•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une ex-directrice de CPE accusée de fraude pour plus de 50 000 $

Une femme accorde une entrevue à la caméra. Elle est dans une garderie.

Archives (2003) - Carole Lechasseur

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une ex-directrice de centre de la petite enfance a plaidé non coupable à des accusations de fraude commise au CPE Les Souriceaux de Saint-Prime. Carole Lechasseur aurait fraudé l’organisation pour plus de 50 000 $.

Les gestes reprochés à Carole Lechasseur se seraient étendus sur 9 ans et auraient mené à son congédiement en avril 2018.

Carole Lechasseur n'était pas présente en cour à Roberval. Son avocat a plaidé non coupable aux accusations qui pèsent contre elle.

La femme est bien connue dans le milieu des services de garde.

Alors qu'elle était directrice d'un centre de la petite enfance à Saguenay (CPE), elle a occupé le poste de présidente du Regroupement régional des services de garde jusqu'au début des années 2000.

En 2003, elle a quitté son poste dans un CPE de l’arrondissement de Jonquière à Saguenay.

Quelques années plus tard, elle est devenue directrice du CPE Les Souriceaux à Saint-Prime.

C'est là que les événements qui lui sont reprochés se seraient produits, sur une période de près de 10 ans.

Dix-sept chefs ont été portés. La divulgation de preuve avait déjà été remise à son avocat.

Julie Lajoie, procureure à la Direction des poursuites criminelles et pénales

L’avocat de Carole Lechasseur précise pour sa part que le dossier en est encore à l'étape de l'analyse.

Ce matin, c’était uniquement la comparution, donc c’était la première étape. On a fait les orientations nécessaires. On a plaidé non coupable. Éventuellement, il y aura un choix de procès qui se fera pour déterminer s’il y aura une enquête préliminaire ou pas, précise l’avocat de la défense Luc Tourageau.

Cette affaire reviendra en cour le 28 novembre.

D'après un reportage de Denis Lapierre

Saguenay–Lac-St-Jean

Fraude