•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Enrochement du quai : Mont-Louis ne lâche pas prise

Un quai avec une grue et un camion au bout.

Tout l'été, de la machinerie lourde a circulé sur le quai.

Photo : Radio-Canada / Joane Bérubé

Joane Bérubé

Déçu de ne pas avoir été écouté par Transports Canada lors du projet d’enrochement du quai, le conseil municipal de Saint-Maxime-du-Mont-Louis lance une ultime tentative pour convaincre le Ministère d’aménager un accès à la structure.

À la grande surprise des gens de Saint-Maxime-du-Mont-Louis, des camions, remplis de tonnes de roches, ont circulé sur le quai de Mont-Louis tout l’été et y circulent encore.

Le Ministère a pourtant toujours soutenu que la capacité portante du quai était déficiente, relève le conseiller municipal, Dany Bergeron.

On voit cet été les camions circuler sur le quai, de façon très solide, à deux voies de large là. Pourquoi à ce moment-là, ils ne terminent pas les travaux et qu’il n’y a pas une partie carrossable sur le dessus?

C’est pour demander cet ultime aménagement que Dany Bergeron et le maire, Guy Bernatchez, ont écrit la semaine dernière au ministère des Transports ainsi qu’à Travaux publics Canada pour demander une rencontre d’urgence sur les travaux en cours.

Il y a urgence, puisque les travaux doivent se terminer cet automne.

Les élus et des citoyens sont convaincus que le ministère des Transports pourrait aménager un espace piétonnier sur le quai de manière à ce que la structure demeure accessible à la population.

Yanick Élément, président de la Corporation de développement, renchérit.

Le quai, croit-il, est en meilleur état que ce que les ingénieurs de Transports Canada ont présenté aux citoyens de Mont-Louis. Ce n’est pas 15 pêcheurs qui vont faire s’effondrer le quai, on le sait.

Un quai, avec en avant plan une grue et au bout du chemin aménagé sur le quai, un camion et une grue.

Le conseiller Dany Bergeron et le maire ont écrit au Ministère pour qu'il n'enroche pas complètement le dessus de la structure, comme c'est prévu.

Photo : Radio-Canada / Joane Bérubé

Pour Julie Scantland de l’équipe de gestion de Parc et Mer Mont-Louis, cet enrochement est important puisqu’il viendra protéger la baie contre l’érosion, mais, dit-elle, un aménagement pour conserver un accès à la mer reste important pour les citoyens.

Les gens partagent tous cet avis, ajoute Dany Bergeron.

Mme Scantland souligne qu’un accès piétonnier permettrait la pratique de la pêche sportive, un attrait touristique indéniable de la Haute-Gaspésie.

Le quai de Saint-Maxime-du-Mont-Louis viendrait combler un vide. Il n’y a plus de quai entre Sainte-Anne-des-Monts et Grande-Vallée, fait-elle valoir.

Une question de sécurité

Dany Bergeron croit même que si Transports Canada ne livre qu’un enrochement, les pêcheurs amateurs vont tout de même envahir la structure. Ça va être très dangereux et c’est sûr que cela va arriver. C’est inévitable.

Julie Scantland observe d’ailleurs que les gens avaient installé une échelle pour franchir le mur érigé par Transports Canada pour bloquer l’accès à l’ancien quai.

Une roulotte de chantier et un camion à une entrée de chantier

Si l'échéancier est respecté, les travaux se termineront à l'automne 2019.

Photo : Radio-Canada

Cet été, lors de l’arrêt des travaux, les pêcheurs ont envahi le chantier. Quand les travaux sont finis le soir, c’est plein de pêcheurs, ajoute Dany Bergeron.

Un projet déjà modifié?

Guy Betnatchez et Dany Bergeron, mandatés par le conseil municipal, souhaitent aussi discuter des inconvénients liés aux travaux comme la décontamination à l’air libre et les allées et venues dommageables pour nos routes de camions transportant la pierre.

Le quai de Saint-Maxime-du-Mont-Louis a été utilisé par l’ancienne société Mines Gaspé qui exploitait le gisement de cuivre de Murdochville. Du mazout et du minerai y ont été transbordés à partir des années 1950 et pendant une trentaine d’années.

Dany Bergeron avance que le projet a d’ailleurs été modifié une première fois en raison de cette contamination. Ils ont eu des problèmes et dans la même année, ils ont été capables de se revirer de bord. Ils sont capables de se virer de bord pour un espace piétonnier en quelques mois.

une grue près d'un tas de roches

L'entreprise chargée des travaux a dû modifier sa procédure de décontamination.

Photo : Radio-Canada / Joane Bérubé

Il estime que la modification des plans de Transports Canada pour répondre à cette dernière demande de la Municipalité serait moins coûteuse et permettrait de terminer les travaux plus rapidement.

Dany Bergeron, qui est aussi l’ancien président de la Corporation de développement, admet que le dossier de la restauration du quai le tracasse depuis 2012. La fermeture de Transports Canada a toute suggestion des citoyens, aussi.

Le conseiller municipal Dany Bergeron

Le conseiller municipal Dany Bergeron

Photo : Radio-Canada

Le conseiller de Saint-Maxime-du-Mont-Louis déplore d’ailleurs le manque de collaboration du ministère fédéral avec la Municipalité. C’est pratiquement nul , dit-il.

Transports Canada a répondu aux élus de Saint-Maxime-du-Mont-Louis que la demande aurait dû être signée par la directrice générale de la Municipalité pour être traitée rapidement. La Municipalité entendait répondre à cette exigence et renvoyer sa demande dans les plus brefs délais.

Interrogé sur le projet, Transports Canada a indiqué qu'il comptait prendre quelques jours avant de formuler une réponse.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Infrastructures