•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La SFM lance une campagne de lobbyisme auprès des élus provinciaux

Plan serré de Daniel Boucher.

Le président-directeur général de la Société de francophonie manitobaine, Daniel Boucher.

Photo : Radio-Canada

Pierre Verrière

Au lendemain de la réélection des progressistes-conservateurs au Manitoba, la Société de la francophonie manitobaine (SFM) se dit prête à continuer à travailler avec le gouvernement de Brian Pallister. Elle entend également mettre en place un groupe de travail composé de représentants d’organismes francophones qui aura pour mission d’aller à la rencontre des ministres du gouvernement.

Nous avions commencé sur le bon pied avec ce gouvernement, notamment avec la Loi sur l'appui à l'épanouissement de la francophonie manitobaine, mais certaines choses nous ont déçus, comme les changements au Bureau de l’éducation française et au bureau de traduction. Dans ce contexte-là, nous avons commencé à travailler avec le gouvernement et nous allons continuer, assure Daniel Boucher, directeur général de la SFM.

Il explique vouloir établir une relation de travail avec le gouvernement et faire valoir auprès de la province les dossiers qui préoccupent la communauté francophone. La SFM attend maintenant de connaître la composition du prochain gouvernement de Brian Pallister.

Les dossiers de la francophonie ne sont pas la priorité du premier ministre ou de son gouvernement, mais ils reconnaissent quand même que la communauté francophone apporte beaucoup, indique Daniel Boucher. Selon lui, la SFM doit s’adapter au style du gouvernement, mais il est optimiste quant au partenariat envisagé avec lui.

Avant le déclenchement des élections, la SFM prévoyait de mettre en place une équipe francophonie composée d’organismes de la communauté francophone. Cette équipe se donne pour mission de rencontrer un à un tous les députés élus. La SFM entend maintenant se lancer dans cette entreprise de lobbyisme dans le premier trimestre de l’année 2020.

Nous allons leur parler de la communauté, de notre plan stratégique et de propriété, explique Daniel Boucher, qui insiste sur l’importance de rencontrer chacun des élus de l’Assemblée législative.

Je pense que la question de la francophonie ou des langues officielles, ce n’est pas une histoire partisane, ça n’appartient pas seulement au gouvernement, mais ça appartient à l’ensemble de l’Assemblée législative, soutient Daniel Boucher, qui dit vouloir rencontrer autant les anciens députés que ceux qui viennent d’arriver en fonction.

Nous souhaitons nous faire connaître et ouvrir des portes pour créer des relations de travail et nous positionner pour les quatre prochaines années.

Manitoba

Politique provinciale