•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Ottavien d’origine reste aux Bahamas pour aider les efforts de reconstruction

Un immeuble détruit entouré de palmiers cassés.

D'après Luc Lavallée, il est difficile d'envoyer des médicaments jusqu'à la partie sud de l'île Great Abaco, où il réside, en raison des dommages causés par Dorian.

Photo : Gracieuseté de Luc Lavallée

CBC

Un homme d’Ottawa qui a emménagé aux Bahamas il y a plus de 20 ans a décidé de rester dans l’archipel pour prêter main-forte après le passage de l’ouragan Dorian, qui a tué 50 personnes.

Luc Lavallée s’est installé dans les Bahamas il y a 22 ans. Depuis la dernière décennie, il réside sur l’île de Great Abaco, tout juste au sud de Marsh Harbour, l’un des secteurs les plus touchés par la tempête.

Sa propre communauté,Bahama Palm Shores, a été relativement épargnée, mais a subi quand même les contrecoups de la dévastation.

C’est là que se trouvait le supermarché. C’est là qu’on retrouvait à peu près tout : de l’essence, une pharmacie. Tout ce dont quelqu’un peut avoir besoin, a relaté M. Lavallée.

Il a souligné que les vivres pour aider les sinistrés n’arrivent qu’au compte-goutte.

Luc Lavallée, une troupe de pompiers et leurs chiens près d'une camionnette aux Bahamas.

Luc Lavallée, dans le t-shirt blanc, entouré des pompiers canadiens venus sur le terrain aux Bahamas.

Photo : Gracieuseté de Luc Lavallée

Pour sa part, M. Lavallée agit comme pompier volontaire. Il a notamment hébergé une troupe de sapeurs-pompiers venue de Burnaby, en Colombie-Britannique, qui s’est déplacée sur le terrain pour prêter main-forte avec les recherches de survivants.

L’Ottavien a expliqué qu’il transportait aussi de l’eau jusqu’aux postes d'opération de l’ONU.

D’après lui, les dommages que Dorian a laissés dans son sillage sont les pires qu’il a vus en un peu plus de 20 ans. Il ne reste plus même son restaurant préféré.

Il ne reste que quelques pilotis dans l’eau, a-t-il décrit. Ça t’affecte. Ça ne devrait pas être comme ça. Un ouragan ne devrait pas causer autant de dégâts.

Le gouvernement du Canada a promis de verser 500 000 $ à divers organismes humanitaires qui travaillent à la remise sur pied des communautés touchées, dont la Croix-Rouge canadienne.

Le Canada va également envoyer un avion CC-130J Hercules dans la région pour aider l’équipe de secouristes de l’armée jamaïcaine. L’équipe d’aide en cas de catastrophe du Canada, elle, a été déployée à Nassau, la capitale des Bahamas.

Ottawa-Gatineau

Incidents et catastrophes naturelles