•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Nouvelle-Écosse haussera de 1 % par an le financement de ses universités

En échange, les universités limiteront leurs hausses des droits de scolarité.

Une entrée et une bannière sur laquelle « Age Quod Agis» est écrit, à l'extérieur de l'Université Saint Mary's à Halifax en juin 2018.

L'Université Saint Mary's, à Halifax, est l'une des 10 universités de la Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Wolf

Radio-Canada

Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse s’engage à augmenter de 1 % par année au cours des prochains cinq ans le financement des 10 universités de la province. En échange, les universités acceptent de ne pas hausser les droits de scolarité de plus de 3 % au cours de la même période.

Cette limite de la hausse des droits de scolarité ne s’applique qu’aux étudiants originaires de la Nouvelle-Écosse, et non à ceux venus de l’extérieur de la province ou du pays. Elle exclut également les étudiants à la maîtrise, au doctorat, et ceux inscrits aux programmes de médecine, de dentisterie ou de droit.

Cette entente s’apparente beaucoup à celle qui était intervenue en 2015 entre la province et les établissements d’enseignement supérieur.

Labi Kousoulis, le ministre du Travail et de l’Enseignement supérieur en Nouvelle-Écosse, fait valoir que les étudiants auront, dans le cadre de cette nouvelle entente, une voix qui aura davantage de poids dans les processus décisionnels.

Les dates 1818 et 2018 devant l'Université Dalhousie en juin 2018 pour souligner les 200 ans de l'institution.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

À Halifax, l'Université Dalhousie vient de fêter ses 200 ans.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Wolf

Le ministre Kousoulis rejette l’idée que des augmentations des droits de scolarité, même modestes, au cours des cinq prochaines années puissent mettre hors de portée des Néo-Écossais les moins riches l’accès à une université.

M. Kousoulis se dit davantage préoccupé par le coût du logement, de moins en moins abordable pour les étudiants, en particulier dans la région d’Halifax, où se trouvent six des 10 universités de la province.

La plus grande association étudiante de la province se dit satisfaite de l’entente.

Clancy McDaniel devant une université en septembre 2019.

Clancy McDaniel, directrice de Students Nova Scotia.

Photo : CBC / Jean Laroche

Clancy McDaniel, directrice de Students Nova Scotia, la plus grande association d’étudiants en Nouvelle-Écosse, se réjouit particulièrement du fait que des consultations devront obligatoirement avoir lieu sur les campus avant de hausser les autres frais, comme les frais accessoires. Selon Mme McDaniel, ces frais représentent une très grande part du fardeau financier annuel des étudiants universitaires.

Les universités de la Nouvelle-Écosse se partageront 427,7 millions de dollars durant l’exercice financier 2019-2020, une hausse de 2,5 millions de dollars comparativement à 2018-2019.

Aux hausses annuelles du financement s’ajoute une hausse d’environ 1 % pour des investissements ciblés en innovation, pour les services de santé mentale et pour les programmes de prévention de la violence sexuelle.

D'après les renseignements de Jean Laroche, CBC

Nouvelle-Écosse

Enseignement universitaire