•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le stade Canac bondé pour la présentation du film sur Bob Bissonnette

3C6D31E4-A27C-4485-8264-5D834858F820

Bob Bissonnette stade canac grand karaoke Groupe musique

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Radio-Canada

Trois ans après la mort du chanteur Roberto « Bob » Bissonnette dans un accident d’hélicoptère, 7000 amis et admirateurs se sont réunis vendredi soir au stade Canac pour le visionnement du documentaire Bob Bissonnette : Rockstar. Pis pas à peu près.

Le réalisateur Bruno Lachance, qui a signé tous les vidéoclips du chansonnier, a rencontré une cinquantaine de personnalités, des membres de sa famille et des amis pour dépeindre la vie et la carrière et mieux comprendre le « phénomène ».

C’est quelqu’un qui s’est toujours donné les outils pour arriver à ce qu’il voulait faire. Il y allait selon ses goûts, son style, ses choix. Il a pris la décision de ne pas avoir de compagnie de disques, de ne jamais avoir de subventions. Il avait vraiment une trail à part. Et c’est ce qui a fait son succès aussi. Il est allé chercher chacun de ses fans un par un et il en prenait soin, estime Bruno Lachance.

CC6A7099-7498-4B4D-941F-98CB6C99BB75

Les admirateurs étaient nombreux vendredi soir.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Roberto Bissonnette était connu comme un bon vivant, qui s’est fait connaître par des chansons inspirées de l’univers du hockey et des spectacles festifs et bien arrosés.

Mais le réalisateur retient aussi le gars de cœur, qui était vrai avec tout le monde.

Je n’ai pas voulu dresser un portrait parfait de Bob. Il n’était pas parfait. C’était un gars très très très intense avec beaucoup de projets. C’était une tornade, il était très exigeant envers lui-même, mais aussi envers les gens qui travaillaient pour lui. C’est ce qui a fait qu’il a réussi et qu’on parle encore de lui trois ans après son décès, estime-t-il.

F6B31EC1-C64D-4581-B883-F5E3B309C585

Des milliers de personnes se sont déplacées pour rendre hommage à Bob Bissonnette.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Parmi les témoignages recueillis, il y a ceux de Claude Julien, qui a été son premier entraîneur au sein des Olympiques de Gatineau dans la Ligue de hockey junior majeure du Québec, de Maxime Talbot, qu’il a côtoyé à la même époque, et de l’humoriste Mike Ward notamment.

Tout le monde apprend quelque chose. Son meilleur ami me disait qu’il a appris beaucoup de choses du volet musical. Sa blonde apprend des choses au début de la carrière musicale de Bob, affirme Bruno Lachance.

Deux présentations en simultané

Le film était également présenté gratuitement à la place D’Youville, dans le cadre du Festival de cinéma de la Ville de Québec, vendredi à 20 h.

Le plan, en premier, c’était d’avoir la présentation gratuite à la place D’Youville et on s’est vite rendu compte qu’il y avait tellement de demandes qu'on n’aurait pas pu accueillir tous ces gens-là, souligne Bruno Lachance.

L’équipe s’est naturellement tournée vers le stade Canac puisque Roberto Bissonnette était coactionnaire des Capitales de Québec.

Tous les billets, vendus au coût de 10 $, ont trouvé preneur. La soirée débutera par un spectacle et un karaoké géant.

Roberto Bissonnette a péri tragiquement en septembre 2016 dans un écrasement d’hélicoptère au Nouveau-Brunswick, à l’âge de 35 ans.

Le documentaire Bob Bissonnette : Rockstar. Pis pas à peu près prendra l’affiche au cinéma le 20 septembre.

Québec

Cinéma