•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Engouement pour le nouveau train léger d'Ottawa

Des centaines de personnes sont venues faire un tour de train léger, à Ottawa, dans l'heure qui a succédé à son ouverture au public.

Photo : Radio-Canada / Yasmine Mehdi

Radio-Canada

Le train léger d'Ottawa est maintenant ouvert au public. Des centaines de personnes se sont rassemblées aux différentes stations afin d'être les premiers à l'essayer, sur le coup de 14 h.

Des files d'attente se sont formées à plusieurs stations, si bien qu'OC Transpo a suggéré aux citoyens sur Twitter de prévoir leur premier trajet à un autre moment s'ils souhaitent éviter la cohue.

C'est de la curiosité. J'ai hâte de voir de quoi ça a l'air à l'intérieur. Je suis bien excité qu'il y ait plus de vie qui arrive dans ma ville, a commenté Vincent Valentino avant d'entrer dans la station Parlement avec son ami.

Vincent Valentino devant la station Parlement.

Vincent Valentino a pris le train léger le 14 septembre 2019 à Ottawa.

Photo : Radio-Canada

C'est historique, c'est mémorable de vivre cette journée-là, s'est quant à elle réjouie Hélène Dubé.

Sergine Lalonde était tout sourire le long du trajet qui l'a menée de la station Blair à l'autre bout de la ligne. C'est fantastique, ça donne vraiment une note internationale à notre ville, finalement, a-t-elle lancé.

Petite ombre au tableau, moins de deux heures après l'ouverture des portes de la station Rideau, un escalier roulant de la profonde station a arrêté de fonctionner, au grand dam de plusieurs passagers ayant commenté sur Twitter. La situation a été rétablie assez rapidement.

Plus tôt, samedi matin, de nombreux dignitaires et représentants des médias ont assisté à la cérémonie officiellement de l'ouverture de la ligne de la Confédération à la station Tunney's Pasture.

Parmi eux, des élus provinciaux de l'Ontario, dont la ministre des Transports, Caroline Mulroney.

Le train léger est entré en fonction 456 jours plus tard que prévu.

Le grand jour est finalement arrivé et c’est aujourd’hui que nous lançons le train léger à Ottawa, a lancé le maire d'Ottawa, Jim Watson lors de la cérémonie.

Les anciens maires d'Ottawa Bob Chiarelli et Larry O'Brien, qui ont contribué à la genèse du train léger lorsqu'ils étaient en poste, étaient également de la partie.

J’ai vécu à Ottawa toute ma vie et ça fait 50 ans que je prends l'autobus. C'est un grand changement, c’est transformateur pour la ville, s'est réjoui quant à lui le conseiller municipal du quartier Alta Vista, Jean Cloutier, avant l'ouverture de la cérémonie.

Chargement de l’image

Le conseiller Jean Cloutier lors de l'ouverture du train léger sur rail à Ottawa

Photo : Radio-Canada / Yasmine Mehdi

On sait tous, sur la rue Albert et sur la rue Slater, comment les autobus font la queue et ne peuvent pas bouger, a ajouté M. Cloutier. Le train, étant donné que c’est dans un tunnel sous la terre, va pouvoir traverser ça. Donc, ce sera plus fiable pour les usagers.

Les horaires d'autobus actuels resteront en vigueur jusqu'au 6 octobre. D'après M. Cloutier, le plus grand défi sera donc que les gens puissent s'informer et être à la hauteur des renseignements pour qu’ils puissent faire les choix qui sont importants pour eux dans leur trajet quotidien.

Des problèmes techniques peu probables, d'après des élus ottaviens

En février dernier, un train est resté coincé dans la neige lors d'une période d'essais, ce qui a soulevé des questions sur la fiabilité du système en hiver. Ce problème potentiel est chose du passé, a cependant soutenu le conseiller Cloutier.

Chargement de l’image

En février, un train est resté coincé dans la neige lors d'un test (archives).

Photo : Radio-Canada

Il y a eu des [milliers et des milliers] de tests en hiver, il y a eu des centaines de milliers de kilomètres de test en hiver. Le train va fonctionner en hiver, j’en suis persuadé.

Jean Cloutier, conseiller municipal du quartier Alta Vista à Ottawa

On avait des défis pendant les dernières années, a également concédé le maire. N'empêche, c'est un système avec beaucoup de crédibilité, ajouté M. Watson, qui a affirmé avoir pris part à certains tests dans les dernières semaines.

Pour les trois prochaines décennies, c'est le Groupe de transport Rideau (GTR), soit le consortium responsable de la construction du train, qui sera responsable de l'entretien du système, a précisé M. Cloutier.

Le maire espère tout de même tirer des leçons des problèmes vécus avec la construction du train léger en vue de la deuxième phase du projet.

J’espère qu’on va s'améliorer dans l’avenir, dit-il. La prochaine étape coûte plus cher, mais elle sera moins compliquée parce qu’il n’y a pas de tunnel à construire.

Jim Watson a encore une fois jeté de l'eau froide sur la possibilité de construire nouveau pont interprovincial, disant miser sur le transport en commun.

On a commencé à travailler avec les deux autres paliers de gouvernement pour amener le train à Barrhaven, Stittsville et Kanata, a affirmé M. Watson.Ça c’est l’avenir, ce n’est pas un autre pont pour les autos.

Ce qu'il faut savoir avant de prendre le train

Pour prendre place dans l’un des wagons, les passagers qui n’ont pas de laissez-passer mensuel d’OC Transpo devront débourser 3,45 $ s’ils ont une carte Presto, ou 3,50 $ s’ils n’en possèdent pas.

Les tarifs grimperont cependant de 0,10 $ dès le 1er octobre. Le prix des laissez-passer mensuels passera pour sa part de 116,50 $ à 119,50 $.

Chargement de l’image

La passe mensuelle d'OC Transpo passera de 116,50 $ à 119,50 $ le 1er octobre.

Photo : CBC/Andrew Lee

Les heures d’ouverture du train léger

  • Du lundi au jeudi : de 5 h à 1 h
  • Vendredi : de 5 h à 2 h
  • Samedi : 6 h à 2 h
  • Dimanche et jours fériés : 8 h à 23 h

Pour en savoir plus, consultez notre petit guide pratique du train léger d’Ottawa.

Le train léger d’Ottawa en chiffres

La ligne de la Confédération compte 13 stations, toutes réparties le long d’un système de rails de 12,5 km traversant Ottawa d’est en ouest.

Chargement de l’image

Les 13 stations de la ligne de la Confédération, première phase de la construction du train léger d'Ottawa.

Photo : Radio-Canada

D’après OC Transpo, les trains de deux wagons pourront accueillir jusqu’à 600 passagers, dont 240 assis. En période de pointe, il y aura des départs aux cinq minutes et moins, selon l’agence de transport.

Chargement de l’image

Les trains de la ligne de la Confédération sont équipés d'interphones bidirectionnels pour permettre aux voyageurs de communiquer avec l'opérateur.

Photo : Radio-Canada / Leah Hansen

La facture totale pour la construction de la ligne de la Confédération s’élève à 2,1 milliards de dollars.

Le réseau va continuer de se développer au courant des prochaines années. D'ici 2022, les trains pourront se rendre jusqu'à Riverside Sud et à l'aéroport, à Orléans en 2024 et jusqu'au Collège Algonquin en 2025.

456 jours de retard

Depuis les débuts des travaux de construction en 2015, le train léger a fait la une à maintes reprises, surtout en raison des problèmes et des retards qui ont affligé le projet.

Initialement, le système de transport en commun devait être livré à la Ville d’Ottawa le 24 mai 2018, mais la date de remise des clés a été reportée à quatre reprises.

Chargement de l’image

La réplique grandeur nature, du futur train léger sur rail d'Ottawa dévoilée ne 2015 à Ottawa (archives).

Photo : Radio-Canada

Le Groupe de transport Rideau a évalué en février 2018 que le train ne serait pas livré avant novembre, soit six mois plus tard que prévu.

En septembre, le GTR a annoncé qu’il faudra attendre à 2019 avant l’ouverture du train léger. En janvier 2019, le consortium a avancé que le chantier sera terminé à la fin du mois de mars 2019. Il a revu cette nouvelle échéance, jugeant plutôt que les travaux seraient terminés à la fin du deuxième trimestre de 2019.

Chargement de l’image

Les trains de la ligne de la Confédération traversent une tranchée lorsqu'ils circulent entre les gares du pré Tunney et Bayview.

Photo : Radio-Canada

Or, au début du mois de juin, la Ville d’Ottawa a reconnu que le train ne sera pas prêt pour le 30 juin. Le 29 juillet, la période finale d’essais de 12 jours est lancée. Ottawa a alors estimé que le train lui serait livré le 16 août. Mais de nouveaux problèmes lors des tests finaux ont forcé un nouveau report d’échéance.

Tous ces retards n’ont pas été sans conséquence pour le GTR. En plus des pénalités d’un million de dollars par retard, la Ville d’Ottawa a décidé de retenir 59 millions de dollars de son dernier versement au consortium.

D’après l’administration municipale, cette mesure sert de compensation pour les dépenses découlant des retards, comme les heures supplémentaires des chauffeurs d’autobus.

Avec les informations de Yasmine Mehdi et de CBC

Ottawa-Gatineau

Transport en commun