•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Franco bientôt indépendant?

Le journal Le Franco, première page.

La transaction à l'étude s'élève à environ 70 000 $, et l'ACFA demande au journal de rembourser une dette de 200 000 $.

Photo : Radio-Canada

Nafi Alibert

À plus de 90 ans, le journal Le Franco pourrait voler de ses propres ailes d’ici la fin de l’année, puisque son propriétaire, l'Association canadienne-française de l'Alberta (ACFA), a récemment voté une résolution approuvant sa vente.

« Le cordon ombilical sera coupé », affirme avec aplomb Louis Grenier, le président du conseil d’administration du journal Le Franco.

Depuis un an, il multiplie les démarches pour que le journal devienne indépendant « de fait, et non pas seulement de situation », une décision prise d’un commun accord avec l’équipe de direction actuelle de l’ACFA.

« Il y avait une perception d’ingérence », reconnaît Marc Arnal, le président de l’ACFA. « La directrice générale de l’ACFA était la gestionnaire du journal[...] C’était une anomalie. »

Le 25 août, avec les autres membres du conseil d'administration de l’ACFA, il a donc voté une résolution donnant le feu vert à la vente du journal.

Marc Arnal, le président de l'ACFA porte une chemise à fleurs.

Marc Arnal, préside l'ACFA, le seul actionnaire et propriétaire du journal Le Franco.

Photo : Radio-Canada

« Le Franco restera Le Franco »

Dans son désir d’émancipation, Le Franco a déposé une offre de rachat à l’ACFA, le 31 janvier. Le conseil d’administration du journal en deviendrait propriétaire.

« Il faut regarder le futur du journal et ce qui s’en vient. Si vous regardez au travers du Canada pour tous les journaux en situation minoritaire, la situation est très difficile », observe Louis Grenier.

La santé financière de la publication, elle, va bien, précise-t-il, « mais elle pourrait aller mieux », si le journal abandonnait son statut d’entreprise pour devenir un organisme à but non lucratif. Cela lui ouvrirait la porte à de nouvelles subventions fédérales auxquelles ont droit d’autres médias, comme La Liberté, au Manitoba.

Un homme en entrevue dans des studios de télévisions.

Louis Grenier, le président du conseil d'administration du journal Le Franco.

Photo : Radio-Canada

Le modèle d’affaires reste à définir. Les avocats de l'ACFA et du journal sont en négociation pour définir les détails de cette vente et les obligations des futurs propriétaires pour respecter le mandat de cet hebdomadaire francophone.

« La planification est en train de se faire pour voir comment on peut transformer le journal pour être plus efficace et plus informationnel », indique Louis Grenier en garantissant que « Le Franco restera Le Franco ».

Manque de transparence

Si le journal a tenu ses lecteurs informés de ses intentions de devenir indépendant, l’ACFA s’est fait reprocher de ne pas avoir fait de même avec ses membres.

« Ce dossier a été caractérisé par le journa comme un dossier chaud il y a quelques semaines. Il me semble qu’un dossier chaud devrait absolument être communiqué aux membres », estime Albert Nolette, membre de l’ACFA depuis qu’il a claqué la porte du conseil d'administration en août 2018.

Pas de communications, pas de consultations : c’est une faiblesse de gouvernance qui mine la crédibilité de l’organisme.

Albert Nolette, membre de l'ACFA

Il aimerait que le processus de vente soit mis en pause pour consulter la communauté sans laquelle, selon lui, aucune décision ne peut être prise.

Marc Arnal, qui quitte la présidence de l'ACFA le mois prochain, a rétorqué qu'il ferait tout pour que la vente soit officialisée avant la fin de son mandat en octobre.

Alberta

Francophonie