canada 2019

Sur le plan du contenu, si le chef bloquiste et son équipe ont sauté sur le thème de la laïcité, les conférences de presse ont porté jusqu’à présent sur des dossiers maintes fois mis de l’avant par le parti, comme l'oléoduc Énergie Est ou la gestion de l’offre.

Le chef de cabinet d'Yves-François Blanchet (au milieu) Mathias Boulianne, en discussion sur les étapes à venir avec l'attachée de presse Carolane Landry et  le président et candidat du Bloc québécois dans Berthier-Maskinongé Yves Perron.

Le chef de cabinet d'Yves-François Blanchet (au milieu) Mathias Boulianne, en discussion sur les étapes à venir avec l'attachée de presse Carolane Landry et le président et candidat du Bloc québécois dans Berthier-Maskinongé Yves Perron à Saint-Roch-de-l'Achigan.

Photo : Radio-Canada / Julie Marceau

Mais selon l'entourage du chef, la stratégie vise à « établir les dossiers litigieux » entre Québec et Ottawa avant de passer à « l’attaque » avec une plateforme que le parti promet « ambitieuse ».

Les premières annonces à venir devraient concerner l’environnement, promet le parti.

Les Québécois peuvent s’attendre à ce qu’on parle énormément d’environnement, mais pas parler d’environnement comme dans "faites pas ci, faites pas ça". Parler d’environnement comme dans "voici un modèle de création de richesse auquel le Québec a accès à cause de nos centres de recherches, de nos ressources naturelles, de notre innovation et de notre énergie propre", a soutenu Yves-François Blanchet.

Culture et prix Gémeaux

Un élément de la plateforme électorale sera toutefois dévoilé dès samedi. Le parti s’engagera à soutenir l’offre culturelle québécoise à la veille du Gala des prix Gémeaux.

Les électeurs pourront juger dès dimanche de l'ensemble de cette plateforme. Le Conseil général du Bloc québécois débutera dimanche à 8 h 30.

Politique fédérale

Politique