•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Travail sécuritaire NB : les employeurs auront bientôt un léger répit

L'objectif est de réduire les cotisations, tout en améliorant les indemnisations.

Des travailleurs de la construction déambulent sur un toit, un d'entre eux transportant une longue planche.

Des travailleurs de la construction.

Photo : CBC / Dan McGarvey

Radio-Canada

Les cotisations des employeurs à Travail sécuritaire NB vont bientôt diminuer après trois années consécutives à la hausse.

Elles devraient diminuer de 25 ¢ par tranche de 100 $ du salaire des travailleurs. Le taux de cotisation moyen, qui s’élève à 2,65 $ à l’heure actuelle, devrait ainsi diminuer à 2,40 $, et possiblement moins.

Des changements législatifs récents aident Travail sécuritaire NB à réduire ses cotisations, explique le pdg de cette société de la Couronne, Douglas Jones.

Mais il ajoute qu’on peut faire mieux pour améliorer la sécurité en milieu de travail, particulièrement chez les 12 000 petites entreprises de la province.

La mort du jeune conducteur d’une dépanneuse à Kouchibouguac, mercredi, est le sixième accident de travail mortel à survenir dans la province cette année. La moyenne des dix dernières années est de moins de quatre accidents mortels par année.

Douglas Jones ajoute que son objectif est de réduire encore les cotisations à environ 2 $ par tranche de 100 $ du salaire d’ici deux à trois ans, et encore plus au cours des cinq années suivantes, tout en améliorant les indemnisations.

Cela peut sembler improbable, mais d’autres provinces en sont déjà là, soutient-il.

Au Manitoba, par exemple, les cotisations sont évaluées à moins de 1 $ par tranche de 100 $ du salaire, et le maximum de la rémunération assurable est de 127 000 $.

Les employeurs albertains paient pour leur part des cotisations de 1,08 $ et il n’y a aucune limite au salaire assurable.

Au Nouveau-Brunswick, la limite est établie à 64 800 $.

D'après le reportage de Rachel Cave, CBC

Nouveau-Brunswick

Prévention et sécurité