•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La grue qui s’est effondrée à Halifax pourrait prendre deux semaines à démanteler

Poussée par les vents d’ouragan de la tempête Dorian, la grue de construction s’est affaissée sur un édifice.

Grue jaune tombée sur le toit d'un immeuble en construction.

Une grue s'est effondrée sur un édifice en construction de la rue South Park, le 7 septembre 2019.

Photo : Radio-Canada / Craig Paisley

Radio-Canada

Il faudra environ deux semaines pour retirer d’un immeuble d’Halifax la grue de construction qui s’est effondrée sous l’effet des vents d’ouragan de la tempête Dorian, le 7 septembre.

La grue qui se dressait sur un chantier au coin de la rue South Park et de la place Brenton, dans un secteur très fréquenté du centre d’Halifax, a basculé durant les intempéries et s’est affaissée sur le toit d’un édifice inhabité, encore en construction.

La vidéo de l’effondrement a largement circulé sur Internet pendant et après le passage de Dorian au Canada atlantique.

Depuis bientôt une semaine, les morceaux de la grue pendent de chaque côté de l’édifice et obstruent une partie de la rue South Park, fermée à la circulation entre la route Spring Garden et la place Brenton. L’accès au parc Victoria, juste en face, est aussi limité.

Des passants traversent la route Spring Garden près d'une rue et d'un parc fermés à la circulation à cause d'une grue effondrée.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La rue South Park et le parc Victoria demeuraient fermés le 13 septembre à Halifax, six jours après le passage de l'ouragan Dorian et l'effondrement d'une grue de construction.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Les opérations de retrait de la grue de construction débuteront samedi, a indiqué le ministre du Travail de la Nouvelle-Écosse, Labi Kousoulis.

En conférence de presse vendredi, M. Kousoulis a expliqué qu’un rapport d’ingénierie avait été complété et approuvé par son ministère et par les services d’incendie de la Ville d’Halifax.

Un drone équipé d'une caméra vole à proximité d'un édifice en construction et d'une grue effondrée.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Équipé d'une caméra, un drone des services d’incendie d'Halifax survolait la structure le 13 septembre.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Vendredi, un drone des services d’incendie survolait d’ailleurs la structure.

La première étape, samedi, sera d’inspecter chaque étage de l’édifice pour vérifier si la structure en construction a été fragilisée. Des poteaux seront dressés afin d’éviter un effondrement.

Un homme coiffé d'un casque de construction filme par la fenêtre d'un balcon les dommages au toit d'un édifice.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le 13 septembre à Halifax, un homme inspecte les dommages au Trillium, un immeuble à condominiums situé juste à côté de l'édifice en construction sur lequel la grue s'est effondrée.

Photo : The Canadian Press / Andrew Vaughan

La grue sera attachée fermement à l’édifice pour être ensuite retirée morceau par morceau. On désire ainsi éviter qu’elle ne glisse et ne tombe au sol toute entière.

Le ministre Kousoulis a indiqué que la partie de la grue qui est couchée sur le toit de l’édifice pèse 67 000 livres (plus de 30 000 kg), et que ce poids pose un défi considérable.

Une grue tombée sur un immeuble d'Halifax.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La scène au matin du 8 septembre.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Nous avons été chanceux, a dit le ministre, soulignant que cette grue aurait pu s’effondrer sur les immeubles habités des alentours.

M. Kousoulis dit être certain que les autres grues de construction présentement érigées à Halifax sont sécuritaires. Il affirme que certains promoteurs immobiliers ont déjà pris l’initiative de faire examiner leurs installations par des ingénieurs indépendants après la tempête.

Avec les informations de La Presse canadienne

Nouvelle-Écosse

Incidents et catastrophes naturelles